Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Le retour du troisième lien pourrait ralentir le tramway, craint Marchand

[ad_1]

L’éternelle remise en question du troisième lien par le gouvernement Legault pourrait ralentir le développement d’autres projets au Québec, craint le maire Bruno Marchand. Il invite le premier ministre à ne pas revenir à la case départ.

J’ai peur qu’on y retourne, qu’on revienne à réfléchira admis le maire de Québec lors d’une conférence de presse.

Après la défaite écrasante du CAQ À Jean-Talon, le premier ministre François Legault a évoqué l’idée de lancer des consultations publiques au sujet d’un troisième lien Québec-Lévis.

Toutefois, la relance de la réflexion gouvernementale a un coût pour la ville de Québec, insiste le maire Marchand. D’autres projets risquent de tomber en bas de la liste des priorités. Il cite en exemple l’annulation de l’annonce de la phase 4 de la promenade Samuel-De Champlain, qui devait avoir lieu vendredi.

Le ministre responsable de la Capitale-Nationale, M. Julien, entendait aller de l’avant. Evidemment (…) on risque de devoir attendre la fin de la réflexion sur le troisième lien.

Le tramway et la transformation de l’autoroute Dufferin en boulevard urbain pourraient également en souffrir.

Cela veut-il dire que cette période nous ramène sur des enjeux très importants pour Québec? Nous espérons que non.

Des fonds fédéraux en jeu

Aux côtés du maire Marchand, le député québécois et ministre fédéral des Services publics et de l’Approvisionnement Jean-Yves Duclos exprime également ses craintes.

Jean-Yves Duclos. (Photo d’archives)

Photo : Radio-Canada

Nous sommes la seule ville de taille comparable (au Canada) à ne pas disposer d’un réseau de transport en commun moderne.dit-il en insistant sur l’importance, pour la région du Québec, de rattraper son retard.

M. Duclos estime également que le projet du tramway doit aller de l’avant, ne serait-ce que pour bénéficier des sommes déjà accordées par le gouvernement fédéral.

Nous avons l’option (…) de rattraper notre retard, ou l’option d’envoyer des milliards de dollars qui autrement arriveraient au Québec, vers d’autres villes du paysa déclaré l’élu, ajoutant que certaines villes se chamaillent à propos des fonds fédéraux. seraient très, très heureux d’aller de l’avant avec leurs propres projets de transports publics.

 » Reste calme et construis le tramway »

À l’Hôtel de ville de Québec, le chef de l’opposition officielle, Claude Villeneuve, s’explique mal ce qui a changé lundi suite au partiel dans Jean-Talon, et qui devrait garantir que les priorités ne seront plus les mêmes qu’auparavant.

C’est comme si l’agenda avait complètement changé, tout d’un coupil a dit.

Il faut que tout le monde reprenne ses esprits, et j’y inclut le maire.

Reste calme et construis le tramwaya-t-il déclaré en mêlée de presse jeudi en début d’après-midi.

En anglais comme en français, M. Villeneuve tente d’appeler au calme et invite chacun à rappelons que les enjeux du Québec doivent continuer d’avancerajoutant du même souffle queil y a des priorités (…) qui sont au point mort depuis des années.

Claude Villeneuve.

Claude Villeneuve. (Photo d’archives)

Photo : Radio-Canada

Il est d’avis que, de tous les projets en discussion au Québec, (le tramway) est le plus proche du succès, le plus proche du décollage.

Si le gouvernement (Legault) veut créer un nouveau débat là-dessus, cela ne fait qu’accréditer l’impression que c’est un gouvernement qui change selon l’opinion publique et qui dit à peu près n’importe quoi.décider M. Villeneuve.

De son côté, Jackie Smith, responsable de Transition Québec, dans un communiqué, on a du mal à comprendre la réaction du gouvernement Legault.

D’après elle, l’avenir n’est pas dans les infrastructures autoroutières, mais dans la structuration des transports publics.

Elle ajoute que des travaux sont déjà en cours dans les rues de Québec et le gouvernement doit maintenant avancer avec nous et nous aider à faire avancer le projet du tramway. (…) Les consortiums doivent sentir son enthousiasme.

Inquiétude

La classe économique est également inquiète.

Pas de tramway au Québec, n’oubliez pas que l’économie a de la valeur, elle va commencer à tourner en rondprévient le président de la Corporation des parcs industriels du Québec, Pierre Dolbec.

Pierre Dolbec photographié de profil devant une camionnette aux couleurs de son entreprise.

Pierre Dolbec estime que les atermoiements autour du troisième maillon ternissent la réputation de François Legault.

Photo : Radio-Canada / Steve Breton

L’homme d’affaires estime également que le gouvernement a déjà suffisamment traîné les pieds sur le dossier. Il le tient pour responsable des dépassements de coûts du projet. De nouveaux retards seraient inacceptables à son avis.

Si (François Legault) part dans le tram, je suis convaincu qu’il y a beaucoup d’organisations qui prendront leur envol. Moi d’abord.

Luc Provençal rêve d’un pont… sans le nommer

Si François Legault évoque des consultations publiques pour déterminer la forme du projet, le député de Beauce-Nord a déjà une vision claire de ce qu’il souhaite. Luc Provençal affirme travailler de concert avec les élus locaux depuis l’abandon du tunnel autoroutier en avril. En Nouvelle-Beauce, où Luc Provençal a été élu in extremis en 2022, le soutien à un troisième lien est toujours fort.

Je continue de dire qu’il faut un nouveau lien routier où puisse circuler une circulation dense et, éventuellement, si nous le pouvons, faire en sorte que les matières dangereuses puissent circuler.a-t-il déclaré jeudi dans les couloirs de l’Assemblée nationale.

Je ne dirai pas le mot « pont » !a-t-il ajouté, tout en confirmant aux journalistes qu’un tunnel est inconciliable avec sa vision du projet.

Luc Provençal lors d'un échange avec des journalistes

Le député de Beauce-Nord, Luc Provençal, n’a pas abandonné l’idée de construire un pont entre Québec et Lévis.

Photo : Radio-Canada

La députée des Chutes-de-la-Chaudière, Martine Biron, estime également que Il faut un grand projet pour le grand Québec. Doit-il nécessairement s’agir d’un troisième lien ?

Cela pourrait être autre chose. C’est l’idée de penserelle répondit.

Bruno Marchand n’a pu s’empêcher de rétorquer que ce projet existe déjà : c’est le tramway de Québec.

Il y a un grand projet et nous avons besoin que le gouvernement le soutienne et le réalise.

L’Île d’Orléans n’y croit pas

Le retour de l’idée d’un pont a fait sourciller les maires de l’Île d’Orléans. Très impopulaire auprès des insulaires, l’option d’une liaison autoroutière traversant l’île a longtemps été débattue, avant d’être finalement écartée.

Nous avons trouvé un peu drôle qu’il change sans cesse d’avis. On a trouvé ça un peu fou ! Nous n’y croyons vraiment pas» affirme le maire de Sainte-Famille-de-l’Île-d’Orléans, Jean-Pierre Turcotte.

Plusieurs élus contactés par Radio-Canada n’ont pas souhaité commenter la récente volte-face du gouvernement, mais ont mentionné qu’ils ne croyaient pas que la démarche soit sérieuse.

Nous ne le prenons pas du tout au sérieux. Nous attendrons que les choses avancent bien plus loin pour décider si nous sommes pour ou contredit Jean-Pierre Turcotte.

Avec les informations de Louise Boisvert, Olivier Lemieux et Pierre-Alexandre Bolduc

[ad_2]
journalmetro

Back to top button