Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Entreprise

Les taux d’intérêt pourraient rester élevés pendant longtemps, prévient la Banque du Canada

[ad_1]

La sous-gouverneure principale de la Banque du Canada, Carolyn Rogers, a averti jeudi que les taux d’intérêt pourraient ne pas revenir aux bas niveaux auxquels les gens étaient habitués avant la pandémie de COVID-19.

Nous pourrions être tentés de croire que les taux bas auxquels nous sommes habitués finiront par revenir un jour, mais il y a des raisons de croire que ce n’est peut-être pas le cas.a déclaré Mme Rogers dans un discours prononcé jeudi.

Dans le texte préparé de son discours, la vice-gouverneure a noté que les changements structurels dans l’économie mondiale, tels que le passage de l’épargne aux dépenses des baby-boomers qui arrivent à la retraite, pourraient conduire à des taux d’intérêt plus élevés.

Des niveaux plus élevés de dette publique et des risques géopolitiques tels que la guerre entre Israël et Gaza pourraient également faire monter les taux, a-t-elle déclaré.

Il y a évidemment beaucoup d’incertitude dans tout cela, mais il n’est pas difficile d’imaginer un monde où les taux d’intérêt resteront en permanence plus élevés que ce à quoi les gens sont habitués.» a déclaré Mme Rogers.

La Banque du Canada a augmenté de manière agressive ses taux d’intérêt au cours de la dernière année et demie, faisant passer son taux directeur cible de 0,25 % à 5 %, son niveau le plus élevé depuis 2001.

Ces augmentations visaient à ralentir l’inflation après une hausse rapide des prix à la suite de la pandémie.

Cependant, les économistes estiment que les taux pourraient ne pas revenir à leurs faibles niveaux d’avant la pandémie, car l’économie mondiale subit des changements structurels.

Les Canadiens ont déjà un avant-goût de la vie avec des taux d’intérêt élevés, alors que de plus en plus de personnes renouvellent leur prêt hypothécaire à des taux élevés et font face à des coûts d’emprunt plus élevés.

Mme Rogers a souligné que le monde s’adapte déjà à la réalité des taux d’intérêt plus élevés, ce qui laisse peu de place aux la flexibilité au système financier mondial s’il est confronté à un choc.

Elle a déclaré que s’adapter à des taux plus élevés à long terme constituerait un grand changement pour tout le monde, des gouvernements aux entreprises en passant par les ménages.

Une adaptation précoce et progressive réduit le risque de devoir prendre ultérieurement des mesures brusques, voire déstabilisantes.

Le premier sous-gouverneur a souligné que les données montrent que les Canadiens s’adaptent aux taux d’intérêt plus élevés en réduisant à la fois leurs dépenses et leurs demandes de crédit.

Les entreprises ressentent également la pression de la hausse des taux d’intérêt : la demande pour leurs biens et services ralentit et les coûts du service de la dette augmentent.

Mme Rogers a prévenu que d’autres ajustements interviendraient à mesure que les précédentes hausses de taux se répercuteraient sur l’économie.

Les effets de la hausse des taux d’intérêt se répercutent toujours sur l’économie. Nous devrons surveiller de près à la fois les indicateurs de tension du crédit et les données d’enquête pour voir comment les entreprises et les ménages s’adaptent.dit-elle.

[ad_2]

Gn Ca bus

Back to top button