Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

l’Etat prendra en charge les factures de septembre à décembre

[ad_1]

L’État français prendra en charge les factures d’eau des habitants de Mayotte de septembre à décembre, confrontés à une grave pénurie de cette ressource vitale sur leur île, a annoncé jeudi la Première ministre Elisabeth Borne.

« Les abonnés au service d’eau n’auront pas à payer de factures pour les mois de septembre à décembre 2023, compte tenu de la dégradation très importante du service rendu au public », a indiqué le Premier ministre.

Le gouvernement prévoit également «d’élargir progressivement» jusqu’à la mi-novembre la distribution gratuite d’eau en bouteille, actuellement limitée à 50 000 personnes parmi les plus vulnérables, grâce à davantage d’approvisionnements en bouteilles en provenance de La Réunion. et la France.

Une source proche du dossier évoque un élargissement de cette distribution à environ 100 000 personnes. Quelque 300 militaires et civils seront déployés à Mayotte pour assurer la logistique de cette distribution.

Pour faire face à cette crise de l’eau due à une grave sécheresse, l’État a intensifié les coupures et envisage de les prolonger encore, anticipant des « six à huit semaines » difficiles.

La plus grande sécheresse depuis 1997

Depuis le 4 septembre, la population mahoraise (310 000 habitants au 1er janvier 2023) est privée d’eau deux jours sur trois et des manifestations sont organisées par la population pour dénoncer le problème.

Le département le plus pauvre de France est confronté à sa pire sécheresse depuis 1997, alors que son approvisionnement dépend en grande partie de l’eau de pluie.

Les déficits pluviométriques sont aggravés par le manque d’infrastructures et d’investissements dans un territoire qui, sous la pression de l’immigration clandestine notamment en provenance des Comores voisines, connaît une croissance démographique de 4% par an.

Des travaux d’urgence ont été engagés (forages, détection de fuites, interconnexion des réseaux, etc.) mais ne devraient porter leurs fruits qu’à plus long terme. La construction d’une deuxième usine de dessalement est également prévue.

[ad_2]
Fr1

Back to top button