Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Le propre programme de sondage du gouvernement Trudeau se dit en difficulté – National

[ad_1]

Une série détaillée de sondages internes au gouvernement obtenus par Global News dresse le portrait d’un gouvernement qui lutte pour obtenir l’approbation des Canadiens sur à peu près n’importe quelle question, tout en dressant le portrait de fortes différences régionales en ce qui concerne les principales priorités que les électeurs veulent qu’Ottawa s’attaque.

Le propre programme de sondage du gouvernement Trudeau se dit en difficulté - National

Des sondages hebdomadaires commandés par le Bureau du Conseil privé de janvier à juin montrent que le gouvernement a reçu une note d’échec par une bonne majorité pour la manière dont il a géré l’économie, les changements climatiques, les questions autochtones et la criminalité.

Ce n’est qu’en ce qui concerne les relations canado-américaines qu’une majorité des répondants — 51 pour cent — conviennent que le gouvernement était sur la bonne voie lorsqu’il s’agissait de gérer ce dossier.

Dans l’ensemble, au cours des six premiers mois, la majorité des quelque 24 000 personnes interrogées ont déclaré, semaine après semaine, que le gouvernement Trudeau était sur la mauvaise voie.

L’histoire continue sous la publicité

Le programme de sondage est géré par le Bureau du Conseil privé, chaque question du sondage est examinée par le directeur de la recherche du premier ministre et les résultats sont utilisés par le premier ministre et ses principaux conseillers ainsi que par le cabinet et les sous-ministres pour façonner la politique du gouvernement fédéral.

Le résultat net de cette ligne de tendance janvier-juin qui a constamment montré aux Canadiens que le gouvernement allait dans la mauvaise direction : un remaniement ministériel en juillet et une tentative du premier ministre et de ses proches conseillers de revoir leur orientation et leur programme.

L’un des membres les plus performants du cabinet, Sean Fraser, de la Nouvelle-Écosse, a été chargé de diriger cette réinitialisation en tant que ministre du Logement et de l’Infrastructure.

Les données du sondage ont été obtenues par Global News grâce aux lois sur l’accès à l’information. Les données de juin sont les plus récentes disponibles.

L’histoire continue sous la publicité

Le programme de sondage du BCP divise le pays en six régions géographiques et dans toutes sauf une, la tendance était la même : beaucoup plus de personnes ont déclaré que le gouvernement était sur la mauvaise voie plutôt que sur la bonne.

La seule exception était le Québec, où plus de répondants ont déclaré que le gouvernement était sur la bonne voie plutôt que sur la mauvaise – la seule lueur de bonne nouvelle pour le gouvernement. Le soutien du Québec aux libéraux a été crucial lors des deux dernières élections.

Dans les semaines précédant le remaniement ministériel de juillet, le cabinet de Trudeau et ses proches conseillers voyaient l’écart entre la « mauvaise voie » et la « bonne voie » se creuser en Colombie-Britannique, en Ontario et au Canada atlantique – trois régions qui seront essentielles à tout futur succès électoral. pour le gouvernement.

Les données montrent également que lorsqu’il s’agit d’identifier quel problème les Canadiens considèrent comme le plus important que le gouvernement s’attaque, il existe de fortes différences régionales, encore une fois, les électeurs du Québec affichant des préférences nettement différentes de celles des électeurs du reste du pays.

L’histoire continue sous la publicité

En ne regardant que les résultats du sondage du mois de juin, la plupart des Québécois — 21,5 pour cent — ont déclaré au sondeur du BCP que l’environnement et les changements climatiques étaient « le seul enjeu (qui) devrait recevoir la plus grande attention de la part du gouvernement du Canada ».

Seulement 5,4 pour cent des Albertains ont répondu de la même manière.

Parallèlement, les personnes interrogées dans d’autres régions accordent une plus grande priorité au coût du logement, aux soins de santé ou à l’inflation. Les Québécois, en tant que groupe, étaient les moins intéressés par le coût du logement, le coût de la vie et l’inflation.

Cette question – « Quelle question devrait recevoir le plus d’attention de la part du gouvernement du Canada » – est la première question posée lors de chaque vague de sondage hebdomadaire et c’est une question ouverte. Il n’y a pas de choix multiples.

En conséquence, les personnes interrogées peuvent dire tout ce qu’elles souhaitent à l’enquêteur en direct. Ainsi, par exemple, parmi les 4 000 personnes interrogées en juin, 2,3 pour cent ont déclaré que les impôts étaient ce problème ; 0,3 pour cent ont répondu « honnêteté/respect des promesses » ; 0,2 pour cent ont déclaré que le « contrôle des armes à feu » et 1,7 pour cent ont déclaré que « l’éviction de Trudeau du pouvoir » était la question qui devrait recevoir le plus d’attention de la part du gouvernement Trudeau.

L’histoire continue sous la publicité

Un mois typique peut générer 70 réponses différentes ou plus à cette question ouverte et pourtant, de janvier à juin, les six réponses les plus courantes étaient les mêmes chaque mois dans toutes les régions : logement abordable, coût de la vie, économie, environnement et climat. changement, soins de santé et inflation.

Et, dans chaque région, au cours des six premiers mois de l’année, les soins de santé ont été répertoriés comme la priorité absolue, même si leur prédominance dans le groupe des six a diminué jusqu’en juin.

Pendant ce temps, à la fin des six premiers mois de l’année, le logement abordable et l’environnement/changement climatique étaient plus fréquemment identifiés comme des enjeux majeurs.

Cette tendance semble également être à l’origine de la stratégie utilisée par le gouvernement Trudeau après le remaniement ministériel et au début de l’automne : un virage plus agressif, via Fraser, pour résoudre les problèmes de logement tout en poursuivant ses politiques sur le changement climatique avec le ministre de l’Environnement Steven Guilbeault. parmi une poignée de ministres qui n’ont pas été transférés vers de nouveaux postes en juillet.

L’histoire continue sous la publicité

David Akin est le correspondant politique en chef de Global News.

&copier 2023 Global News, une division de Corus Entertainment Inc.



[ad_2]

En LOcal

Back to top button