Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
monde

Le procureur s’oppose à la demande de Trump d’un procès télévisé pour les élections de 2020

[ad_1]

Le procureur spécial, qui enquête sur l’affaire contre Donald Trump pour ses prétendues tentatives illicites d’annuler les résultats de l’élection de 2020, Jack Smith, a demandé lundi au juge de s’opposer au procès télévisé demandé par l’ancien président.

• Lire aussi : Trump traite ses adversaires de « vermine », le camp Biden l’accuse d’« imiter » Hitler

• Lire aussi : Au procès civil de Donald Trump pour fraude, sa fille Ivanka prend ses distances

• Lire aussi : Décès d’une des sœurs de Donald Trump, Maryanne Trump Barry

Plusieurs médias ont demandé en octobre l’autorisation de diffuser les débats de ce procès pénal prévu le 4 mars 2024 à Washington, invoquant le caractère inédit de l’événement. La juge Tanya Chutkan a demandé aux deux parties de se prononcer sur cette demande d’exception aux règles des procès fédéraux.

La défense de Donald Trump a indiqué la semaine dernière qu’elle soutenait cette demande, dénonçant une nouvelle fois la persécution judiciaire d’un « opposant politique » par l’administration du président démocrate Joe Biden.

« L’accusation veut poursuivre cette parodie dans le noir. Le président Trump demande de la lumière », ont écrit ses avocats.

  • Écoutez la chronique politique américaine du professeur Luc Laliberté via Radio QUB :

Le favori des primaires républicaines a affirmé samedi lors d’un meeting électoral « vouloir des caméras dans chaque centimètre de ce tribunal » afin de pouvoir mettre en lumière ce qu’il dénonce comme une instrumentalisation de la justice pour l’éliminer de la course à la Maison Blanche. en 2024.

Le procureur a accusé l’ex-président d’avoir « exigé un traitement spécial », arguant dans sa réponse que l’interdiction de longue date de la retransmission des débats visait précisément à garantir des procès fédéraux « équitables et ordonnés », citant notamment les « risques de voir des témoins intimidation ».

« Il veut plutôt créer une ambiance de carnaval dont il espère profiter en détournant l’attention des accusations portées contre lui », ajoute Jack Smith, reprenant une expression utilisée par le juge lors d’une audience il y a deux mois.

Mme Chutkan avait prévenu le 11 août qu’elle ne laisserait pas les débats se dérouler dans une « ambiance de carnaval » médiatique.

Le procureur rappelle également que Donald Trump a « constamment exprimé sa volonté de retarder ce procès, voire de faire en sorte qu’il n’ait pas lieu du tout ».

[ad_2]

Gn Ca world

Back to top button