Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

L’Inde et le fiasco politique de Trudeau

[ad_1]

Justin Trudeau pourrait-il faire preuve d’un peu de retenue face à l’Inde ? Ou la politique étrangère du Canada envers l’Inde est-elle devenue celle des Sikhs ? Le gouvernement indien a demandé à Ottawa de retirer 41 diplomates canadiens, en réponse aux accusations liées à l’assassinat d’un sikh au Canada par les services de renseignement indiens. Le gouvernement indien a également menacé le Canada de cesser de reconnaître l’immunité diplomatique aux diplomates canadiens qu’il demandait à quitter, si le Canada ne se conformait pas à sa demande. Quelle est la réponse de Trudeau? Il met de l’huile sur le feu en accusant l’Inde de ne pas respecter la Convention de Vienne, ce qui est faux. Que recherche le gouvernement Trudeau ? Veut-il aplanir les relations avec l’Inde ou cherche-t-il à les détériorer ? Il semble que Trudeau ait choisi la deuxième option. Compte tenu du manque de logique internationale dans ce choix, il faut conclure qu’il s’agit soit d’incompétence, soit d’une volonté de satisfaire la minorité sikh vivant au Canada, l’une n’excluant pas l’autre.

1) Que dit la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques ?

La Convention stipule dans son article 9 que « L’État de réception peut, à tout moment et sans avoir à motiver sa décision, informer l’État d’envoi que le chef ou tout autre membre du personnel diplomatique de la mission est persona non grata ou que tout autre membre du personnel de la mission n’est pas acceptable. Le même article précise que l’État d’accueil, ici l’Inde, peut refuser de reconnaître le statut du diplomate, c’est-à-dire le priver de son immunité, si l’État d’envoi, ici le Canada, ne retire pas dans un délai raisonnable le diplomate(s) concerné(s). En d’autres termes, Trudeau dit des bêtises lorsqu’il accuse le gouvernement indien de violer la Convention de Vienne.

  • Écoutez l’expert en politique internationale Loïc Tassé dans l’émission de Benoit Dutrizac via Radio QUB :
2) Qu’aurait dû faire le gouvernement Trudeau ?

Il aurait été préférable que le gouvernement Trudeau renvoie simplement une quarantaine de diplomates indiens, voire un peu moins, pour montrer sa bonne volonté. Les représailles seraient restées du domaine diplomatique. Le Canada aurait pu espérer retrouver le même nombre de diplomates en Inde une fois les élections terminées en Inde. Au lieu de cela, Trudeau a choisi de politiser davantage le débat en réagissant maladroitement sur la scène publique.

3) Comment le gouvernement indien réagira-t-il ?

L’Inde organisera des élections générales en avril prochain. Son premier ministre, Narendra Modi, n’hésite pas à utiliser la moindre attaque politique contre son pays pour booster sa campagne électorale. Il est probable que les récentes déclarations de Trudeau provoqueront de nouvelles représailles de la part du gouvernement indien.

4) Pourquoi le gouvernement canadien est-il si dur envers l’Inde ?

Narendra Modi est un leader extrêmement religieux et nationaliste. Ses ennemis l’accusent, non sans raison, de chercher à saper la démocratie en Inde. Toutefois, les relations entre l’Inde et le Canada semblent principalement influencées par les intérêts de la minorité sikh en Inde. Cette minorité est très critique à l’égard du gouvernement indien et plusieurs sikhs cherchent à créer leur propre État. Le Canada compte environ 800 000 Sikhs, soit plus de la moitié de la population canadienne d’origine indienne.

5) Pourquoi le Canada devrait-il se montrer indulgent envers l’Inde ?

Entre deux maux, il faut choisir le moindre. Entre les excès de l’Inde et ceux des pays voisins comme la Chine ou la Russie, le choix est facile.

L'Inde et le fiasco politique de Trudeau



[ad_2]

Fr- local

Back to top button