Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
monde

L’ONU menace de suspendre ses opérations humanitaires à Gaza en raison du manque de carburant | Moyen-Orient, l’éternel conflit

[ad_1]

Le chef de l’agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) à Gaza a prévenu lundi que « les opérations humanitaires cesseraient dans 48 heures, sans qu’aucun carburant ne soit autorisé à entrer dans Gaza », assiégée par l’armée israélienne et en proie aux combats entre le Hamas et Israël. .

Dans les prochaines 48 heures, tout s’arrêtera, nous ne pouvons rien faireThomas White a déclaré à la presse à Jérusalem, confirmant son avertissement lancé sur X (ex-Twitter) quelques heures plus tôt.

L’agence onusienne est au pied du mur, car deux de ses principaux sous-traitants transportant de l’eau par camion n’ont plus de carburant pour circuler, qui privera 200 000 personnes d’eau potable il expliqua.

Le réservoir de Gaza doit être rempli par un oléoduc en Egypte. Malheureusement, les négociations sont dans une impasse car cette décision est prise au plus haut niveau du gouvernement israélien.a souligné M. White.

Des colonnes de fumée s’élèvent près de l’hôpital Al-Shifa dans la ville de Gaza, où des Palestiniens déplacés s’étaient réfugiés.

Photo : Reuters

Aucun carburant n’est entré à Gaza depuis le 7 octobre, selon leUNRWA. L’organisme du ministère israélien de la Défense supervisant les activités civiles dans les territoires palestiniens (COGAT) confirme qu’aucun carburant n’est entré dans la bande de Gaza depuis Avant la guerre.

M. White a mis en garde contre le risque de choléra en l’absence d’usines de traitement des eaux usées et d’hôpitaux opérationnels.

Dans ce petit territoire assiégé, plus de la moitié des 2,4 millions d’habitants sont déplacés et dépendent désormais totalement de l’aide humanitaire pour survivre.

Des enfants palestiniens tendent leurs bols à la recherche de nourriture.

Plus de la moitié des habitants de la bande de Gaza sont déplacés et dépendent totalement de l’aide humanitaire pour survivre.

Photo : AP/Hatem Ali

Selon l’agence des Nations Unies dépassé par le nombre de personnes déplacées qu’elle devra les aider lorsqu’ils arriveront dans le sud de la bande de Gaza, après avoir fui vers le nord où les combats sont les plus intenses.

En moyenne, il y a une toilette pour 125 personnes et une douche pour 701 personnes, a déclaré White.

L’UNRWA a également signalé qu’un de ses locaux à Rafah, dans le sud où se trouvent actuellement 1,5 million de personnes déplacées, avait été a subi des dommages importants Après trois frappes directes (…) de la marine israélienne Dimanche.

Les employés internationaux duONU présent à Rafah avait quitté ce bâtiment 90 minutes avant cette grèvea indiqué l’agence dans un communiqué, qui précise qu’il n’y a pas eu aucune victime parmi ces salariés.

L’UNRWA rappelle avoir donné la localisation exacte de toutes ses infrastructures aux parties en conflit. Celles de ce bâtiment avaient été remises à deux reprises, la dernière fois vendredi, précise-t-elle.

Cette attaque prouve une fois de plus qu’il n’y a pas d’endroit sûr à Gaza : ni le nord, ni le centre, ni le sud.insiste l’agence onusienne alors que l’armée israélienne continue d’ordonner aux Gazaouis de partir vers le sud, qu’elle présente comme plus sûr.

Ses chars resserrent chaque jour un peu plus l’étau sur le nord et notamment sur la ville de Gaza.

En cinq semaines de frappes israéliennes sur le petit territoire palestinien, leUNRWA aurait identifié plus de 60 cas de dommages collatéraux ou de frappes directes infligés à ses infrastructures, principalement des écoles accueillant des milliers de civils.

L’agence, qui affirme héberger 780 000 personnes déplacées dans ses abris, affirme queau moins 66 personnes déplacées ont été tuées et des centaines blessées dans ces bombardements.

Dans 70% des cas, ces infrastructures étaient situées au sud de la bande de Gaza, insisteUNRWA.

Lundi, leONU a rendu un hommage mondial aux plus de 100 employés deUNRWA tué dans la guerre entre Israël et le Hamas.

La guerre a été déclenchée par l’attaque sanglante du mouvement islamiste palestinien le 7 octobre. Environ 1.200 personnes sont mortes du côté israélien, en majorité des civils tués le jour de l’attaque, et quelque 240 personnes ont été kidnappées, selon Israël.

Au moins 11 180 personnes, pour la plupart des civils, dont 4 609 enfants, ont été tuées dans les bombardements israéliens sur la bande de Gaza, selon le Hamas.

[ad_2]

Gn Ca news

Back to top button