Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Sport

Lightning 5 – Canadien 3 | De la tasse Molson au tabouret

[ad_1]

En début de soirée, Jake Allen a reçu la Coupe Molson. Une vingtaine de minutes plus tard, il se retrouve sur le tabouret du réserviste, une casquette sur la tête.



S’il faut résumer ce qui est arrivé au Canadien en ce mardi soir froid au Centre Bell, c’est à peu près ceci : c’est passé de festif à pas du tout festif assez rapidement, lors d’une mauvaise sortie du gardien partant.

Cela explique en grande partie cette victoire assez facile du Lightning de Tampa Bay, sur le score de 5-3. Après 13 minutes et 50 secondes de jeu, et après 4 buts sur seulement 9 tirs, l’affaire était déjà réglée et Allen était sur le banc.

Lightning 5 - Canadien 3 | De la tasse Molson au tabouret

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Le cinquième et dernier but de Tampa Bay.

Il n’était toutefois pas dans les vestiaires à la fin du match, le Canadien ayant pris la décision de ne pas le mettre à disposition des médias.

«Quand on accorde encore un but dès la première apparition du match… on a une équipe fragile, on a un peu perdu en confiance», a reconnu Martin St-Louis après le match. Cela résume assez bien la première période. Mais nous nous sommes retrouvés un peu plus tard… »

Un peu plus tard, l’entraîneur du Canadien a expliqué que ce qui s’était passé n’était « pas nécessairement la faute de Jake », mais il est difficile d’ignorer qu’Allen avait un pourcentage d’arrêts de ,927 en début de soirée et qu’au moment de notre départ, ce taux avait chuté comme un mauvaise journée en bourse, à .910.

Jordan Harris a blâmé un mauvais départ dans l’ensemble. «Même s’ils avaient joué la veille», a relevé le défenseur à propos des joueurs du Lightning. On connaît leur type d’attaque, si on avait pu les ralentir à leur sortie pour bien démarrer le match… mais ils ont bien démarré. »

Mais peut-être était-ce tout à fait prévisible ? Après tout, le Canadien avait sans doute un peu trompé la réalité en début de saison, pour une foule de raisons, en premier lieu les gardiens. Surtout Allen lui-même, qui a souvent livré des performances inattendues. Ces bonnes soirées devant le filet ont permis de masquer un temps les carences défensives de cette équipe. Visiblement, ça n’allait pas durer.

En l’absence de David Savard, les autres ont dû jouer des rôles différents, et Mike Matheson, entre autres, s’est retrouvé à jouer un rôle probablement trop exigeant pour son propre bien. Il était sur la glace quatre fois samedi à Saint-Louis lorsque l’adversaire a marqué, et mardi soir, il était encore sur la glace pour quatre buts ennemis.

Mike Matheson n’a pas été rendu disponible par le Canadien en fin de soirée, Martin St-Louis a donc dû prendre la parole à sa place.

« Il serait le premier à le dire, il ne joue pas selon ses standards en ce moment, a expliqué le pilote montréalais. Chaque joueur qui joue autant que lui vivra quelque chose de similaire au cours d’une saison. Nous savons ce qu’il peut apporter à l’équipe, je sais qu’il essaie de nous apporter cela aussi, de nous offrir de meilleures performances, et nous continuerons à l’aider, car nous avons besoin du joueur qu’il est capable d’être. Mais c’est difficile de faire ça sur 82 matchs… »

Ce qui est difficile aussi, c’est de gagner avec indiscipline, et à deux reprises mardi soir, alors que le Canadien tentait de remonter la pente après avoir réduit l’écart à deux buts, il y a eu de mauvaises pénalités, dont celle d’Arber Xhekaj. «Je n’ai pas aimé cette punition… on ne se donne pas de chance quand on reçoit des punitions comme celle-là», a résumé Martin St-Louis.

Lightning 5 - Canadien 3 | De la tasse Molson au tabouret

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Combat entre Arber Xhekaj et Tanner Jeannot

Enfin, les livres d’histoire retiendront que le 7 novembre 2023, le Canadien a été battu par un certain Matt Tomkins, gardien de son état, à l’âge vénérable de 29 ans. Il a remporté sa première victoire dans la LNH, à son troisième départ. Un gars qui a joué partout, y compris les deux saisons précédentes en Suède. C’est contre lui que le Canadien a perdu.

Un club en reconstruction, c’est pas mal.

