Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
monde

Le truc des 3 millions | La presse

[ad_1]

Le bras droit du maire avait prévenu les Montréalais début octobre : préparez-vous, vous allez devoir vous serrer la ceinture. La main sur le cœur, Dominique Ollivier, responsable des finances de la ville, a juré qu’elle examinerait attentivement chaque service dans chaque quartier afin de trouver la moindre dépense à réduire. Un travail acharné, mais rigoureux. « Nous retournons toutes les pierres. »




Ne me remerciez pas, madame Ollivier, mais j’ai trouvé 3 millions de dollars pour renflouer vos caisses, comme ça, sans même avoir à retourner une seule pierre. Il ne vous reste plus qu’à fermer la porte de l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM), une chose que vous connaissez très bien puisque vous avez présidé à ses destinées de 2014 à 2021…

Une chose, dis-je, qui ne sert absolument à rien d’autre que de permettre à ses dirigeants de manger dans les meilleurs restaurants et de voyager aux quatre coins du monde aux frais de la princesse.

Rappelez-vous, madame Ollivier : vous seule, en quatre ans, avez dépensé 17 793 $ chez Europea, Monarque et autres grands restaurants de la métropole. À chaque fois, au bras du contribuable.

Ce même contribuable que vous avez pris pour un idiot, je veux dire avec pitié, expliquant début octobre qu’il devra bientôt augmenter sa facture fiscale : « Nous avons à cœur la capacité de payer et l’intérêt de la population », a-t-il déclaré. dit. toi, mais il y a des réalités auxquelles nous ne pouvons pas échapper… »

Avec le recul, je dois vous dire que votre message ne passe pas bien. Depuis les révélations médiatiques de Quebecor sur vos dépenses faramineuses à l’OCPM, je dirais même que ça ne passe pas partout. Voici une autre réalité à laquelle vous ne pouvez échapper : vous n’avez plus la légitimité requise pour demeurer président du comité exécutif de la Ville de Montréal.

En 2019, l’OCPM a consulté 10 000 Montréalais pour connaître leur point de vue sur l’avenir du tracé Camillien-Houde. Après avoir consulté tout le monde, l’organisme a rédigé un beau et gros rapport, qui recommandait de maintenir la circulation automobile sur le mont Royal.

L’administration de Valérie Plante s’est empressée de mettre le beau gros rapport sur une belle grosse tablette. En septembre, elle a annoncé que le trajet Camillien-Houde serait interdit aux voitures. Au diable la recommandation OCPM ! Et l’avis des Montréalais consultés, par la même occasion…

C’est dommage, car pour une fois, l’OCPM aurait pu servir à quelque chose. Après tout, la mission première de cet organisme, entièrement financé par des fonds publics, est de consulter la population montréalaise.

Mais si telle est la mission de l’organisation, me direz-vous ce que feront ses dirigeants en Australie, aux Pays-Bas, en France, en Espagne, en Côte d’Ivoire, au Mozambique, au Brésil, au Mexique, au Royaume-Uni, au Maroc, en Suisse, en Argentine, La Tunisie et les Emirats Arabes Unis ?

Sérieusement, à quoi ça sert tous ces voyages ? Je veux dire, à part produire des rapports affamés remplis d’insignifiance ?

Tout comme Dominique Ollivier, Isabelle Beaulieu, qui lui a succédé à la présidence de l’OCPM, s’accroche à son poste. Le secrétaire général de l’organisme, Guy Grenier, aussi. Cela n’a tout simplement pas de sens. Tous les trois fouillèrent dans le plat de bonbons avec un courage inimaginable.

Ils ont dilapidé les deniers publics avec une ardeur qui forcerait le respect, si elle n’était pas si insultante.

Écouteurs à 900 $. Billets de hockey de 500 $. Un dîner d’huîtres à 347$ à Paris. C’est Dominique Ollivier qui l’a mis sur son compte de dépenses, celui-ci, par un beau dimanche de 2016. Elle avait jugé tout à fait normal, semble-t-il, de célébrer l’anniversaire de son ami Guy Grenier aux dépens des Montréalais. Les amis d’abord…

Non seulement ces gens se permettaient de dépenser généreusement les deniers publics, mais ils le faisaient entre amis. Il y a une odeur insupportable de copinage autour de ce scandale.

Sinon, comment expliquer que la candidature de Guy Grenier ait été jugée idéale, en 2022, pour combler le poste de secrétaire général de l’OCPM ? Quatre ans plus tôt, l’homme avait été démis de ses fonctions de chef de cabinet du maire de Saint-Jean-sur-Richelieu…

À ce jour, Guy Grenier reste empêtré dans des litiges juridiques coûteux et acrimonieux avec la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu. Il me semble qu’on aurait pu dire, à l’OCPM, qu’il était dans une position trop délicate pour occuper un poste de haute direction au sein de l’organisation.

On aurait pu noter que les élus de Saint-Jean-sur Richelieu avaient dénoncé le « double emploi » de Guy Grenier : en plus d’être directeur de cabinet du maire, il demeurait président de la firme de consultants Ki3.

Évidemment, nous ne l’avons pas fait. Pour l’OCPM, cela ne posait sans doute aucun problème. Il faut dire que Guy Grenier a cofondé ce cabinet de conseil avec son ami… Dominique Ollivier !

Et à qui Guy Grenier a-t-il fini par vendre son entreprise en 2018 ?

À son autre amie, Isabelle Beaulieu, la même qui l’a nommé secrétaire général de l’OCPM ! Sans la moindre offre d’emploi, elle a admis Journal de Montréal, précisant encore qu’elle est allée manger avec d’autres candidats potentiels.

Aux dépens des Montréalais, on l’imagine facilement.

Toutes les pierres ont été retournées depuis que ce scandale a éclaté il y a une semaine. Il est impensable que nos trois amis restent au pouvoir.

Impensable que Dominique Ollivier présente le budget de la Ville aux Montréalais le 15 novembre prochain en leur disant que, désolé, on a vraiment fait tout ce qu’on pouvait, mais que votre facture municipale va bondir…

Impensable, surtout, que Valérie Plante continue de la défendre. Elle aurait dû la virer il y a quelques jours. Plus la maire attendra, plus le scandale lui collera.

Plus elle attendra, plus les Montréalais finiront par croire que, pour Valérie Plante aussi, ce sont les amis d’abord.



[ad_2]

Gn Ca world

Back to top button