Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
monde

Le ministre Drainville reproche au Centre de services scolaire de Montréal sa formation accélérée

[ad_1]

Le ministre de l’Éducation, Bernard Drainville, a fustigé vendredi le Centre de services scolaire de Montréal (CSSDM), qui a transformé des heures financées pour la formation des futurs aides-soignants et infirmières auxiliaires en « heures à domicile ». La députée libérale Marwah Rizqy a, de son côté, réclamé un remboursement au CSSDM.

«Non, le ministre n’est pas d’accord avec cette pratique», a répondu le cabinet de Drainville.

Le devoir ont révélé que les programmes accélérés du CSSDM pour devenir préposé aux bénéficiaires ou infirmière auxiliaire comprennent des heures « à domicile » dans une proportion pouvant atteindre 17 % du temps de formation. Ces heures, financées par le ministère de l’Éducation, ne sont pas allouées aux enseignants.

Dans un programme accéléré, une future infirmière auxiliaire consacre par exemple 305 des 1 800 heures de sa formation à faire des « métiers » à domicile. Elle a la « responsabilité » d’effectuer ces « sérieusement », bien que ces heures ne soient pas encadrées par un enseignant, souligne le CSSDM.

Vendredi, le ministre de l’Éducation a rappelé que le nombre d’heures allouées à la formation est prescrit par le ministère. « Les étudiants ont donc droit à toutes ces heures d’enseignement », a indiqué son bureau. Les heures prévues pour la formation doivent toutes être encadrées par le personnel enseignant, a-t-il ajouté. « Les heures prévues pour la formation ne peuvent donc pas être allouées au travail ou aux devoirs. »

Le CSSDM a alors contredit ces déclarations. « Les services d’enseignement peuvent être offerts à travers diverses méthodes de formation », a-t-il répondu, faisant référence au régime pédagogique de la formation professionnelle.

Selon Marwah Rizqy, le CSSDM devrait rembourser les sommes qu’il a reçues et qui ont été allouées aux heures « à la maison ». « Le ministère devrait (aussi) assurer un suivi pour s’assurer que ces étudiants reçoivent la formation manquante si nécessaire », a-t-elle demandé.

« Il n’y a pas que l’étudiant qui est trompé. C’est le gouvernement, mais aussi le patient. Elles sont préposées aux bénéficiaires et infirmières auxiliaires. Maintenant que le temps de formation se réduit, les quelques heures qui y sont consacrées sont cruciales. Nous devons prendre cela très au sérieux », a-t-elle déclaré.

« Payer le « temps à la maison » avec nos impôts est ridicule et peu instructif », a-t-elle également écrit sur le réseau social X.

Où est l’argent ?

À la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN), le président, Réjean Leclerc, s’interroge sur le chemin parcouru par l’argent qui est transféré du ministère à l’école pour la formation des étudiants, mais qui se transforme finalement en heures de « devoirs.

« Si l’argent n’est pas remis à l’étudiant, il se trouve quelque part dans le système. Et ce n’est pas dans la poche du professeur : il n’y en a pas, un professeur. Il faut donc que ce soit dans les poches de l’administrateur, de l’établissement, de la direction ou de n’importe qui. Qu’en font-ils ? Il a demandé. C’est l’administration qui récupère le espèces. Et c’est un problème. »

La qualité de la formation offerte inquiète également M. Leclerc. « Il y a un fort risque que ces heures passées à la maison soient des heures perdues, car il n’y a pas de surveillance », a-t-il souligné.

Dans une réponse précédemment fournie à Devoir, le CSSDM écrit que l’étudiant avait la responsabilité de « faire sérieusement » le travail qui lui était demandé pendant ces heures « à la maison ». La disponibilité des enseignants « n’est pas requise » en « temps réel », mais l’élève a toujours la possibilité de correspondre avec eux, a également rappelé le Centre de services scolaire. « Lors du retour en classe, l’enseignant valide la compréhension des élèves par rapport à la matière contenue dans les travaux dirigés », écrit le CSSDM.

Dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre, cette solution peut paraître « belle », mais elle comporte des risques, selon M. Leclerc. Il s’agit d’une formation de « premier niveau », a-t-il rappelé. « Ce n’est pas comme s’il était un médecin généraliste spécialisé », a-t-il illustré. Là, on repart de zéro, on les forme à mi-chemin et il y a des pièces qui sont faites maison. » M. Leclerc, lui-même ambulancier, a dit craindre que les étudiants subissent un « choc » à leur arrivée sur le terrain.

Descendre d’un niveau

À Québec solidaire, la députée Ruba Ghazal a dit partager les craintes de certains enseignants de l’École des métiers des Faubourgs-de-Montréal, où sont données des formations accélérées comportant des heures « à la maison ».

« La pénurie de main d’œuvre ne doit pas être un prétexte pour freiner les programmes de formation professionnelle. Il est important que la formation soit complète afin d’équiper adéquatement les travailleurs », a souligné M.moi Ghazal.

Le député Joël Arseneau, du Parti québécois, a également déclaré partager les inquiétudes des enseignants. « Comme (eux), je pense que toutes les heures prescrites au programme, déjà très condensées, doivent être allouées à l’enseignement en tant que tel, à la formation en classe ou en milieu de travail », a-t-il déclaré. déclare-t-il. « Quelque chose ne va pas ici. Il n’est pas normal que le ministère de l’Éducation ne soit pas conscient des heures « à la maison » dans un programme d’études qu’il finance. Qu’il nie leur existence, bien que confirmé par le Centre de services scolaire de Montréal, est également inquiétant», a-t-il poursuivi.

Dans une réponse envoyée à Devoir Mercredi, le ministère de l’Éducation écrivait que les heures à domicile « ne sont pas incluses dans les programmes d’études » comme les formations accélérées pour devenir préposée aux bénéficiaires ou infirmière auxiliaire. Le CSSDM a en revanche confirmé que ces heures « à domicile » étaient financées par le ministère.

A voir en vidéo



[ad_2]

Gn Ca news

Back to top button