Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Lettres : Le centre de bien-être de Saskatoon est situé trop près des enfants

[ad_1]

Le gouvernement du Parti saskatchewanais doit cesser de cibler les jeunes trans déjà en difficulté et se concentrer sur des problèmes critiques tels que nos systèmes de santé et d’éducation en ruine, l’itinérance, la crise de l’abordabilité et l’urgence climatique.

Au lieu de cela, le gouvernement met en péril la protection provinciale des droits de la personne en invoquant la clause nonobstant de la Charte canadienne.

Il sous-paye les professionnels de la santé et finance le recrutement de travailleurs de la santé auprès d’autres provinces. Il refuse aux enseignants des augmentations basées sur le coût de la vie et ne parvient pas à répondre aux besoins croissants en matière de soutien en matière de santé mentale des étudiants et aux exigences de populations étudiantes de plus en plus diversifiées.

Cela sous-finance chroniquement nos universités. Il ne tient pas compte de la condition déplorable des personnes sans abri ayant des besoins de santé complexes, mettant en danger non seulement ceux qui se trouvent au centre de bien-être d’urgence du Conseil tribal de Saskatoon, mais aussi les autres résidents de Saskatoon.

C’est particulièrement vrai maintenant qu’un véritable leader comme le chef Arcand a dû faire le choix difficile d’expulser ceux qui consomment des drogues sur le site du centre de bien-être. Il refuse un financement opérationnel à Prairie Harm Reduction et à Nēwo Yōtina, alors que les décès par surdose augmentent.

Cela gaspille de l’argent et des énergies en créant un service de police et une agence provinciale du revenu au lieu d’offrir des allégements fiscaux provinciaux à ceux qui ont du mal à faire face à l’augmentation du coût de la vie.

Il entretient des querelles générales avec Ottawa, notamment sur les taxes sur le carbone et les objectifs de carboneutralité, au lieu de présenter des arguments raisonnés en faveur d’un allègement là où cela est le plus nécessaire. Cela nous divise plutôt que de modéliser le fait que sur notre planète en péril et dans notre société polarisée, nous sommes tous dans le même bateau.

Cela nous donne des politiques qui fonctionnent pour chaque ami — celui du Parti saskatchewanais, bien sûr — plutôt que pour tout le monde.

Susan Gingell, Saskatoon

[ad_2]

En LOcal

Back to top button