Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Divertissement

Le successeur | Une tragédie moderne portée par Marc-André Grondin

[ad_1]

Nous ne pouvons pas échapper à notre destin. C’est le message véhiculé dans Le successeur, le tout nouveau film de Xavier Legrand, avec Marc-André Grondin au casting. Un message qui colle également au parcours du cinéaste français, en visite au Québec cette semaine, dans le cadre du Festival Cinemania. La presse la rencontre.




A 44 ans, le directeur de À la poignée signe son deuxième long métrage et sa première coproduction France-Québec. Il faut savoir que Xavier Legrand est arrivé en retard au cinéma. Au début des années 2010, après avoir beaucoup joué au théâtre en France, le comédien a envie d’écrire… « J’ai d’abord essayé d’écrire du théâtre, mais je me suis vite rendu compte que mon écriture était plus cinématographique que théâtrale, raconte-t-il. J’ai donc écrit un court métrage (Avant de tout perdre). Je l’ai fait lire à un producteur et il m’a demandé de réaliser le film, même si je n’ai aucune formation en cinéma. »





Cet homme ne pouvait pas mieux le conseiller : le court-métrage a remporté un César et a été nominé aux Oscars en 2014. À la poignée, son premier long métrage qui aborde également les violences domestiques et la masculinité toxique. Encore un triomphe avec cinq Césars en 2019 : meilleur film, meilleure actrice (Léa Drucker), meilleur scénario original, meilleur montage et César des lycéens.

La chute d’Ellias

Le successeur raconte l’histoire d’Ellias Barnes (Marc-André Grondin), le nouveau directeur artistique à la tête d’une prestigieuse maison de haute couture. Établi en France, le créateur a coupé les ponts avec le Québec et son passé. Alors qu’il vient de lancer sa nouvelle collection et profite de son succès à Paris, Ellias est appelé en urgence à Montréal, pour les funérailles de son père victime d’une crise cardiaque. Un père qu’il n’a jamais aimé et qu’il n’a pas vu depuis 20 ans. Il envisage de régler l’héritage dans deux ou trois jours, mais l’héritage de son père s’avère plus lourd que prévu…

« C’est un film de genre et hybride, explique le cinéaste. En partie thriller, thriller, horreur et conte sombre. Et c’est aussi une tragédie moderne, car j’emprunte aux codes de la tragédie grecque. C’est la cohabitation de la terreur et de la pitié. »

Le successeur | Une tragédie moderne portée par Marc-André Grondin

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Réalisateur Xavier Legrand

Dans sa tentative de réparation avec son défunt père, Ellias court donc au désastre comme Œdipe. «On assiste à sa chute», ajoute Legrand. Il est dans une sorte de déni, complètement incapable de nommer ce qu’il vit. C’est un antihéros qui veut se sauver car il a toujours peur de mourir. Mais il va plonger dans une spirale infernale, dans le labyrinthe de Dante. »

Aux côtés de Grondin, on retrouve les Québécois Yves Jacques, Anne-Élisabeth Bossé, Louis Champagne, Vincent Leclerc et Marie-France Lambert.

J’adore les acteurs québécois. Ils arrivent sur le plateau mieux préparés que les interprètes français. Sans doute par réflexe, car au Québec, les tournages sont plus courts qu’en France. Les acteurs français peuvent arriver plus vierges, sans connaître leurs répliques par cœur, car ils ont le luxe de passer du temps sur le plateau.

Réalisateur Xavier Legrand

Le réalisateur ne tarit pas d’éloges sur la performance de son acteur principal. « J’ai rarement vu un acteur arriver dans ces affres dans le jeu. En puissance et en fragilité. Marc-André (Grondin) a la capacité de se transformer d’une scène à l’autre. Il est fantastique ! »

Le successeurr s’inspire librement d’un roman d’Alexandre Postel, L’ascendant. «J’ai pris beaucoup de libertés, je me suis éloigné du roman pour transposer l’histoire au Québec, pour que la chute d’Ellias soit plus brutale que dans le roman», raconte le réalisateur qui a collaboré avec l’auteur québécois Dominick Parenteau-Lebeuf pour le scénario.

Le cinéaste aimerait bien revenir ici pour mettre en scène une pièce de répertoire avec des comédiens québécois. « Il y aurait sans doute Yves Jacques et Marie-France Lambert dans la production », espère-t-il. Nous verrons si le destin du Québec lui est favorable.

Le successeur est présenté ce mercredi à 18 heures au Cinéma Moderne dans le cadre du Festival Cinemania. Il sortira au Québec le 2 février 2024, avant de sortir sur les écrans en France.



[ad_2]

Gn Ca ent

Back to top button