Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Entreprise

Le prix moyen d’une voiture neuve a augmenté de 15 000 dollars en un an

[ad_1]

Un nombre croissant de Québécois se retrouvent accablés non seulement par leurs versements hypothécaires, mais également par leurs prêts automobiles.

• Lire aussi : Après les hypothèques, les prêts automobiles plombent les ménages québécois

En raison de l’augmentation marquée des prix des voitures et de l’inflation, le taux de délinquance de 90 jours ou plus sur les prêts automobiles dans le pays a bondi de 29 % en un an, a récemment révélé Equifax.

Selon le président de Jean Fortin et Associés, Pierre Fortin, syndic autorisé en insolvabilité, deux phénomènes ont principalement contribué à l’augmentation importante des mensualités sur les automobiles.

« Premièrement, il y a l’augmentation significative de la valeur des véhicules – avec la pandémie, il y a eu une pénurie de véhicules qui a fait grimper les prix : cette année, une personne doit payer en moyenne 15 000 dollars de plus pour une voiture neuve que l’année dernière. » explique-t-il en entrevue à TVA Nouvelles.

« Le deuxième phénomène concerne le taux d’intérêt : nous n’avons plus de taux promotionnel des constructeurs, qui permettait de louer ou d’acheter à 0 % d’intérêt, soit 1-2 %. Maintenant, ce sont des prêts plus réguliers comme on dit, des prêts bancaires à 7-8-9% et pour les secondes chances, c’est souvent des intérêts à 12-15-20%», explique-t-il. encore une fois.

Le présentateur Michel Jean, quant à lui, s’interroge lors d’une entrevue sur un possible changement des habitudes de consommation, qui pourrait expliquer la récente hausse du taux de délinquance. Il y a vingt ans, affirme-t-il, certaines marques automobiles, comme BMW et Mercedes, étaient l’apanage d’une minorité aisée de la population.

Qui plus est, avance-t-il, les VUS qui se multiplient sur nos routes coûtent souvent beaucoup plus cher que les petites voitures qu’ils remplacent.

« N’y a-t-il pas ça aussi ? Tout le monde pense que c’est normal d’avoir un véhicule à 40 000 $, 50 000 $, 70 000 $… », argumente-t-il.

«C’est un très bon point», reconnaît Pierre Fortin.

L’expert souligne aux propriétaires et locataires de voitures qui n’ont plus les moyens de payer leurs mensualités que le marché est actuellement favorable aux vendeurs, et qu’à cet égard, il peut être stratégique de mettre sa voiture en vente.

« Vous devez donc vérifier la valeur de votre véhicule sur le marché – sur des plateformes comme Kijiji et autres – pour en vérifier la valeur. Si nous sommes capables de vendre au moins au même prix que ce que nous devons, voire plus, alors tant mieux, nous pourrons nous débarrasser d’un paiement », explique-t-il.

Pour tous les détails, écoutez l’entrevue complète de Pierre Fortin dans la vidéo au début de l’article.

[ad_2]

Gn Ca bus

Back to top button