Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Entreprise

Le mégaprojet Quartier Samara se cristallise à Bromont

[ad_1]

Les phases de génie civil sont complétées, incluant l’aménagement d’un bassin de rétention puis les raccordements aux réseaux municipaux d’égouts et d’aqueducs. Les fondations des voies de circulation des premières rues ont également été complétées pour desservir 51 unités sur un total de 92. Les travaux pour les quarante autres unités seront terminés d’ici février. « C’est un grand défi. Je crois que nous avons un projet phare pour la région, mais aussi pour le Québec», indique le promoteur Gérald Désourdy, qui porte le projet avec ses enfants Charlotte, Benoit et Antoine.

L’ensemble du projet, situé dans une des zones de développement prioritaires de la municipalité, devrait s’étaler sur quatre à cinq phases. « Mais rien n’est encore gravé dans le marbre. «Cela pourra changer en fonction de la révision du plan d’urbanisme qui est en cours», mentionne M. Désourdy.

Le chemin d’accès pour entrer dans le quartier est aménagé juste en face du vélodrome du Centre national de cyclisme, sur la rue Shefford (241), tandis que l’entrée secondaire sera reliée à la rue de Lotbinière.

Projet de quartier Samara Bromont

Le promoteur mène le projet avec trois constructeurs spécialisés dans leur créneau : Gesteco pour les immeubles multilogements, Les Constructions Eric Laflamme s’occupera, entre autres, des immeubles jumelés et la Société D construira les maisons « de prestige ».

Le site qui abrite le district de Samara, d’une superficie de 40 hectares (99 acres), sera en partie protégé. Les promoteurs souhaitent conserver 40 % des terrains dans une zone de conservation.

Densité

Le projet global prévoit la construction de 587 logements sur une douzaine d’années. Globalement, nous visons environ 50 % d’habitations jumelées, unifamiliales et de maisons de ville, puis l’autre partie dans des immeubles locatifs ou des condos.

Des immeubles de 4 à 16 logements sont prévus pour une utilisation conditionnelle. La hauteur maximale des bâtiments est toutefois limitée à trois étages, culminant à 16 mètres de hauteur.

Gérald Désourdy estime que les règles municipales devraient être modifiées pour permettre plus de densité. « Pour avoir moins de pieds carrés au sol, il faut monter », explique-t-il. Un immeuble de trois étages ne justifie pas un garage souterrain. Les frais n’arrivent pas. Mais quatre étages, oui.

« Avoir un étage supplémentaire offre bien plus », ajoute l’homme d’affaires. Cela signifierait moins d’îlots de chaleur, moins de pieds au sol, plus de verdure et moins de parkings extérieurs.

Projet de quartier Samara Bromont

Le logement abordable

Gérald Désourdy souhaite intégrer des logements abordables dans le quartier de Samara. Cependant, le zonage et la grille des usages freinent la construction de ce type de logements. « C’est impossible. C’est cher. Si la réglementation est modifiée, cela pourrait être possible », argumente le promoteur.

M. Désourdy cite en exemple l’obligation d’enterrer les lignes électriques, ce qui alourdit considérablement la facture globale d’un projet d’habitation. « Avec les lignes aériennes, cela coûte 2 500 $ par porte. Quand c’est dans le sol, c’est 25 000 $ par porte, souligne-t-il. Mais si on augmente le nombre d’unités (dans un même immeuble), cela permet d’amortir les coûts.

Des incitations financières pourraient aussi changer la donne, souligne l’homme à la tête du projet. « Avec un congé fiscal pendant cinq ans, dit-il, cela vous permet de faire vos chiffres ».

L’inclusion du projet de coopérative d’habitation pour personnes âgées dans le projet d’habitation est toujours à l’ordre du jour. Toutefois, contrairement à ce qui était prévu initialement, l’initiative ne verra pas le jour en phase 1, indique M. Désourdy.

École

Des terrains ont également été « réservés » dans le district de Samara pour une future école.

Toutefois, selon M. Désourdy, les discussions amorcées jusqu’à présent avec le ministère de l’Éducation et le Centre de services scolaire de Val-des-Cerfs pour construire un tel bâtiment sont restées vaines. L’homme d’affaires dit avoir approché plusieurs établissements d’enseignement, dont deux écoles privées de Granby. « Il y a eu le Collège Mont-Sacré-Cœur, qui s’est finalement retiré, mentionne le promoteur. Nous avons également parlé avec l’école de la Parole Divine. Ils étaient très intéressés à avoir un campus à Bromont, mais le gouvernement provincial a dit non.

Selon Gérald Désourdy, des discussions pour la construction d’une nouvelle école ont également eu lieu entre la Ville et le Centre de services scolaire de Val-des-Cerfs. « Et c’était un rejet total. Mais le sol ne pourrit pas, alors nous attendrons, dit-il. Nous espérons que les autorités reconsidéreront leur décision.

[ad_2]

Gn Ca bus

Back to top button