Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

L’Inde exige que le Canada réduise son corps diplomatique à New Delhi | Tensions entre l’Inde et le Canada

[ad_1]

L’Inde a demandé à Ottawa de rapatrier une quarantaine de ses diplomates en poste à New Delhi, Temps Financier, citant des sources proches du dossier. Il y a deux semaines, l’Inde a informé Ottawa de la nécessité de réduire son corps diplomatique pour une question de « parité » entre les deux pays.

Au moins 61 diplomates canadiens sont actuellement en poste en Inde, mais 41 d’entre eux devront quitter le pays d’ici le 10 octobre, exige le gouvernement indien.

L’Inde et le Canada sont en pleine crise diplomatique. Les tensions ont commencé le 18 septembre, lorsque le premier ministre Trudeau a déclaré à la Chambre des communes qu’il existait des « allégations crédibles » liant le gouvernement indien à l’assassinat d’un citoyen né au Canada. Sikh, Hardeep Singh Nijjar.

Le ministère indien des Affaires étrangères a réagi le même jour en qualifiant les accusations de M. Trudeau deabsurde.

Des militants de Shiv Sena Taksali ont incendié une banderole représentant le drapeau national du Canada lors d’un rassemblement dans une rue d’Amritsar, le 23 septembre 2023.

Photo : AFP / Narinder Nanu

Le lendemain, Justin Trudeau déclarait ne pas vouloir une escalade avec l’Inde, tout en appelant le gouvernement indien à se saisir de ce dossier. très sérieusement.

Mardi, M. Trudeau a déclaré qu’il prenait cette crise diplomatique extrêmement au sérieuxtout en affirmant que son gouvernement continue s’engager de manière responsable et constructive avec le gouvernement indien. Nous ne cherchons pas une escaladeil ajouta.

Le premier ministre n’a toutefois pas précisé si le Canada expulserait à son tour les diplomates indiens en représailles à la décision de l’Inde. Il a toutefois réitéré l’importance de maintenir les diplomates canadiens en territoire indien. pour aider les Canadiens dans ce pays et à travailler à l’amélioration des relations entre le Canada et l’Inde.

C’est une situation difficile que nous vivons avec le gouvernement indien, mais nous avons du travail à faire sur le terrain (…) pour faire avancer nos relations. Nous resterons fermes.

Nous ne cherchons pas à envenimer la situation, mais nous voulons rester sur le terrainil ajouta.

La ministre des Affaires étrangères, Mélanie Joly, n’a pas souhaité confirmer l’information rapportée par le Temps Financier. Cependant, elle a également souligné l’importance d’avoir une forte présence diplomatique en Indetout en affirmant être en contact avec les autorités indiennes.

L’ancien diplomate Ferry de Kerckhove, ancien ambassadeur du Canada en Indonésie et en Égypte, estime que le rapatriement de ces quarante diplomates expulsés limitera le travail consulaire et ralentira le traitement des visas. C’est la communauté indo-canadienne qui en souffrira le plus. Mais pour Narendra Modi (le Premier ministre indien), les gens qui quittent l’Inde comptent peu.a estimé M. de Kerckhove dans une interview à l’émission Cela nous concerne sur ICI Première.

L’ancien ambassadeur a également souligné l’intérêt de Justin Trudeau à faire en sorte que la communauté indo-canadienne ne souffre pas trop, tant sur le plan électoral et humain que sur le plan multinational ou multiculturel. Il y aura certainement des mesures de rétorsion, mais une pour une ne répondrait pas aux intérêts profonds du Canada.selon M. de Kerckhove, qui a ajouté que la réponse du Premier ministre risquait d’être nuancé.

Pas les premières expulsions de diplomates

Le Canada avait déjà expulsé, en septembre dernier, un haut diplomate indien, Pavan Kumar Rai. Le gouvernement indien a réagi en expulsant un haut diplomate canadien en poste en Inde.

Le 21 septembre, le gouvernement indien a annoncé qu’il suspendait le traitement des demandes de visa présentées par les citoyens canadiens.

Ce jour-là, le porte-parole du ministère indien des Affaires étrangères affirmait également, lors d’un point de presse, qu’Ottawa avait été informé de la nécessité de réduire son personnel diplomatique à New Delhi. Le nombre de (leurs diplomates) en Inde est beaucoup plus élevé que le nôtre au Canadaa déclaré Arindam Bagchi, affirmant qu’il s’agissait d’un question de parité.

Nous avons vu l’ingérence diplomatique canadienne dans nos affaires intérieuresa déclaré M. Bagchi lors d’un point de presse à New Delhi. C’est un facteur pris en compte dans la recherche de la parité dans notre présence diplomatique dans les deux pays.

De son côté, Ferry de Kerckhove a expliqué que l’inégalité vient du service d’immigration considérable en Inde : on a une population indo-canadienne qui (ferme) à deux millions et il y a beaucoup de relations familiales (à gérer).

Selon lui, il s’agit donc d’un service essentiel et, selon lui, ce sont les Indiens qui en souffriront. bien plus que le Canada. Le Canada étant un pays d’immigration, il existe très souvent des inégalités sur lesquelles d’autres pays peuvent jouer lorsqu’ils ont des conflits ou des débats difficiles avec nous.il a souligné.

Avec des informations de Reuters et du Financial Times

[ad_2]
journalmetro

Back to top button