Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Entreprise

Le parti travailliste d’opposition britannique affirme que s’il est élu, il retrouvera les milliards perdus à cause de la fraude liée au COVID-19 – Winnipeg Free Press

[ad_1]

LIVERPOOL, Angleterre (AP) — Le principal parti d’opposition britannique, le Parti travailliste, a déclaré que s’il accède au pouvoir, il nommera un « commissaire à la corruption COVID » pour tenter de récupérer une partie des milliards perdus à cause de la fraude et du gaspillage pendant la pandémie.

La porte-parole de l’économie du travail, Rachel Reeves, doit présenter ce plan dans un discours prononcé lundi lors de la conférence annuelle du parti. Elle affirme que le commissaire réunira des agents du fisc, des enquêteurs sur les fraudes et des agents chargés de l’application des lois pour retrouver environ 7,2 milliards de livres (8,8 milliards de dollars) d’argent public perdu dépensé en subventions et contrats liés au COVID-19.

Comme de nombreux pays, le Royaume-Uni a été contraint de contourner les règles habituelles en se précipitant pour se procurer des fournitures essentielles et soutenir les moyens de subsistance de sa population pendant la pandémie de coronavirus.

Le chef du Parti travailliste britannique Keir Starmer et la chancelière fantôme Rachel Reeves visitent l'usine d'innovation manufacturière de l'université de Liverpool qui possède les plus fortes concentrations de robotique scientifique des matériaux au monde, à Liverpool, en Angleterre, le dimanche 8 octobre 2023. (Stefan Rousseau/ PAvia AP)

Le chef du Parti travailliste britannique Keir Starmer et la chancelière fantôme Rachel Reeves visitent l’usine d’innovation manufacturière de l’université de Liverpool qui possède les plus fortes concentrations de robotique scientifique des matériaux au monde, à Liverpool, en Angleterre, le dimanche 8 octobre 2023. (Stefan Rousseau/ PAvia AP)

Reeves a déclaré à la BBC que le gouvernement conservateur était « embarrassé » par l’ampleur des pertes et « ne faisait rien pour récupérer cet argent ».

Une enquête publique pluriannuelle examine la gestion par la Grande-Bretagne de la pandémie, qui a fait plus de 200 000 morts dans le pays.

L’annonce de Reeves intervient lors d’une conférence de quatre jours à Liverpool, où le parti travailliste tente de consolider son statut de favori dans les sondages d’opinion avant les élections prévues en 2024.

Le parti a 15 points d’avance ou plus sur les conservateurs au pouvoir dans plusieurs sondages d’opinion, alors que la Grande-Bretagne fait face à une économie atone et à une crise du coût de la vie provoquée par la pandémie, la guerre en Ukraine et les perturbations économiques consécutives à la sortie du Royaume-Uni du Royaume-Uni. Union européenne.

Les travaillistes tentent de montrer qu’ils peuvent constituer une alternative aux conservateurs du Premier ministre Rishi Sunak, au pouvoir depuis 2010. Mais le parti d’opposition se méfie des promesses de fortes augmentations des dépenses publiques qui nécessiteraient des hausses d’impôts.

Au lieu de cela, le parti affirme qu’il accélérera la croissance économique pour financer les services publics. Il s’engage à construire 1,5 million de logements pour atténuer la crise chronique du logement en Grande-Bretagne, à réformer un système de planification « désuet » qui, selon lui, freine l’amélioration des infrastructures, et à réparer le système de santé national, financé par l’État, grinçant et surchargé.

Le leader Keir Starmer a ramené le parti social-démocrate vers un juste milieu politique après le mandat controversé de son prédécesseur Jeremy Corbyn, un socialiste convaincu qui prônait la nationalisation des industries et des infrastructures clés. Corbyn a démissionné après que le Parti travailliste ait subi sa pire défaite électorale depuis près d’un siècle en 2019.

Signe de l’amélioration de la situation du Labour, le parti affirme que plus de 200 dirigeants participeront à un forum d’affaires lors de la conférence de lundi. Pendant des années, les entreprises se sont méfiées du parti, enraciné dans le mouvement syndical, et ont eu tendance à privilégier les conservateurs. Mais les récents bouleversements économiques et politiques ont fait réfléchir beaucoup de monde.



[ad_2]

En Bussnic

Back to top button