Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
monde

Les Canadiens remportent la Coupe Billie-Jean-King

[ad_1]

Mené par Leylah Annie Fernandez et Marina Stakusic, le Canada a remporté la première Coupe Billie-Jean-King de son histoire, en triomphant en finale des Italiennes Martina Trevisan et Jasmine Paolini en deux matchs conclus en autant de sets, dimanche à Séville.

Après une victoire autoritaire de l’Ontarienne de 18 ans Marina Stakusic face à l’Italienne Martina Trevisan, 43 anse raquette mondiale, en 2 sets 7-5 et 6-3, la Lavalloise Leylah Annie Fernandez, 21 ans, a confirmé la victoire du Canada en battant Jasmine Paolini, 30 ans.e à la WTA, également en 2 sets, gagnée 6-2 et 6-3.

Je ne sais pas comment décrire ce qui vient de se passer. Je suis tellement fière de cette équipe, ces joueuses sont fantastiques, a déclaré la capitaine Heidi El Tabakh sur le terrain. C’est surréaliste… Nous avons passé une semaine incroyable, c’est un rêve devenu réalité pour toute l’équipe !

Cette victoire du Canada, une première pour le pays à la Coupe Billie-Jean-King, est le plus récent succès du tennis canadien sur la scène internationale, qui a connu une année prospère. En novembre dernier, les hommes ont remporté pour la première fois l’équivalent masculin de cette compétition, la Coupe Davis.

C’est un sentiment incroyable, je suis tellement fier d’avoir pu représenter le pays, et d’avoir pu gagner devant Billie (Jean King), présente dans la foule… On va bien s’amuser ce soir !

Billie Jean King était présente lors de la remise du trophée qui porte son nom.

Photo: Reuters / MARCELO DEL POZO

Comme aujourd’hui, avec cette délégation menée par Leylah Annie Fernandez, le triomphe canadien à la Coupe Davis 2022 avait une signature québécoise : c’est Félix Auger-Aliassime, en battant l’Australien Alex de Minaur, qui a permis au Canada de remporter son premier sacre.

Cette victoire signifie beaucoup pour le tennis canadien, a ajouté Marina Stakusic. Je ne pourrais pas être plus fier de cette équipe. C’était la meilleure expérience jamais!

Un sentiment partagé par Sylvain Bruneau, consultant pour la haute performance, Tennis Canada, contacté par Radio-Canada Sports.

Nous avons l’habitude, au tennis, de jouer des compétitions individuelles, donc de jouer dans une compétition par équipes où tout le monde est réuni, les joueurs et le staff, et de remporter le titre en battant au passage la puissante Tchéquie, c’est phénoménal. Ce que les filles ont fait cette semaine était extraordinaire.

C’est quand même quelque chose de réussir l’exploit de remporter la Coupe Davis et la Coupe Billie-Jean-King à seulement un an d’intervalle. Peu de pays l’ont fait.

Pour l’Italie, qui a remporté cette compétition à quatre reprises depuis sa création en 1963, il s’agissait d’une première participation en finale depuis 2013. Avant l’épopée de cette année, le meilleur résultat du Canada remonte à 1988, une demi-finale atteinte à Melbourne, en Australie. , et perdu contre la Tchécoslovaquie.

Leylah Annie Fernandez renvoie une balle du revers.

Leylah Fernandez a joué un rôle central pour le Canada à la Coupe Billie Jean King à Séville.

Photo : AFP / CRISTINA QUICLER

Une finale rapide

Révélation du tournoi, Stakusic, 258e à la WTA, a débuté la finale avec la confiance dont elle a fait preuve toute la semaine, forte de ses victoires en simple, d’abord contre l’Espagnole Rebeka Masarova en deux sets, puis contre la Polonaise Magdalena Frech en trois tours, et lors de son duel serré contre la Tchèque Barbora Krejcikova, samedi en demi-finale.

Marina Stakusic frappe la balle de tennis.

Marina Stakusic a remporté le premier match de la finale de la Coupe Billie-Jean-King.

Photo : Getty Images pour l’ITF / Fran Santiago

Ce premier volet avait des allures de roman, avec une histoire en trois parties étalée sur 55 minutes.

Après un jeu de service dominant, Stakusic a breaké son adversaire à la première occasion, en route vers une avance de 3-0, puis de 4-1. Le vent qui soufflait dans ses voiles s’est cependant vite retourné.

