Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

L’Europe de l’Est s’invite dans les kiosques

[ad_1]

Les visages et les voix des frontières orientales de l’Europe ont désormais leur place dans les kiosques à journaux.« Mettre l’Est au centre de la carte » constitue bien l’ambition de la revue trimestrielle Kométa, dont le premier numéro a été publié en octobre dernier. Vendu au prix de 22 €, il est né d’un constat partagé par sa rédactrice en chef Léna Mauger dans son éditorial : « L’invasion russe de l’Ukraine a révélé un manque de compréhension de toute une partie de notre continent. »

Pour réparer ce manque, Kométa propose une série de superbes récits et reportages photos, une interview et des cartes sur 208 pages. Porté par un modèle maîtrisé, aérien et à la fois percutant, l’ensemble remplit l’objectif promis de révéler « des voix, des images, du courage, des silences ». Dans la première partie, la plus importante, le témoignage et la réalité, riches de leur singularité et de leurs nuances, l’emportent sur la théorie. Deuxièmement, les idées les complètent, mais la controverse n’a pas sa place.

Le premier numéro est consacré à l’impérialisme qui, avec l’invasion de l’Ukraine, s’est révélé n’être pas l’apanage des seuls États-Unis. Comme prévu, Kométa n’aborde pas la question sous un angle théorique. Cela ressort tout au long de la lecture : à travers le « Roman géorgien » d’Emmanuel Carrère, où l’écrivain français va rencontrer sa cousine, la présidente géorgienne, Salomé Zourabichvili, grâce à un reportage photo du photographe russe Alexander Gronsky sur des affiches de propagande russe ou une lettre de l’avocat russe Alexei Gorinov. Il l’a écrit à genoux depuis la colonie pénitentiaire de la région de Vladimir, où il a été envoyé après avoir qualifié l’invasion de l’Ukraine de « guerre » et proposé une minute de silence au sein du conseil municipal plénier, dans le district de Krasnoselsky à Moscou. Les propos de Nigina Beroeva, correspondante à Moscou des médias français, permettent aussi, comme l’ambition Kométade « mieux comprendre ce qui se passe en Russie ».

[ad_2]
Fr1

Back to top button