Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Les travailleurs de la Voie maritime du Saint-Laurent entament une grève, selon le syndicat

[ad_1]

La Voie maritime du Saint-Laurent a été fermée alors que des centaines de travailleurs ont débrayé dimanche.

L’arrêt devrait affecter immédiatement les expéditions de marchandises le long de l’artère qui relie Montréal au lac Érié.

Dans un communiqué dimanche peu après minuit, le syndicat a déclaré qu’il n’était pas parvenu à parvenir à un accord avec l’employeur avant la date limite de grève, malgré des négociations « jusqu’au dernier moment ».

« Nous ne pouvons pas permettre que les droits des travailleurs soient compromis. Nous restons ouverts à la discussion et espérons que l’employeur reconsidérera sa position pour le bien de tous », a déclaré Daniel Cloutier, directeur québécois d’Unifor, dans un communiqué.

En quête d’augmentations de salaire

Le syndicat a déclaré cette semaine qu’il restait « à 1 000 milles marins » de la direction en matière de salaires – le point clé des discussions – et qu’il appartenait à l’employeur d’éviter toute perturbation du transit.

« Ce sont des emplois qui nécessitent une formation intense, un haut niveau de compréhension des risques pour la santé et la sécurité, et qui comportent d’énormes responsabilités quant au bien-être des gens de mer et de leur cargaison. Ils sont irremplaçables », a déclaré Cloutier dans un communiqué antérieur.

Dans sa propre déclaration publiée après minuit, la Corporation de Gestion de la Voie Maritime du Saint-Laurent (CGVMSL) a déclaré que les parties sont dans une impasse alors qu’Unifor « continue d’insister sur des augmentations de salaire inspirées par des négociations de type automobile », et que la voie maritime restera fermée jusqu’à ce que un accord peut être trouvé.

« Les enjeux sont élevés et nous sommes pleinement déterminés à trouver une solution qui sert les intérêts de la société et de ses employés », a déclaré Terence Bowles, président-directeur général de la CGVMSL, dans un communiqué.

« En ces temps économiques et géopolitiques critiques, il est important que la voie maritime demeure une voie de transport fiable pour le mouvement efficace des marchandises essentielles. »

Des progrès lents dans les négociations

La CGVMSL a déclaré vendredi qu’elle restait déterminée à négocier de bonne foi, mais a également déclaré que les progrès avaient été lents et que les revendications salariales du syndicat pourraient entraîner une hausse des péages.

Mercredi, l’impact potentiel sur les expéditions de fret a été cité comme une préoccupation majeure.

« Les mouvements de marchandises par la voie maritime constituent une partie importante de l’économie et de la chaîne d’approvisionnement nord-américaines », a déclaré le porte-parole Jean Aubry-Morin.

« En particulier, cette action syndicale aurait un impact sur les mouvements de céréales à une période où le monde a cruellement besoin de ce produit essentiel, même si l’approvisionnement a été affecté par la situation en Ukraine et la plus grande fréquence des événements météorologiques extrêmes que connaît le monde. « .

La société a déclaré qu’elle attendait une réponse à sa requête auprès du Conseil canadien des relations industrielles, visant à obtenir une ordonnance confirmant l’application du Code canadien du travail concernant le mouvement du grain pendant une grève.

Il a indiqué qu’un arrêt du système a eu lieu pendant la période de préavis de 72 heures permettant aux navires de dégager le système de la Voie maritime en toute sécurité, et que la CGVMSL est en contact régulier avec l’industrie maritime. Il n’y a actuellement aucun navire en attente de sortie du système, mais il y en a plus de 100 en dehors du système qui sont touchés par la situation, indique le communiqué.

Quelque 360 ​​travailleurs, allant des ingénieurs aux administrateurs, composent les cinq sections locales du syndicat qui étaient en négociations avec la direction jusqu’à samedi soir.

Les pourparlers ont débuté en juin avec l’aide d’un médiateur fédéral et se sont poursuivis après qu’Unifor a émis mercredi un préavis de grève de 72 heures à l’employeur.

L’année dernière, quelque 16,7 milliards de dollars de marchandises – dont près de la moitié étaient constituées de céréales et de minerai de fer – ont traversé le système d’écluses, de canaux et de canaux.

[ad_2]

En LOcal

Back to top button