Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Entreprise

Le projet d’usine BASF à Bécancour serait abandonné | L’industrie des batteries

[ad_1]

Le ministre de l’Économie, de l’Innovation et de l’Énergie, Pierre Fitzgibbon, affirme que le projet d’implantation d’une usine du géant allemand BASF dans le parc industriel et portuaire de Bécancour ne verra pas le jour.

À Radio-Canada, le ministre a mentionné n’avoir eu aucune discussion avec l’entreprise depuis un certain temps. BASF prévoyait de construire une usine pour la fabrication de cathodes. Ce que l’on constate depuis deux ans, c’est que les constructeurs automobiles ou les assembleurs intègrent des cellules et des cathodes dans leur offre. Il cite l’exemple de GM et Ford, qui produiront leurs propres cathodes pour leurs véhicules. Northvolt sera également autonome dans la production de cathodes.Nous en avons trois (fabricants de cathodes). Honnêtement, nous en avons assez car il y a tellement de projets dans le secteur des batteries (à l’étude) actuellement. Ce ne serait pas mal d’avoir une certaine diversificationobserve M. Fitzgibbon.

Le ministre ajoute qu’il souhaite parvenir à une entente avec l’entreprise sur la question du terrain qu’elle avait réservé dans le parc industriel et portuaire de Bécancour.

Un projet qui suscite des inquiétudes

Des inquiétudes continuent de surgir suite à l’annonce de l’implantation de TES Canada à Shawinigan. L’entreprise privée prévoit de construire une centaine d’éoliennes dans un rayon de 30 kilomètres. Certains craignent une nouvelle forme de privatisation de l’électricité. Pierre Fitzgibbon réitère que ce projet ne contrevient pas à la loi. On ne peut pas faire de l’autoproduction et assumer ou vouloir qu’Hydro-Québec l’achète. Ce que nous verrons, c’est que si nous avons une production excédentaire de TES, Hydro-Québec pourrait être intéressée à l’acheter. Actuellement, cela n’est pas permis, mais nous verrons les enjeux dans le futur, car Hydro-Québec (…) a un plan ambitieux. Malgré cela, nous ne disposons pas de tous les mégawatts pour des projets intéressants. Il est donc possible qu’Hydro-Québec veuille acheter, mais ce n’est pas dans le plan d’affaires.

Concernant le bloc d’énergie de 150 mégawatts qu’Hydro-Québec met à la disposition de TES, elle pourrait le récupérer en hiver, en janvier lors des périodes de pointe, si la situation l’exige.

De son côté, l’Union des producteurs agricoles de la Mauricie craint que ces nouvelles infrastructures fassent disparaître des superficies cultivables.

Une page Facebook nommée Pas d’éoliennes à Mékinac a également vu le jour ce week-end.

À l’instar du ministre fédéral François-Philippe Champagne, Pierre Fitzgibbon affirme que l’acceptabilité sociale est essentielle à la réalisation du projet.

D’après une interview réalisée dans l’émission Toujours le matin

[ad_2]

Gn Ca bus

Back to top button