Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Divertissement

« Les Merveilles », trois super-héroïnes contre un océan d’incertitudes

[ad_1]

Il est bien connu qu’Hollywood adore transformer ses succès en suites. Mais peu de films récents ont dû faire face à des responsabilités aussi lourdes – à l’écran comme hors caméra – que la nouvelle aventure de super-héroïne, « Les Merveilles ».

• Lire aussi : Jeremy Renner jure de « ne pas gâcher » sa vie après un accident de chasse-neige

• Lire aussi : Accident de voiture : ce cascadeur Marvel perd la vie avec trois de ses enfants

• Lire aussi : Voici tout ce que vous devez savoir sur le nouveau film sur l’univers Marvel

Premier opus de l’univers Marvel aux protagonistes entièrement féminins, ce long-métrage sorti mercredi en France s’inscrit non seulement dans la lignée des événements survenus lors des 32 autres films de la franchise, mais emprunte également à l’intrigue de deux séries télévisées.

Carol Danvers, alias « Captain Marvel » (toujours incarnée par Brie Larson), se voit ainsi attribuer deux partenaires des séries Disney+ « WandaVision » et « Miss Marvel » : Monica Rambeau, incarnée par Teyonah Parris, et Kamala Khan, incarnée par Iman Vellani. .

Iman Vellani dans le rôle de Mme Marvel/Kamala Khan dans « The Marvels » de Marvel Studios. Photo de Laura Radford fournie par Marvel

Photo de Laura Radford fournie par Marvel

Les trois femmes sont obligées de faire équipe pour sauver l’univers alors qu’elles échangent involontairement leurs corps lorsqu’elles utilisent leurs super pouvoirs en raison d’une anomalie.

Un rebondissement auquel les films Marvel sont habitués mais qui alimente les craintes d’aggraver la lassitude manifestée par le public à l’égard des aventures de super-héros.

Selon le magazine VariétéSuivre la franchise ces jours-ci ressemble plus à un « devoir d’école » qu’à un divertissement.


Brie Larson dans le rôle du capitaine Marvel/Carol Danvers dans « The Marvels ».

Photo de Laura Radford fournie par Marvel

Pour sa réalisatrice Nia DaCosta, le défi du film était d’alterner entre l’exploration des origines de ses héroïnes et la poursuite de leurs nouvelles aventures loufoques dans l’espace.

« Nous avons essayé d’honorer leurs histoires », a-t-elle expliqué, résumant ses questions. « Que devons-nous voir dans cette prochaine phase pour tous les personnages, et comment pouvons-nous l’équilibrer ? »

Des difficultés

Le film a également dû faire face à des difficultés hors champ : pour terminer le film, le tournage a dû reprendre quatre semaines supplémentaires et sa sortie a été retardée à plusieurs reprises.

Des rumeurs concernant un rachat du film par le patron du studio Marvel, Kevin Feige, ont circulé. Selon VariétéMme DaCosta aurait même quitté le projet pendant la post-production.

L’intéressé a démenti cette information auprès de l’AFP.

« Au cœur de l’histoire, il s’agit de trois personnages qui se rencontrent et se découvrent pour la première fois », a expliqué la productrice Mary Livanos, certaine que le public pourra « suivre et apprécier l’histoire » sans être imbattable. sur l’univers Marvel.

Autre difficulté, la grève des acteurs à Hollywood, qui vient de se terminer mercredi soir, a empêché les acteurs de promouvoir le film avant sa sortie.

Et comme pour « Captain Marvel », sorti en 2019, « The Marvels » a également dû faire face à une campagne de trolling sexiste en ligne, à l’égard de ses trois premiers rôles féminins.

Sororité

Les analystes ne prédisent pas un sort fulgurant : ils s’attendent à 60 millions de dollars de recettes au box-office américain lors de son premier week-end, ce qui serait exceptionnellement bas pour un film Marvel.

Mais Mme Livanos se veut confiante. La productrice rappelle que plusieurs projets réalisés par des femmes cartonnent actuellement aux Etats-Unis.

« C’est vraiment excitant et c’est une heureuse coïncidence que le film sorte après cet été incroyable avec Barbie et Taylor Swift cet automne en salles », insiste-t-elle, espérant que le film puisse profiter de cet élan.

Pour Mme DaCosta, la plus jeune réalisatrice de Marvel, embauchée à 30 ans avec un seul film indépendant acclamé à son actif, la fraternité est un thème récurrent.

Son premier film, « Little Woods », raconte l’histoire de deux sœurs qui luttent pour échapper à la pauvreté, à un passé criminel et à une grossesse non désirée, et qui doivent s’unir pour se soutenir mutuellement.

« C’est un peu comme ça que j’ai vu ces trois personnages, (…) trois sœurs qui doivent se retrouver – et se retrouver », raconte-t-elle. « Dans l’univers Marvel, cela signifie devenir une grande équipe de super-héros. »



[ad_2]

Gn Ca ent

Back to top button