Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

L’incroyable histoire du Canadien Mackenzie Hughes avec Mike Weir à 13 ans

[ad_1]

C’était en septembre 2004. Mackenzie Hughes, grand comme trois pommes, avait 13 ans. Le petit gars était bénévole à l’Omnium canadien disputé à Oakville, à 30 minutes de sa maison familiale à Hamilton. Un match nul déterminerait en quelque sorte son cheminement de carrière.

• Lire aussi : Mike Weir et Jim Furyk en grande mode séduction à Québec pour la Coupe des Présidents 2024

Quel petit garçon sait déjà, avec certitude à cet âge, le métier qu’il souhaite exercer plus tard ?

Dans la tente des bénévoles, Hughes attendait de savoir quel sac de jeunes golfeurs amateurs il allait traîner sur le parcours toute la journée lors des rondes d’entraînement. Lorsqu’il a découvert qu’il en porterait un du groupe de Mike Weir, champion du Masters Tournament à Augusta l’année précédente, il n’en a pas cru ses oreilles. La joie l’envahit immédiatement.

«C’était l’opportunité d’une vie. Mike était devenu une célébrité, une rock star. J’ai dû essayer de stocker autant d’informations que possible. J’étais en quelque sorte en mission, a-t-il déclaré, le sourire aux lèvres, lorsque le Journal lui a rappelé ce fait d’armes de sa jeunesse lors d’un point de presse depuis le Mississippi.

« Je me souviens de ne pas trop m’inquiéter pour mon sac de golfeur, j’essayais d’écouter Mike qui n’était pas loin. Je lui ai aussi posé des questions. Ce fut une journée aussi incroyable que mémorable», a ajouté le Canadien, aujourd’hui âgé de 32 ans.

Les leçons du grand champion

Ce soir-là, l’adolescent qui adorait déjà la petite balle blanche savait qu’il allait devenir un pro du golf. Sans le savoir, le petit gaucher au green prestigieux lui avait appris les qualités requises pour réussir.


L'incroyable histoire du Canadien Mackenzie Hughes avec Mike Weir à 13 ans

Le golfeur canadien Mike Weir reçoit la veste verte des mains de Tiger Woods en avril 2003 après sa victoire au Tournoi des Maîtres d’Augusta.

Photo d’archive

« Mike a déjà eu un grand impact sur moi, mais le voir se préparer ce jour-là, le voir aller interagir avec les fans, toute l’expérience m’a convaincu. Je savais ce que je voulais faire quand je serai plus grande.

Moins de 10 ans plus tard, après un passage avec les Golden Flashes de Kent State, Hughes atterrit chez les pros. Et depuis 2013, il a engrangé deux victoires sur le PGA Tour.

Vingt ans après cette journée mémorable à Oakville, « Mac » pourrait réaliser un autre de ses rêves : celui de jouer sous les ordres de celui qui l’a convaincu de faire carrière dans ce sport.

Le Canadien désire plus que tout participer au tournoi de la Coupe des Présidents l’an prochain au club de golf Royal Montréal. Il sait que cette opportunité n’est pas gratuite. Il doit le mériter et le mériter. Ce n’est pas parce que son nom est placardé du drapeau de la feuille d’érable qu’il repart avec une longueur d’avance.

Un rythme à accélérer

Weir, le capitaine de l’équipe internationale affrontant les Américains dans cette compétition disputée tous les deux ans, sait très bien que le golf canadien se porte bien. Depuis sa nomination, il insiste cependant sur le fait que ses joueurs devront mériter leur place.

Corey Conners, Adam Hadwin, Taylor Pendrith et Nick Taylor visent également une place sur la liste de 12 joueurs, soit via le processus de qualification, soit par la sélection du capitaine.


L'incroyable histoire du Canadien Mackenzie Hughes avec Mike Weir à 13 ans

Les Canadiens Taylor Pendrith et Corey Conners ont participé à la Coupe des Présidents en septembre 2022 à Quail Hollow, en Caroline du Nord.

AFP

Lors de la dernière édition du tournoi qui s’est déroulée dans son jardin de Quail Hollow, à Charlotte, en Caroline du Nord, en septembre 2022, Hughes n’a pas été sélectionné sur la liste internationale. Un affront qu’il se venge deux semaines plus tard en signant sa deuxième victoire sur le PGA Tour.

Cette semaine, lors du Sanderson Farms Classic en Californie, il défend ce titre et compte bien démarrer sa saison. Une fois le rythme engagé, il voudra le maintenir pour gagner de précieux points au classement de qualification pour la Coupe des Présidents.

« Si quelqu’un m’avait dit il y a 20 ans que je pouvais jouer ce tournoi au Canada pour Mike, cela aurait été une histoire incroyable », a-t-il déclaré. Il y a encore beaucoup de travail à faire d’ici septembre prochain.

«Je suis très déterminé à faire tout ce qui est en mon pouvoir pour faire partie de cette équipe à Montréal.»

Le petit bonhomme de 13 ans en serait très fier.



[ad_2]

Fr- local

Back to top button