Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Le phénomène des non-présentations est loin de ralentir chez les médecins de famille

[ad_1]

La tendance est loin de s’atténuer avec le temps, a appris la Coops de l’information en consultant les données de la Régie de l’assurance santé du Québec, six mois après la publication d’un sondage qui révélait l’ampleur du phénomène.

« C’est énorme ! Imaginez le nombre de patients qu’on aurait pu aider avec cette disponibilité. Il faut que les gens se rendent compte que cette rencontre aurait pu être très utile à quelqu’un d’autre », insiste le Dr Marc-André Amyot, président de la Fédération des médecins généralistes de Québec (FMOQ).

Le phénomène des absences non motivées touche plusieurs autres professionnels de la santé, comme les cabinets dentaires et optométristes, ainsi que les travailleurs sociaux.

Plusieurs autres types de commerces sont également durement touchés par cette problématique : restaurateurs, coiffeurs, mécaniciens, etc.

Le phénomène est connu et traité depuis longtemps chez les dentistes, qui doivent assumer des frais fixes d’opération lorsque des patients se présentent à un rendez-vous à aucun moment, soutient le Dr Mathieu Faubert, chirurgien-dentiste et administrateur de la région. Estrie de l’Association des chirurgiens dentistes du Québec.

« Nous envoyons des rappels, principalement par SMS. Malgré tout, nous avons encore beaucoup d’absences non motivées. Cela demande beaucoup de travail de gestion pour éviter d’avoir des décalages dans les plannings. Entre 20 et 25 % du temps de travail de nos secrétaires sont consacrés à la gestion des changements ou annulations de rendez-vous de dernière minute », souligne-t-il.

L’impact économique est moins important dans le système de santé publique, car les médecins, rémunérés à l’acte, ne sont pas rémunérés lorsque leurs patients sont absents.

Quant au personnel qui gravite autour du patient lors d’une visite dans un GMF, comme les secrétaires et les infirmières, ils croulent sous le travail et en profitent pour accomplir d’autres tâches. Toutefois, cela ne contribue pas à l’accessibilité des médecins et infirmiers aux soins médicaux.

Accès facile pour les patients enregistrés

Alors que l’accès aux soins demeure un défi majeur pour les 1,4 millions de Québécois sans médecin de famille, les quelque 6,1 millions de Québécois qui ont un médecin de famille parviennent à consulter un professionnel à leur clinique dans 80 % des cas. dans 92% des cas.

Afin de maintenir leur financement du Québec, les groupes de médecine familiale (GMF) et les cliniques médicales du Québec doivent s’engager à maintenir un « taux de fréquentation de plus de 80 % pour l’ensemble de leur groupe ».

Traduction : les patients qui ont besoin de soins doivent pouvoir rencontrer un professionnel de la clinique dans plus de 80 % des cas.

C’est une mission accomplie dans toutes les régions, à l’exception des Îles-de-la-Madeleine, de la Côte-Nord et de la Gaspésie.

[ad_2]

Gn Ca local

Back to top button