Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Entreprise

Le télétravail, un échec lamentable dont les PDG ne veulent plus ?

[ad_1]

Apparemment, trop de salariés en profitent pour se consacrer au farniente. (Photo : Drew Coffman pour Unsplash)

MAUDIT TRAVAIL ! est une rubrique où Olivier Schmouker répond à vos questions les plus juteuses (et les plus pertinentes) sur le monde de l’entreprise moderne… et, bien sûr, sur ses lacunes. Un rendez-vous pour lire le les mardis et le les jeudis. Veux-tu participer? Envoyez-nous votre question à mauditejob@groupecontex.ca

Le télétravail, un échec lamentable dont les PDG ne veulent plus ?

Q – « Notre patron nous a prévenu que le patron de notre PME allait mettre un terme au télétravail. L’explication? «Ça ne marche pas», sans plus de précision. Je suis carrément choqué, car un grand nombre de salariés apprécient cette bonne manière de concilier vie professionnelle et vie personnelle ! – Karine

R. – Chère Karine, l’heure est au bilan après trois années d’expérimentation généralisée du télétravail, et force est de constater que la grande majorité des PDG se disent insatisfaits. Très insatisfait même.

Pour preuve, je cite l’étude « 2023 CEO Outlook » du cabinet de conseil KPMG, menée auprès de 1 325 PDG de 11 pays, dont le Canada, et œuvrant dans 11 secteurs d’activité différents. Il ressort notamment que :

– 64 % des PDG s’attendent à un retour au travail de bureau à temps plein dans les trois prochaines années.

– 87 % des PDG envisagent d’introduire prochainement des incitations au retour au bureau, par exemple sous la forme de primes, d’augmentations de salaire ou de promotions.

Cette volonté farouche d’en finir une fois pour toutes avec le télétravail peut surprendre. Andrew Yates, PDG de KPMG Australie, s’en étonne lui-même dans l’étude : « J’étais convaincu que le travail hybride et flexible était là pour rester, mais j’avais tort », admet-il. avec humilité.

Que lui reprochent-ils ? Essentiellement une baisse de productivité. Et deux autres études récentes semblent leur apporter de solides arguments.

Jose Maria Barrero est professeur de finance à l’Institut technologique autonome du Mexique, Steven Davis est professeur d’économie à l’Université de Chicago et Nicholas Bloom est professeur d’économie à l’Université de Stanford. Ensemble, les trois chercheurs ont compilé des études récentes sur l’impact du télétravail sur la productivité des employés. Et le résultat est sans appel : « En général, le télétravail réduit la productivité de 10 à 20 % », concluent-ils.

Pourquoi ça? Les raisons sont multiples, selon l’étude :

– des difficultés de communication et de coordination du travail ;

– pannes des réseaux de communication ;

– diminution de la créativité ;

– déclin de l’apprentissage par les pairs et du mentorat.

Ajoutez à cela les révélations d’une autre étude, menée par Upgraded Points, qui révèle que le télétravail est source d’innombrables distractions :

– Lorsqu’ils télétravaillent, 75 % des personnes en profitent pour consulter leurs réseaux sociaux (ce qu’ils s’interdisent de faire au bureau, de peur d’être vus).

– 70% achètent en ligne.

– 53% regardent des émissions de télévision ou des films.

– 32% planifient leurs week-ends ou leurs vacances.

Ce n’est pas tout. De nombreux salariés en profitent pour faire autre chose que travailler pour leur employeur :

– 72% en profitent pour effectuer des tâches ménagères (pendant leurs heures de travail).

– 37% font leurs courses.

– 22% font une sieste.

– 12% vont boire un verre au bar d’à côté.

C’est bien simple, 1 salarié sur 10 (13%) admet catégoriquement qu’en réalité il ne travaille que trois ou quatre heures par jour lorsqu’il télétravaille.

Karine, permettez-moi de vous poser deux ou trois questions : ne trouvez-vous pas aussi qu’il y a des abus ici ? Ne comprenez-vous pas que les PDG voient rouge en découvrant de telles statistiques ? Et qu’ils ne veulent qu’une chose : mettre fin à tout cela ?

Faut-il désormais éradiquer complètement le télétravail ? Considérer que le télétravail n’est qu’un prétexte pour attaquer en toute impunité ? Non bien sûr, car c’est ridicule de passer d’un extrême à l’autre : le télétravail n’est ni tout noir ni tout blanc.

En fait, il me semble que le problème ne vient pas du télétravail, mais plutôt de la manière dont il est mis en œuvre. A titre indicatif, je veux donner ce que donne l’étude de trois chercheurs de l’ITAM, de l’Université de Chicago et de l’Université de Stanford comme principale explication de la baisse de productivité provoquée par le télétravail : des problèmes de communication accrus. et la coordination des travaux.

Il conviendrait donc de revoir notre manière de communiquer au sein d’une équipe lorsque ses membres sont distants. Etablir un lien constant entre les uns et les autres qui éloignerait la tentation de faire autre chose que travailler (du genre « Les autres ne me voient pas, comme ça je peux continuer ma série Netflix en catimini ! »), mais pour que ce lien soit pas vécue comme une surveillance insidieuse et sournoise (l’effet Big Brother, à éviter absolument !).

Comment y parvenir ? J’avoue que je ne sais pas vraiment. Mais je suis convaincu que parmi toutes les personnes qui lisent cette chronique, il y en a sûrement quelques-uns qui ont leur propre idée sur le sujet, voire ont déjà identifié une solution intéressante. D’où mon appel à tous : dites-moi votre trouvaille, même si elle n’est pas parfaite ! Je serai heureux de partager les plus pertinents d’entre eux avec tout le monde dans une prochaine chronique. Qui sait? Cela pourrait sauver la mise de Karine, en lui fournissant suffisamment d’arguments pour faire changer d’avis le patron de sa PME.



[ad_2]

Gn Ca bus

Back to top button