Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Leur fille a failli se noyer, ses parents se battent avec la Canada Vie pour payer ses soins

[ad_1]

Depuis plus d’un an, la famille McLaughlan fait tout son possible pour prendre soin de leur fille, Briar, qui a failli se noyer à l’été 2022. Souffrant d’encéphalopathie hypoxique-ischémique (EHI), elle s’est battue pour rester en vie. Ses parents doivent désormais se battre avec leur nouvel assureur : Canada Vie.

1euh En juillet, 1,7 million de fonctionnaires et retraités du gouvernement fédéral ont vu leur assureur passer de vie du soleil à la Canada Vie. Cela a entraîné des changements dans les services et les médicaments couverts, dans la manière dont les réclamations sont approuvées et dans la manière de contacter un agent pour discuter d’un problème ou d’une question.

Depuis, des centaines de personnes ont contacté Radio-Canada/Radio-Canada pour exprimer son mécontentement à l’égard de la Canada Vie. La situation est telle que la semaine dernière, le Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires (OGGO) a adopté une motion pour étudier la transition du Régime de soins de santé de la fonction publique (RSSFP) du vie du soleil à la compagnie d’assurance Canada-Vie.

Famille McLaughlan fait partie de ceux qui ont vu les problèmes à leurs dépens.

Été 2022, vacances Jennifer Et André au Nouveau-Brunswick a tourné au drame lorsque leur fille a été retrouvée flottant dans une piscine. Elle était inconsciente et ne respirait plus. Malgré une réanimation cardio-pulmonaire, elle souffrait de EHIlésions cérébrales causées par un manque d’oxygène.

A l’hôpital, le pronostic n’était pas optimiste. Andrew McLaughlanqui travaille pour les Forces armées canadiennes, raconte encore ces moments d’une voix brisée.

Les médecins nous ont dit : « Nous allons faire tout ce que nous pouvons pour elle, mais il y a de fortes chances qu’elle ne (quitte) jamais cette pièce. »

Contre toute attente, Bruyère est rentré chez lui à Kingston, en Ontario, après avoir passé quatre mois dans des hôpitaux pour enfants à Halifax et à Ottawa.

Donc couvert par le vie du soleilLE McLaughlan ont reçu un remboursement pour les frais de nourriture, d’équipement d’alimentation, de fauteuil roulant, de lit médical et de billet d’avion de 28 000 $ entre Halifax et Ottawa.

Pour nous, c’était merveilleux. Nous avions notre propre gestionnaire de cas. Si nous avions des questions, nous l’appelions directement. Nous n’avons pas eu à attendreaffirme Jennifer McLaughlan.

Mais ils doivent maintenant se battre avec leur nouvel assureur, Canada Vie, pour obtenir la même couverture.

Nous avons dépensé 5 000 $ pour prendre soin de Bruyère depuis le 1euh Juillet, et il n’a pas été remboursé. La plupart de nos demandes ont été rejetéesse lamente le père.

Briar McLaughlan avait deux ans lorsqu’elle a été retrouvée sans signes vitaux dans une piscine familiale en juillet 2022.

Photo : Radio-Canada / Francis Ferland

Des factures lourdes

Mais au départ, on leur a dit que la couverture n’allait pas changer, voire même qu’elle allait s’améliorer.

J’ai l’impression que nous avons été totalement aveuglés par celadit la mère.

La famille reçoit une allocation annuelle de 1 680 $ par l’intermédiaire du Programme ontarien d’appareils et accessoires fonctionnels pour répondre à certains des besoins de leur fille. Pour le reste de leurs frais de garde d’enfants, les parents comptent sur leurs prestations de soins de santé. Guérir Bruyère, la famille dépense 2 000 $ par mois. Cela comprend 662$ pour une préparation spéciale, 355$ pour les sachets de cette préparation et 20$ pour les tubes gourmands à changer chaque semaine.

Radio-Canada a contacté la Canada Vie pour ce rapport. Un représentant de l’assureur a alors contacté le McLaughlan pour leur dire que les sachets de lait maternisé seraient désormais couverts.

La compagnie d’assurance a également déclaré Radio-Canada qu’elle avait créé une équipe chargée d’examiner les demandes qui auraient pu être refusées et de décider si elles devaient être approuvées pour des raisons humanitaires. Il a ajouté que l’objectif était de donner la priorité aux demandes urgentes ou à celles déposées par des personnes confrontées à des difficultés financières.

Dans un email envoyé à Radio-Canadale Conseil du Trésor, qui supervise les opérations du gouvernement fédéral, a déclaré qu’il partageait soucis et frustrations les membres de la fonction publique fédérale qui ne peuvent pas toujours joindre un agent ou qui subissent de longs délais d’attente.

Nous comprenons le stress que ce problème de service persistant exerce sur les individus et leurs familles.a écrit un porte-parole.

Le Conseil du Trésor a déclaré que les nutriments thérapeutiques de remplacement sont couverts par une ordonnance, mais il n’a pas été précisé si les articles connexes, tels que les tubes gastronomiques et les sachets de lait maternisé, étaient également couverts.

Il a également rappelé que les membres peuvent faire appel de toute demande de remboursement refusée.

Parmi les sujets abordés, McLaughlan disent avoir dû attendre des mois pour être remboursés. La famille a dû s’endetter. La mère estime que tout le clan est perdant, que ce soit les parents, Bruyèreet leurs deux autres enfants.

Nos enfants n’ont pas demandé à vivre cela. Nous n’avons pas demandé à subir cela, et les enfants sont perdants car nous devons attendre plus longtemps pour obtenir le remboursement.

Jenn McLaughlan embrasse sa fille, Briar, à l'hôpital.

Briar McLaughlan a passé plus d’un mois dans un hôpital pédiatrique à Halifax, avant de passer encore trois mois au CHEO à Ottawa. (Photo d’archives)

Photo : avec l’aimable autorisation de Jenn McLaughlan

Ils jouent avec la vie des gens

Avant l’accident, Bruyère était dynamique et joyeux, avec un côté espiègle. Aujourd’hui, elle a besoin d’un fauteuil roulant, est incapable de parler et a besoin d’une sonde d’alimentation et de soins 24 heures sur 24.

Elle dépend de nous pour toutrésume son père.

Les parents espèrent que leur fille retrouvera un jour certaines capacités perdues. Ils vivent d’espoir, compte tenu des progrès réalisés au cours de l’année écoulée. Elle a réappris à rire et à chanter.

Toutes les semaines, Bruyère continue de s’améliorer et nous montre à quel point elle est incroyablement forte. Nous sommes très reconnaissants qu’elle ait continué à se battre et qu’elle veuille être ici avec nous. Parce qu’on l’aime tellementa conclu M. McLaughlan.

Avec les informations de Kimberly Molina de Radio-Canada Nouvelles

[ad_2]
journalmetro

Back to top button