Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennesPolitique

Les frappes israéliennes à Gaza font au moins 13 morts et détruisent le service de cardiologie d’al-Shifa | Conflit israélo-palestinien Actualités

[ad_1]

Les troupes israéliennes se rapprochent de l’hôpital al-Shifa, où sont coincés des centaines de médecins, de patients et de personnes déplacées.

Les frappes aériennes israéliennes à Gaza ont tué plus d’une douzaine de personnes et détruit le service de cardiologie du principal hôpital, affirment les responsables de Gaza, alors que les combats se poursuivent dans la bande assiégée pour le 37e jour consécutif.

Au moins 13 personnes ont été tuées dans une frappe aérienne israélienne contre une maison à Khan Younis, ont rapporté dimanche des responsables de Gaza.


La veille, au moins « plusieurs personnes » avaient été tuées et blessées lors d’une frappe contre un complexe de l’ONU dans la ville de Gaza où des centaines de personnes s’étaient réfugiées, a indiqué le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

« La tragédie actuelle des morts et des blessés parmi les civils pris au piège dans ce conflit est inacceptable et doit cesser », a déclaré le PNUD dans un communiqué.

L’hôpital Al-Shifa encerclé

Les frappes se poursuivent alors qu’Israël intensifie son offensive près du principal hôpital de Gaza, al-Shifa, où les responsables de la santé affirment que des milliers de médecins, de patients et de personnes déplacées sont coincés, sans électricité et avec des fournitures en diminution.

Le directeur de l’hôpital al-Shifa, Muhammad Abu Salmiya, a déclaré que deux patients de l’unité de soins intensifs étaient décédés en raison du manque d’électricité et d’oxygène. Il a ajouté que les autres risquaient de mourir si le manque de carburant à l’hôpital persistait. « Si cette situation catastrophique continue, tous les patients des soins intensifs mourront », a-t-il déclaré aux chaînes d’information arabes.

L’hôpital a été la cible de tirs répétés alors que les forces israéliennes se rapprochaient de l’établissement, qu’elles accusent les combattants du Hamas d’utiliser comme couverture pour un centre de commandement – ​​accusations que le Hamas nie. Israël n’a pas fourni de preuves de ses affirmations.

Des témoins à l’intérieur de l’hôpital al-Shifa ont déclaré à l’agence de presse AFP que des « combats violents » avaient fait rage autour de l’hôpital toute la nuit de samedi.

Une frappe aérienne a détruit le service de cardiologie de l’hôpital, ont indiqué des responsables de Gaza, tandis que les coupures d’électricité ont coupé les incubateurs de l’unité néonatale accueillant une quarantaine de bébés et les ventilateurs pour ceux qui recevaient des soins urgents.

Le chirurgien de Médecins sans frontières Mohammed Obeid a déclaré dans un message audio publié sur les réseaux sociaux que deux bébés sont morts dans l’unité néonatale d’al-Shifa après que leurs incubateurs aient été coupés et qu’un homme est également décédé lorsque son ventilateur a été coupé.

L’armée israélienne s’est engagée samedi à aider à l’évacuation des bébés de l’hôpital, notant que « le personnel de l’hôpital al-Shifa l’a demandé demain ».

Al-Shifa, l’un des 16 hôpitaux encore en activité à Gaza, était également hors de portée des nouveaux blessés, a déclaré Mohammad Qandil, médecin à l’hôpital Nasser de Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, qui est en contact avec ses collègues sur place. .

« L’hôpital Al-Shifa ne fonctionne plus actuellement, personne n’est autorisé à entrer, personne n’est autorisé à sortir, et si vous êtes blessé ou blessé autour de la zone de Gaza, vous ne pouvez pas être évacué par notre ambulance vers l’hôpital al-Shifa, donc al- L’hôpital Shifa est désormais hors service », a-t-il déclaré à l’agence de presse Reuters.


Israël a mené une campagne de bombardements et d’incursions terrestres dévastatrices dans la bande de Gaza assiégée depuis le 7 octobre, tuant au moins 11 000 Palestiniens, dont plus d’un tiers d’enfants, selon des responsables de Gaza. L’agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) affirme qu’au moins 100 de ses employés ont été tués pendant la guerre.

La campagne israélienne a également déplacé quelque 1,6 million de Palestiniens, soit plus de 70 pour cent de la population totale de l’enclave, et détruit une grande partie de ses infrastructures.

Les Palestiniens forcés de quitter leurs foyers vivent désormais dans des conditions désastreuses, s’abritant souvent dans des camps extérieurs surpeuplés et ayant désespérément besoin de nourriture, d’eau et de médicaments. Les travailleurs humanitaires affirment que le peu d’aide qui a été autorisée à entrer dans l’enclave n’est qu’une « goutte d’eau dans l’océan » par rapport à ce qui est nécessaire.

Le Hamas a tué plus de 1 200 Israéliens et pris quelque 240 otages lors de son attaque surprise du 7 octobre, selon des responsables israéliens.

[ad_2]

Gn En

Back to top button