Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Politique

Les agences humanitaires demandent un meilleur accès à Gaza dans un contexte de « chaos, désespoir et dysfonctionnement »

[ad_1]

Les agences humanitaires plaident pour un meilleur accès à la bande de Gaza, craignant qu’une éventuelle offensive terrestre d’Israël n’aggrave la situation humanitaire.

« Je pense que le désespoir est un euphémisme » pour décrire la situation à Gaza, a déclaré Robert Mardini, directeur général du Comité international de la Croix-Rouge, dans une interview accordée à Romarin Barton en direct diffusé dimanche.

« Je pense que ce que nous voyons aujourd’hui n’est rien de comparable à ce que nous avons vu dans le passé », a déclaré Mardini à Rosemary Barton, correspondante politique en chef de CBC.

Samedi, un convoi de 20 camions a été autorisé à entrer dans Gaza, où environ deux millions de personnes vivent sous ce qu’Israël a qualifié de « siège complet ». Israël a bombardé Gaza avec des frappes aériennes et coupé les approvisionnements sur le territoire depuis que les militants du Hamas ont traversé la frontière avec Israël et mené une série d’attaques meurtrières et d’enlèvements contre des civils le 7 octobre.

Un deuxième convoi a été autorisé à entrer dimanche, mais les travailleurs humanitaires affirment que le volume de l’aide entrant dans la région est insuffisant.

« Les gens meurent de faim à Gaza », a déclaré Cindy McCain, directrice exécutive du Programme alimentaire mondial, dans une autre interview.

« Les gens n’ont pas d’eau, pas d’électricité et surtout, ils n’ont pas de nourriture… Nous devons faire venir des camions et les faire entrer maintenant. »

REGARDER | Ce qu’il faut savoir sur la guerre Israël-Hamas :

Les agences humanitaires demandent un meilleur accès à Gaza dans un contexte de « chaos, désespoir et dysfonctionnement »

Examen de la guerre Israël-Hamas

Vidéo en vedetteLe Hamas est isolé dans la bande de Gaza, mais il n’est pas seul – qui se tient aux côtés de qui dans la guerre entre Israël et le Hamas. Et avec la menace imminente d’une invasion terrestre, Andrew Chang examine les stratégies potentielles des deux côtés.

Les agences humanitaires, les pays et les individus font face à une situation complexe au point de passage de Rafah, entre Gaza et l’Égypte. Alors que les agences humanitaires espèrent acheminer de la nourriture, de l’eau et du carburant vers Gaza, les pays cherchent également à en expulser les citoyens qui y sont coincés.

Cela comprend des centaines de Canadiens, de résidents permanents et de leurs familles qui n’ont pas pu traverser la frontière égyptienne.

Le passage de Rafah, la principale route que les habitants de Gaza pouvaient emprunter pour quitter la bande, a été fermé pendant la majeure partie du conflit. L’ouverture du terminal fait l’objet de négociations complexes impliquant l’Égypte, Israël et les États-Unis.

Une aide bien plus importante est nécessaire, selon les agences

Réagissant à l’annonce selon laquelle certains camions seraient autorisés à entrer dans la zone samedi, le secrétaire d’État américain Antony Blinken a salué cette ouverture, mais a fait écho à l’avertissement d’Israël selon lequel aucune aide ne devrait finir entre les mains du Hamas.

« Nous avons été clairs : le Hamas ne doit pas interférer avec la fourniture de cette aide vitale », a déclaré Blinken dans un communiqué.

L’aide qui arrive à Gaza, contrôlée par le Hamas, est distribuée par le Croissant-Rouge palestinien.

McCain a déclaré qu’il était positif que certains camions soient autorisés à entrer, mais que le nombre d’expéditions doit se chiffrer en centaines par jour.

« La politique ne devrait même pas jouer un rôle là-dedans, il s’agit d’une crise humanitaire », a déclaré McCain.

« Nous avons actuellement 40 camions qui attendent à l’extérieur (de Gaza), avec à leur bord de la nourriture pour un demi-million de personnes, et nous n’avons pas réussi à tous les faire entrer. »

REGARDER | Deux otages libérés par le Hamas :

Les agences humanitaires demandent un meilleur accès à Gaza dans un contexte de « chaos, désespoir et dysfonctionnement »

Une mère et sa fille américaines libérées par le Hamas sont désormais en Israël

Vidéo en vedetteIsraël a confirmé que deux otages américains libérés par le Hamas se trouvent désormais en sécurité sur le territoire israélien et sont pris en charge par l’armée. Judith et Natalie Raanan, une mère et sa fille de la région de Chicago, rendaient visite à des proches dans le kibboutz Nahal Oz lorsque des militants ont fait irruption hors de Gaza le 7 octobre et les ont emmenés.

Tamer Jarada, un Canadien qui a de la famille à Gaza, a déclaré à Barton que sa famille avait du mal à accéder aux besoins fondamentaux.

« Chaque fois qu’ils peuvent obtenir de l’eau, c’est simplement de l’eau polluée. Ce n’est pas sain, ce n’est pas pour boire… Pour se nourrir, ils peuvent obtenir du pain tous les deux jours », a-t-il déclaré.

La situation humanitaire pourrait être encore exacerbée par une offensive terrestre israélienne, tandis que les Forces de défense israéliennes ont également déclaré samedi que la fréquence des frappes aériennes ne ferait qu’augmenter dans les jours précédant une attaque terrestre.

Mardini a déclaré que son organisation faisait tout ce qu’elle pouvait pour assurer la sécurité des personnes et fournir de l’aide.

« Nous sommes en contact avec les autorités israéliennes, avec le Hamas, pour garantir qu’il y ait une exclusion pour l’humanité au milieu du chaos, du désespoir et du dysfonctionnement », a-t-il déclaré.

[ad_2]

En polices

Back to top button