Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Le retour de l’ottoseconde

[ad_1]

« Avez-vous une ottoseconde? » », ai-je demandé pensivement, hier, au début de mon post. Et bien non. Vous n’avez pas une ottoseconde. Personne n’a une ottoseconde. Pour cause : l’ottoseconde n’existe pas, comme me l’ont immédiatement (et gentiment) fait remarquer plusieurs lecteurs. Tout un post pour célébrer le prix Nobel de physique pour trois spécialistes de l’ottoseconde. Ce qui n’existe donc pas. Jamais existé. N’existera jamais. Contrairement à l’attoseconde qui fonctionne à merveille. Je répète : ATTOSECOND.

Bravo encore. Cela m’apprendra à m’impliquer dans des choses que je ne comprends pas. Contrairement à ce lecteur qui touche visiblement sa bille et me dit qu’une attoseconde représente 0,001 femtoseconde soit 1 000 zeptosecondes. Je suis prêt à le croire. Quoi qu’il en soit, lorsque l’on confond ottoseconde et attoseconde, nous avons intérêt à faire profil bas.

Pourquoi diable ai-je lu partout, dans tous les journaux, l’ottoseconde au lieu de l’attoseconde ? Pourquoi otto et pas atto ? C’est quoi ce truc avec Otto ? D’où vient cette fixation sur Otto ? Otto Preminger? Otto Dix? Otto von Bismarck ? Otto Bus, de la série Les Simpsons ? A moins que ce ne soit Otto, le petit garçon qui habite juste en dessous de chez moi. Et ses parents qui lui disent : « Otto, une seconde ! » » D’où l’ottoseconde. Bon sang, mais c’est bien sûr ! Oui, eh bien, arrêtez de vous considérer comme Raymond Souplex. Quand tu es mauvais, tu es mauvais. Indiquer.

[ad_2]
Fr1

Back to top button