Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Les Québécois commencent à être charmés par Pierre Poilievre

[ad_1]

La dernière fois que le Parti libéral du Canada a terminé premier en termes d’intentions de vote au pays, c’était le 28 mai.

Depuis ce sondage, il y a eu 39 scrutins consécutifs où les conservateurs de Pierre Poilievre ont terminé en première place.

L’ancienne équipe de Stephen Harper est passée d’une avance de cinq à six points au printemps à une avance de huit à dix points à la fin de l’été et elle devance désormais les autres d’une quinzaine de points.

Photo d’archives, AFP

Québec

Au cours des six derniers mois, il n’y a pas eu beaucoup de mouvement au Québec. Dans presque tous les sondages, le Bloc est en tête, les libéraux sont en deuxième position et les conservateurs complètent le podium.

Dans les semaines qui ont suivi le congrès conservateur à Québec en septembre, nous n’avons constaté aucun changement dans la Belle Province.

Pourtant, depuis deux ou trois semaines, les choses bougent. Que ce soit dans les données de Léger, Abacus Data ou Mainstreet Research, on constate que les conservateurs bénéficient d’une trajectoire positive.

  • Écoutez la rencontre politique avec Yasmine Abdelfadel et Marc-André Leclerc via Radio QUB :

Même si certains observateurs émettent des doutes sur les entreprises anglophones lorsqu’ils font des sondages au Québec, il faut quand même constater qu’on n’a pas vu les conservateurs en première ou en deuxième position au Québec depuis de nombreuses années.

Il se passe clairement quelque chose. Le discours de M. Poilievre résonne davantage auprès des Québécois qui ont les mêmes préoccupations que les Canadiens du reste du pays : l’inflation et la crise du logement.

Gérer les troupes

On se demande si M. Poilievre sera en mesure de conserver son avance d’ici les prochaines élections.

Évidemment, le chef conservateur doit s’assurer d’éviter les erreurs de la part des membres de son caucus. Pour l’instant, il semble avoir les deux mains sur le volant.

En revanche, les mauvais sondages pourraient freiner la bonne humeur des députés libéraux. Comme Justin Trudeau veut rester au pouvoir, il risque de lancer le pays en campagne le plus tôt possible avant que le mécontentement ne se propage davantage au sein de son caucus.

Les Québécois commencent à être charmés par Pierre Poilievre



[ad_2]

Gn Ca local

Back to top button