Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
monde

Le prix Nobel de la paix 2023 sera décerné

[ad_1]

Les lauréats du prix Nobel de la paix Natallia Pintsyuk, à gauche, représentant son mari, l'activiste Ales Bialiatski, Yan Rachinsky, représentant l'organisation russe Memorial et Oleksandra Matviichuk, représentant l'organisation ukrainienne Centre pour les libertés civiles, posent avec leurs prix lors d'une cérémonie à Oslo, en 2022.
Les lauréats du prix Nobel de la paix Natallia Pintsyuk, à gauche, représentant son mari, l’activiste Ales Bialiatski, Yan Rachinsky, représentant l’organisation russe Memorial et Oleksandra Matviichuk, représentant l’organisation ukrainienne Centre pour les libertés civiles, posent avec leurs prix lors d’une cérémonie à Oslo, en 2022. Rodrigo Freitas/EPA-EFE/Shutterstock

Des groupes de défense des droits humains de Russie et d’Ukraine – Memorial et le Centre pour les libertés civiles – ont remporté le prix Nobel de la paix 2022, aux côtés de l’avocat biélorusse emprisonné Ales Bialiatski.

Les lauréats ont été honorés pour « leurs efforts exceptionnels visant à documenter les crimes de guerre, les violations des droits de l’homme et les abus de pouvoir » dans leurs pays respectifs.

Ils défendent depuis de nombreuses années le droit de critiquer le pouvoir et de protéger les droits fondamentaux des citoyens », a déclaré le comité Nobel norvégien.

Le groupe ukrainien Centre pour les libertés civiles « s’est engagé dans des efforts visant à identifier et documenter les crimes de guerre russes contre la population civile ukrainienne » depuis le lancement de l’invasion en février de l’année dernière, a indiqué le comité.

Memorial a été fondée en 1987 et, après la chute de l’Union soviétique, est devenue l’un des plus importants organismes de surveillance des droits de l’homme en Russie. Il s’est efforcé de dénoncer les abus et les atrocités de l’ère stalinienne.

Le groupe a été fermé par les tribunaux russes l’année dernière, ce qui porte un coup dur au paysage fragilisé des droits civiques du pays.

Bialiatski, quant à lui, a documenté les violations des droits humains en Biélorussie depuis les années 1980. Il a fondé l’organisation Viasna, ou Printemps, en 1996 après un référendum qui a consolidé les pouvoirs autoritaires du président et proche allié de la Russie, Alexandre Loukachenko.

Le militant a été arrêté en 2020 au milieu de manifestations généralisées contre le régime de Loukachenko et a reçu le prix alors qu’il était en prison. En mars de cette année, il a été condamné par un tribunal de Minsk à 10 ans de prison dans une colonie pénitentiaire à sécurité maximale.

[ad_2]

En world

Back to top button