Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Les femmes autochtones sont six fois plus susceptibles d’être tuées

[ad_1]

Les filles et les femmes autochtones sont six fois plus susceptibles d’être tuées que les filles et les femmes non autochtones, selon une étude de Statistique Canada publiée mercredi.

Entre 2009 et 2021, 490 filles et femmes autochtones ont été tuées au Canada, ce qui représente un taux de 4,27 meurtres pour 100 000 habitants. En comparaison, l’organisation a constaté 0,73 meurtre pour 100 000 habitants chez les femmes non autochtones, un taux six fois inférieur.

« Comme les femmes et les filles en général, la plupart des femmes et des filles autochtones victimes d’homicide ont été tuées par quelqu’un qu’elles connaissaient (81 %). Dans la majorité des cas, l’auteur présumé était également autochtone (86), a détaillé Statistique Canada.

Des meurtres jugés moins graves ?

Statistique Canada a également noté que les accusations portées contre les suspects sont généralement moins graves dans les meurtres de femmes autochtones. Ainsi, seulement 27 % des suspects de meurtre ont été accusés de meurtre au premier degré, comparativement à 54 % des suspects de meurtre impliquant une femme non autochtone.

Les cas impliquant des femmes autochtones assassinées aboutissent pour la plupart à des accusations de meurtre au deuxième degré, dans 60 % des cas, note l’étude.

Cette distinction peut grandement influencer le temps qu’un meurtrier passe derrière les barreaux. Une personne reconnue coupable de meurtre avec préméditation sera éligible à la libération conditionnelle après 25 ans de prison, contre 10 ans pour un meurtre sans préméditation.

« Tant au stade de l’intervention policière qu’au stade des procédures judiciaires, les homicides de femmes et de filles autochtones ont plus souvent abouti à des accusations moins graves, comme l’homicide involontaire », peut-on dire. lu dans l’étude.

De plus, l’analyse des données révèle que le taux de résolution de meurtres est à peu près le même pour les femmes autochtones (87 %) et non autochtones (90 %).



[ad_2]

Fr- local

Back to top button