Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Entreprise

Le parti de droite suisse s’attaque aux problèmes d’immigration

[ad_1]

L’Union populaire suisse de droite a obtenu l’un de ses meilleurs résultats aux élections nationales, récoltant les fruits d’une campagne qui a exploité les préoccupations liées à l’immigration.

Contenu de l’article

(Bloomberg) — Le Parti populaire suisse de droite a obtenu l’un de ses meilleurs résultats aux élections nationales, récoltant les fruits d’une campagne qui a exploité les préoccupations concernant l’immigration.

L’UDC – comme le parti est connu sous son acronyme allemand – devrait remporter 29% des voix, contre 25,6% il y a quatre ans, selon les projections de la chaîne publique SRF. Il s’agit d’une victoire encore plus forte que prévu dans les sondages d’opinion et juste en dessous de son record de 2015 de 29,4 %. Les résultats officiels seront publiés plus tard dimanche.

Publicité 2

Contenu de l’article

Contenu de l’article

Le parti est le plus populaire de Suisse depuis deux décennies, grâce à l’accent largement mis sur les questions intérieures telles que l’immigration et l’économie. L’UDC souhaite limiter la population du pays à 10 millions d’habitants, invoquant des infrastructures surchargées et le manque de logements.

Il cherche également à consacrer la neutralité traditionnelle du pays malgré les appels à répondre plus énergiquement à l’invasion de l’Ukraine par la Russie et à plafonner les coûts du passage à l’énergie durable.

Les partis de droite se sont récemment développés à travers l’Europe, l’AfD en Allemagne ayant bénéficié du soutien des électeurs lors des élections régionales et la Première ministre italienne Giorgia Meloni toujours en tête des sondages après un an de mandat. En Autriche voisine, le Parti de la liberté, anti-immigrés, est le favori pour les élections de 2024.

En Suisse également, un sentiment d’insécurité croissant a influencé le vote, selon Michael Hermann, directeur de l’institut d’enquête Sotomo. En mars, l’effondrement du Crédit Suisse et son rachat ultérieur par UBS Group AG ont assombri la solidité du système bancaire suisse.

« C’est le virage à droite auquel nous nous attendions », a-t-il déclaré. « Mais la droite ne parviendra pas à dominer. Il existe des forces en équilibre au Parlement. »

Contenu de l’article

Publicité 3

Contenu de l’article

L’UDC n’est pas un « parti à thème unique », a déclaré Manfred Buehler, député du parti à Berne.

«Bien sûr, nous nous concentrons sur la migration», a-t-il déclaré à SRF. « Mais nous surveillons également la politique énergétique, où des corrections importantes sont nécessaires, ainsi que la fiscalité pour garantir que la classe moyenne dispose d’un réel pouvoir d’achat. »

Le virage à droite a été souligné par le succès de l’alliance MCG à Genève, où le groupe populiste local a fait campagne pour un traitement préférentiel des travailleurs suisses par rapport à ceux de France, tout en promouvant des politiques sociales de gauche.

Quels que soient les résultats, un changement au sein de l’exécutif suisse est peu probable, car le gouvernement de sept membres n’est pas formé par une coalition ou une majorité pure et simple, mais est un pacte entre les plus grands partis. Les ministres seront élus par les législateurs le 13 décembre.

Au niveau national, les sociaux-démocrates arrivent loin derrière l’UDC, selon les projections, les démocrates libres favorables aux entreprises étant derrière l’Alliance du Centre pour la troisième place, menaçant potentiellement l’un des deux sièges du FDP au gouvernement. Les deux partis verts suisses ont annulé la plupart des gains qu’ils avaient réalisés en 2019.

Publicité 4

Contenu de l’article

Le pouvoir du peuple

Dans le même temps, le résultat des élections législatives est beaucoup moins déterminant pour la politique future de la Suisse que dans d’autres pays, car des initiatives et des référendums, organisés plusieurs fois par an, donnent aux électeurs leur mot à dire sur tout, de l’impôt sur les sociétés à l’immigration.

Les sociaux-démocrates «devront probablement recourir davantage aux plébiscites pour corriger» le virage à droite, a déclaré la députée zurichoise Priska Seiler Graf dans un entretien avec SRF.

Le taux de participation était de 46,5 %, plus élevé qu’en 2019 mais toujours l’un des plus bas d’Europe. Les résultats suggèrent neuf sièges supplémentaires pour l’UDC sur les 200 membres de la chambre basse, tandis que les partis verts en perdent 11 au total, a indiqué SRF.

(Mises à jour avec analyse commençant au sixième paragraphe)

Contenu de l’article

commentaires

Postmedia s’engage à maintenir un forum de discussion vivant mais civil et encourage tous les lecteurs à partager leurs points de vue sur nos articles. Les commentaires peuvent prendre jusqu’à une heure pour être modérés avant d’apparaître sur le site. Nous vous demandons de garder vos commentaires pertinents et respectueux. Nous avons activé les notifications par e-mail : vous recevrez désormais un e-mail si vous recevez une réponse à votre commentaire, s’il y a une mise à jour d’un fil de commentaires que vous suivez ou si un utilisateur que vous suivez commente. Consultez nos directives communautaires pour plus d’informations et de détails sur la façon d’ajuster vos paramètres de messagerie.

[ad_2]

financialpost

Back to top button