Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Entreprise

Les travailleurs de General Motors au Canada se retirent alors que les négociations contractuelles échouent

[ad_1]

Contenu de l’article

(Bloomberg) — Les travailleurs des usines canadiennes de General Motors se mettent en grève et mettent au ralenti des usines clés en Ontario, après que les négociations contractuelles avec le syndicat représentant environ 4 300 employés n’ont pas abouti à un accord.

Unifor, qui représente les travailleurs de l’automobile au Canada, essayait d’amener GM à respecter l’accord de trois ans qu’il a signé avec Ford Motor Co. qui comprend des augmentations de salaire, des allocations de vie chère et des améliorations des pensions. Il avait fixé la date limite à lundi, à 23 h 59, heure de Toronto, pour conclure un accord.

Contenu de l’article

La grève augmente la pression sur GM, qui fait déjà face depuis la mi-septembre aux grèves américaines du syndicat United Auto Workers. Le constructeur automobile a fait une concession importante la semaine dernière, en acceptant d’intégrer les employés des usines de batteries dans le giron de l’UAW, contribuant ainsi à apaiser les inquiétudes de ce syndicat concernant la transition vers les véhicules électriques.

Pourtant, des milliers de travailleurs américains dans certaines usines d’assemblage et centres de distribution de pièces détachées de GM restent au chômage alors que l’UAW cherche à sortir de sa grève avec une augmentation de salaire d’au moins 30 %, ont déclaré à Bloomberg des personnes proches du dossier. GM a offert 20 %, ainsi que d’autres édulcorants.

Contrairement à l’UAW, qui a frappé simultanément les trois constructeurs automobiles de Détroit avec des fermetures ciblées, le syndicat canadien a décidé de s’en tenir à l’approche traditionnelle des « négociations types ». Il a d’abord conclu un accord avec Ford qui verra le salaire horaire de base augmenter de 20 à 25 % sur trois ans, selon l’emploi, plus les primes, selon un communiqué du syndicat. Unifor essaie maintenant d’amener GM et Stellantis NV à respecter ces conditions.

Les négociations canadiennes portent sur les travailleurs de trois usines de GM, dont une usine d’assemblage à Oshawa, en Ontario, qui produit des camionnettes Chevrolet Silverado, et une usine de groupes motopropulseurs à St. Catharines, en Ontario, qui dessert des usines dans d’autres pays.

Partagez cet article sur votre réseau social

[ad_2]

financialpost

Back to top button