Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Le pape François se rendra à Dubaï

[ad_1]

L’information a été annoncée comme une hypothèse par deux médias anglo-saxons, Le pilier Et Reuterscela a été confirmé à La Croix par de hautes sources du Vatican. Le pape François participera à la COP28, qui aura lieu à Dubaï, aux Émirats arabes unis, du 30 novembre au 12 décembre. Il a pris sa décision ces derniers jours, après avoir rencontré au Vatican le 11 octobre le président désigné de la prochaine commission de l’ONU sur le climat. conférence. Le pape devrait donc se rendre aux Émirats arabes unis dès le début du sommet, au cours duquel il s’exprimera ensuite de manière solennelle.

Lors de sa rencontre avec le sultan Al Jaber, nommé président de la COP28 en janvier, qui est également président de la Compagnie pétrolière nationale d’Abu Dhabi et ministre de l’industrie et des technologies innovantes du pays, les deux hommes ont notamment évoqué la nécessité d’une « plan d’action détaillé » pour mettre en œuvre l’Accord de Paris, conclu en 2015. Un traité international par lequel les parties s’engagent à maintenir « l’augmentation de la température moyenne mondiale bien en dessous de 2°C par rapport aux niveaux préindustriels » et poursuivre les efforts « limiter l’augmentation de la température à 1,5°C par rapport aux niveaux préindustriels ». Un mécanisme fragilisé par le retrait de cet accord en 2017 par les Etats-Unis de Donald Trump.

Un pape au Cop, une première

En attendant sa confirmation officielle par le Saint-Siège, cette présence d’un pape à un sommet sur le climat serait une première. Mais ce n’est pas la première fois que François envisage de participer à un sommet international sur le climat. Déjà, en novembre 2021, le pape avait prévu de se rendre à Glasgow, en Écosse, pour la COP26, avant d’abandonner, malgré les préparatifs très avancés du voyage. Face à l’échec annoncé de la rencontre, François a préféré faire marche arrière, plutôt que de risquer d’apparaître comme une garantie brandie par les organisateurs afin de cacher de mauvais résultats.

Mais cette fois, il semble que François ait surmonté ces craintes, tant l’urgence lui semble importante. En 2015, celui que certains surnomment « le pape vert » ressent la même urgence, en précipitant la publication de son encyclique écologique et sociale, Laudato Si’afin qu’il puisse être rendu public avant le sommet de Paris.

Huit ans plus tard, le pape faisait un calcul similaire en signant, le 4 octobre, un nouveau texte sur la crise climatique, « Laudate Deum ». Dans cette exhortation apostolique, il plaide pour un accord contraignant, s’élevant également avec force contre les climato-sceptiques et exhortant les dirigeants du monde à agir. Quitte à contrarier certains catholiques qui s’interrogent sur la réalité du changement climatique. C’est d’ailleurs ce texte, rendu public à quelques semaines de la prochaine conférence de l’ONU sur le climat pour accentuer la pression sur les négociations, que le pape François a remis au président désigné de la COP le 11 octobre.

Dans ce document, l’ancien archevêque de Buenos Aires dresse également un étonnant historique de ces sommets internationaux, de leurs succès et de leurs échecs, mais concluant, globalement, qu’il s’agit du moins mauvais outil disponible. de la communauté internationale pour faire face à l’urgence climatique.

Sauvons la maison commune

« Dire qu’il n’y a rien à espérer serait un acte suicidaire qui conduirait à exposer l’ensemble de l’humanité, en particulier les plus pauvres, aux pires impacts du changement climatique »ainsi écrit ce pape qui n’a cessé, depuis son élection, d’insister sur la sauvegarde de « maison communale ».

Ce voyage confirme également à quel point le changement climatique est au cœur des priorités du pape, qui aura 87 ans en décembre. « Nous avons dépassé dix ans de pontificat et ses forces sont plus faibles qu’avant »analysait récemment un proche du pape, interrogé par La Croix. Qui a continué : « Il insiste et accélère sur les sujets qui lui semblent les plus importants. » Parmi eux, l’écologie constitue assurément à ses yeux l’un des plus grands défis auxquels l’humanité est confrontée.

——

[ad_2]
Fr1

Back to top button