À la hausse : Samuel Montembeault

Lightning 5 - Canadien 3 | De la tasse Molson au tabouret

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Steven Stamkos et Samuel Montembeault

Il est venu en remplacement de Jake Allen, et quelques gros arrêts de sa part ont au moins contribué à ralentir l’enthousiasme du Lightning.

En bas : Jake Allen

De telles soirées nous rappellent qu’il vaut mieux l’utiliser occasionnellement, avec parcimonie.

Le numéro du match : – 3

Il s’agit du différentiel de Mike Matheson lors du match de mardi soir.

En détails

Lightning 5 - Canadien 3 | De la tasse Molson au tabouret

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Matt Tomkins (90)

Une victoire inspirée par Roy et Price

Si Matt Tomkins s’accroche à Tampa pendant la majeure partie de la saison, attendez-vous à ce que son nom apparaisse dans votre débit de boissons local lorsque la discussion se tournera vers les candidats au trophée Bill Masterton. Le gardien du Lightning a signé mardi sa première victoire dans la Ligue nationale, à l’âge de 29 ans. Comme il aime lui-même le rappeler, Tomkins a pris « le long chemin » pour atteindre la LNH, passant quatre ans dans la NCAA, dont la Ligue américaine et l’ECHL, ainsi que deux saisons en Suède, avant de finalement s’installer dans le circuit Bettman. Le respect de ses coéquipiers était palpable. Au son de la sirène, Alex Barré-Boulet a récupéré la rondelle, avant de la remettre à Victor Hedman qui l’a remise à l’entraîneur-chef Jon Cooper, qui l’a remise au vainqueur au vestiaire. C’est sans doute à ce moment-là que les journalistes rassemblés près des vestiaires entendirent des hurlements de joie derrière les portes. « Tous les sacrifices en valaient la peine pour arriver ici. Il y a eu plusieurs questions en cours de route. Ce travail est-il fait pour moi ? J’ai fait plusieurs arrêts. La Suède y a joué un rôle important. Je suis parti de là sans réaliser que cela me ramènerait ici. » La victoire était particulièrement symbolique pour ce gardien qui idolâtrait Patrick Roy et Carey Price.

Matheson n’y arrive pas

Mike Matheson vit sans doute ses moments les plus difficiles depuis son arrivée à Montréal. Celui qui a souvent assumé le rôle de général de la ligne bleue canadienne a encore eu du mal en ce soir du 175e anniversaire de l’élection de Zachary Taylor à la présidence des États-Unis. Matheson a terminé la soirée avec un différentiel de -3, comme il l’a fait samedi à St. Louis. Son marquage plus ou moins étroit de Nick Paul sur le deuxième but de Tampa a de quoi laisser perplexe. Ses difficultés coïncident également avec le match du 28 octobre, contre les Jets, où il a déclaré forfait après la deuxième période. Il n’a raté aucun match, mais on se demande s’il joue à 100% de ses capacités. « Il ne joue pas à la hauteur de ses standards ces jours-ci, mais tout joueur qui joue autant de minutes vit cela au cours d’une saison », a expliqué Martin St-Louis.

Respect pour Montembeault

À la fin de la deuxième période, Samuel Montembeault a dépassé le banc du Lightning pour se retirer au vestiaire, mais pas avant qu’Alex Barré-Boulet ait donné une bonne tape d’encouragement au gardien canadien. Les deux amis ont joué ensemble avec l’Armada de Blainville-Boisbriand, puis avec le Syracuse Crunch. «On s’est revu cet été, on est devenus proches», a raconté Barré-Boulet. Parmi les quelques points positifs à noter pour le CH, on note certainement la performance de Montembeault, venu à la rescousse de Jake Allen en première période. Le Bécancourois a finalement bloqué 22 des 23 tirs des visiteurs, et il venait de marquer un joyau sur Nikita Kucherov lorsque le Lightning l’a finalement déjoué en fin de match. Mais dans les 43 minutes qui ont suivi son entrée en jeu, il a au moins maintenu le CH dans le match, réalisant de nombreux arrêts brillants. « Il n’y a plus de cachettes, c’est un très bon gardien en championnat, estime Barré-Boulet. Je le savais, j’avais joué avec. Je ne suis pas surpris par son succès. Le voir se battre comme il l’a fait ce soir est tout à son honneur. » Montembeault a profité de ce match pour réduire l’écart qui le sépare de Jake Allen. Son efficacité est maintenant de .902, comparativement à .910 pour le Néo-Brunswickois.

Guillaume Lefrançois, La presse



[ad_2]

Gn Ca sport

Back to top button