Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Lettres : Privilégié Moe, Sask. Le parti ne comprend pas les peurs des enfants

[ad_1]

« En termes simples, cette politique des pronoms est une attaque directe contre les citoyens les plus vulnérables de la société : les enfants effrayés », écrit Cory Antonini.

Contenu de l’article

Je suis un homme blanc, d’âge moyen et hétéro. En tant que tel, je bénéficie de nombreux privilèges que j’ai portés avec moi depuis que j’étais enfant à l’école jusqu’à postuler à un emploi et à décrocher une belle carrière.

Le privilège prend de nombreuses formes : argent, influence, opportunité. Mais je me suis rendu compte que le privilège le plus puissant est probablement celui de ne pas avoir peur. Je n’ai pas peur de passer entre les mailles du filet. Je n’ai pas peur de marcher seul la nuit. Je n’ai pas peur des préjugés.

Publicité 2

Contenu de l’article

Contenu de l’article

Et que mon cheval ait gagné ou non une élection, je n’ai jamais vraiment eu peur de nos gouvernements dans ce pays… jusqu’à présent. Considérez la Saskatchewan. Justification du parti : « Cela protège les droits des parents. » Quels parents ? Les sept parents qui ont écrit des lettres ?

Soyons clairs sur une chose : les écoles sont un flux constant de communication sur tout. Le seul cas où les parents ne seraient pas informés d’un changement de nom serait si l’enfant dit à l’école que le fait d’informer les parents le mettrait en danger. Voilà : la peur – la peur que quelque chose puisse leur arriver.

La Saskatchewan. Party, et Moe en particulier, ne connaissent pas la peur. Leur privilège est le même que le mien. En termes simples, cette politique des pronoms est une attaque directe contre les citoyens les plus vulnérables de la société : les enfants effrayés. Et ils devraient avoir peur, parce que la Saskatchewan. Le parti est prêt à faire de grands efforts politiques pour adopter cette législation.

Je crains que ce ne soit la première salve d’une série de changements similaires à ce que nous observons au sud de la frontière, où les livres sont interdits, les enseignants sont vilipendés et les écoles sont accusées d’avoir des programmes néfastes. Il existe des preuves que cela se produit déjà ici :

Contenu de l’article

Publicité 3

Contenu de l’article

Planned Parenthood et son matériel ont été récemment interdits. Des changements sont-ils apportés au Sask. Le programme Heath à venir ? Ces guerres culturelles au sud de la frontière ne sont pas les bienvenues ici.

La Saskatchewan. Le parti a une carte dans sa manche, et elle est de taille : la clause dérogatoire. C’est en effet l’atout. Nous devrions tous avoir peur.

Cory Antonini, Régina

Le foyer luthérien devrait rester ouvert pour le moment

Un article récent indiquait que le Regina Lutheran Home allait fermer ses portes et que 62 résidents seraient transférés dans différentes maisons de retraite à travers la ville.

La Saskatchewan Health Authority (SHA), responsable des soins de longue durée, a décidé, sans consultation, de ne pas reprendre le Regina Lutheran Home. Selon la fille d’un résident : « Ils n’ont pas regardé les conséquences ».

L’article indiquait qu’un nouvel établissement de soins de longue durée était en préparation à Regina. Cependant, cela pourrait prendre des années avant que des lits soient disponibles. Les membres des familles des résidents du Regina Lutheran Home espèrent que leur foyer pourra rester ouvert jusqu’à ce que le nouvel établissement soit construit.

Garder leur maison ouverte prendrait en considération leurs besoins et serait le meilleur résultat pour eux. Cela prendrait également en considération les autres personnes qui ont besoin des 62 lits qui ne seront pas disponibles jusqu’à ce que de nouvelles maisons soient construites à Regina.

Publicité 4

Contenu de l’article

Fermer aujourd’hui les résidences pour personnes âgées est ridicule et à courte vue. Le nombre de personnes âgées en Saskatchewan augmente. Au lieu de fermer des établissements pour personnes âgées, la Saskatchewan devrait en construire davantage.

Ed Lehman, Régina

Histoires connexes

PARTAGEZ VOS VUES

Le Leader-Post accepte les lettres qui doivent inclure le nom et le numéro de téléphone de l’auteur.

Les soumissions seront vérifiées et éditées avant publication. Nous publions les noms et la communauté de tous les auteurs de lettres.

Courriel : letter@leaderpost.com

Envoyer à : 300-1964 Park St., Regina, Saskatchewan, S4N 7M5

Contenu de l’article

commentaires

Postmedia s’engage à maintenir un forum de discussion vivant mais civil et encourage tous les lecteurs à partager leurs points de vue sur nos articles. Les commentaires peuvent prendre jusqu’à une heure pour être modérés avant d’apparaître sur le site. Nous vous demandons de garder vos commentaires pertinents et respectueux. Nous avons activé les notifications par e-mail : vous recevrez désormais un e-mail si vous recevez une réponse à votre commentaire, s’il y a une mise à jour d’un fil de commentaires que vous suivez ou si un utilisateur que vous suivez commente. Consultez nos directives communautaires pour plus d’informations et de détails sur la façon d’ajuster vos paramètres de messagerie.

Publicité 1

[ad_2]

En LOcal

Back to top button