Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

L’essor des fermes solaires, une menace pour les exploitations agricoles ?

[ad_1]

Le développement en plein essor des parcs solaires a fait craindre que ces infrastructures pourraient nuire à la production alimentaire au Canada, en particulier en Alberta où la province a suspendu l’approbation de tout projet éolien ou solaire à grande échelle. Cependant, des études montrent que l’engouement pour l’énergie solaire ne va pas engloutir autant de terres agricoles.

En effet, les chercheurs ont conclu que l’impact de la croissance de fermes solaires resterait faible sur les terres agricoles, après avoir analysé la croissance de cette énergie renouvelable à travers le Canada.

Ils ont notamment évalué la surface nécessaire aux panneaux solaires pour permettre la transition énergétique du pays.

Sans surprise, l’équipe scientifique a noté que l’utilisation de l’énergie solaire nécessiterait beaucoup plus d’espace que l’énergie éolienne. Elle nécessite un stockage d’énergie à plus long terme et s’accompagne d’importantes pertes d’énergie – jusqu’à un quart de la production.

Et si toute la transition énergétique reposait sur la production de parcs solaires, environ 36 100 km2 de terrain devrait être recouvert de panneaux solaires. Cela peut paraître beaucoup, mais les chercheurs ont constaté que cela ne représentait pas beaucoup. finalement seulement 5,6 % des terres sont utilisées pour l’agriculture au Canada.

Des panneaux solaires dans la décharge

L’étude de Keena Trowell, professeure adjointe de génie mécanique à l’Université McMaster à Hamilton, en Ontario, recommande également d’utiliser des terrains bâtis, comme les toits, pour installer des panneaux solaires.

Les décharges offrent également une option intéressante en raison de leur proximité avec des lieux de consommation électrique, selon Sara Hastings-Simon, professeure agrégée à l’Université de Calgary qui étudie la transition énergétique et les politiques publiques.

Lorsqu’il s’agit de savoir s’il y a suffisamment de terres agricoles dans la province (Alberta) pour construire des parcs solaires, je pense que la réponse est très claire : oui.

En août, le gouvernement de l’Alberta a annoncé que le moratoire sur les énergies renouvelables durerait jusqu’au 29 février 2024. Il avait alors exprimé ses inquiétudes quant à l’utilisation et à la remise en état des terres utilisées par l’énergie solaire et éolienne.

Or, selon les conclusions de Ian Urquhart, professeur émérite de sciences politiques à l’Université de l’Alberta, la plupart des projets solaires approuvés en Alberta entre 2019 et 2023 étaient situés sur des terres classées défavorables à la production agricole.

Danielle Smith, première ministre de l’Alberta, a justifié ce moratoire en expliquant à Radio-Canadaen septembre, cela nous ne pouvons pas installer des quantités massives de panneaux solaires sur des terres agricoles de premier ordre. C’est l’une des choses que nous avons entendues haut et fort.

Alors que la plupart des provinces canadiennes dépendent largement des énergies renouvelables, la situation est différente en Alberta.

Les énergies fossiles comme le gaz naturel représentent près de 85 % de la production totale d’électricité de la province, selon un rapport de l’Alberta Electric System Manager (AESO) datant de 2022. Les énergies renouvelables comptent pour près de 13 %.

Selon les informations d’Emily Chung, Radio-Canada

[ad_2]

Gn Ca local

Back to top button