Trevisan s’est alors ressaisie pour l’attaquer de front. Quatre jeux gagnants consécutifs, bons pour un score de 5-4, ont donné à l’Italien l’occasion de servir pour le set, mais Stakusic avait du bon tennis en réserve. Trois jeux gagnants d’affilée pour la Canadienne permettraient non seulement de sauver les meubles, mais aussi de donner une fin heureuse au premier chapitre de son conte de fées.

Adossée au mur, un break de service pour ramener le match à 5-5 a mis Stakusic à égalité, puis un blanchissage l’a propulsée en tête, avant qu’un autre break de service – son troisième dans le premier set – lui donne le premier. set, gagné 7-5.

La reprise a commencé par un break réussi de chacun des deux rivaux, un scénario qui s’est répété lors de la 4e et 5e des jeux pour garder les adversaires au coude à coude. Pour Stakusic, le chouchou du tournoi, il n’y avait pas de quoi s’inquiéter, car son 6e la pause de la journée lui a donné l’avantage à 4-2.

Un jeu de service gagnant remporté au bris d’égalité a ensuite placé l’Ontarien à seulement quatre points de la victoire. Il aurait fallu un peu plus, mais l’effort a été présent tout au long : à 8 heurese Lors du match, Stakusic s’est offert 4 balles de match avant de voir Trevisan les contrer coup sur coup et remporter la partie après 16 points.

Le reste, avec Stakusic au service, a été plus rapide. A 40-15, sur son 6e balle de match, l’Ontarienne a placé son coup droit le long de la ligne pour terminer en beauté une semaine inoubliable. Avec 77 points gagnés, 15 tirs gagnants, 2 as et 6 breaks dans le match, c’est avec une victoire autoritaire que la Canadienne a permis à son pays de prendre les devants dans cette finale.

Pour une joueuse avec très peu d’expérience, qui a dû affronter plusieurs joueurs du top 60 dans un environnement de cette ampleur, Marina a été une belle surprise, a félicité Sylvain Bruneau. Elle s’est comportée comme une vétéran même si elle est assez verte à ce niveau. Qu’elle a réussi à tout mettre en place alors que la pression était forte hautc’était vraiment spécial.

Leylah Annie Fernandez renvoie une balle du revers.

Leylah Fernandez a joué un rôle central pour le Canada à la Coupe Billie Jean King à Séville.

Photo : AFP / CRISTINA QUICLER

Le deuxième match de dimanche opposait Leylah Annie Fernandez de Laval (35e) à Jasmine Paolini (30e). Un duel prometteur, non seulement sur l’enjeu, alors qu’une victoire de Fernandez offrirait au Canada sa première victoire à la Coupe Billie-Jean-King, mais aussi sur le papier, puisque les deux joueuses ne sont séparées que par 5 rangs au classement WTA.

C’était à son tour de briller, Leylah Annie Fernandez n’a pas tardé à prendre les devants. Un break d’entrée suivi d’un jeu de service remporté au tie-break, après 14 points, a donné à Fernandez une avance de 2-0… avant que Paolini n’efface immédiatement son retard pour ramener les adversaires à 2-2.

Plutôt que de changer la donne du match, ce retour de l’Italien a plutôt ravivé les ambitions de Fernandez. Ces séquences de break-service réussies ont continué à rythmer la première manche, mais complètement à l’avantage du Lavallois. Deux autres breaks de service transformés par Fernandez l’ont mise en position de servir pour le set, qui s’est clôturé à 6-2 en 45 minutes, après 4 jeux gagnants consécutifs.

Le deuxième tour a prouvé la supériorité de Fernandez. Encore une fois, un long match de 16 points a opposé les adversaires, et la Québécoise, d’un revers à deux mains le long de la ligne, a démontré sa confiance, en route vers le break et une avance de 2-1. Le match suivant a proposé un scénario similaire : un long bris d’égalité de 12 points, avec Fernandez en tête.

La combativité de Paolini était à la hauteur du défi, mais pas au niveau du Canadien. Encore une interruption de service, son 5e du match, a permis à Fernandez de servir pour le match – et pour le titre.

L’occasion fut malheureusement plus belle que l’exécution. C’est plutôt pendant que son adversaire était en service que l’affaire s’est terminée. Avec un revers croisé à deux mains, son 24e Vainqueur du match et point culminant d’une semaine réussie pour elle et ses compatriotes, Leylah Annie Fernandez remporte le deuxième set 6-3 et offre un titre historique au Canada.

Leylah est une joueuse qui excelle sous pression, a analysé Sylvain Bruneau. Ils étaient nombreux cette semaine, et dans les moments les plus tendus elle a su hisser son tennis. Le niveau de jeu qu’elle a offert toute la semaine est spectaculaire.

[ad_2]

Gn Ca news

Back to top button