Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Entreprise

Le Kenya demande un remboursement à une société de PE après avoir annulé l’accord avec Telkom

[ad_1]

Contenu de l’article

(Bloomberg) — Le gouvernement du Kenya a annulé un accord visant à acheter une participation de 60 % dans Telkom Kenya Ltd. à une unité d’Helios Investment Partners et a exigé un remboursement, après que les législateurs ont remis en question l’accord conclu l’année dernière.

L’État souhaite un remboursement de la part de Jamhuri Holdings Ltd. en raison des « défis de gouvernance » entourant la transaction, a indiqué mardi le cabinet dans un communiqué, sans mentionner le montant. En février, les législateurs ont rejeté un paiement de 51,2 millions de dollars à Helios.

Contenu de l’article

L’accord a été signé dans les derniers jours du mandat de l’ancien président Uhuru Kenyatta. Jamhuri est entièrement détenu par Helios Investors III, LP, un fonds conseillé par Helios Investment Partners, qui n’a pas répondu à une demande de commentaires envoyée par courrier électronique.

Contenu de l’article

Les conséquences pourraient être désastreuses, a déclaré Deepak Dave, analyste chez Riverside Advisory, basé à Toronto.

« Helios est une entreprise aux coudes pointus, et il est peu probable qu’elle se retourne si elle se considère comme bénéficiant d’un terrain juridique solide », a-t-il déclaré par courrier électronique. « Il sera instructif pour l’ensemble du secteur financier africain de voir quel est le plan B du Kenya si Helios refuse de payer. »

La décision d’annuler l’accord intervient alors que le gouvernement kenyan est confronté à une crise de trésorerie et que les investisseurs s’inquiètent de la capacité de l’État à répondre à ses besoins de financement extérieur. Ce pays d’Afrique de l’Est est confronté à une facture d’importations énergétiques et alimentaires qui monte en flèche, à de faibles réserves de change et dispose de 2 milliards de dollars d’euro-obligations arrivant à échéance en juin.

Lire la suite : Les obligations kenyanes chutent suite aux derniers messages concernant le remboursement en 2024

La vente par Helios des 60% du capital de Telkom Kenya a été annoncée par le gouvernement en octobre, deux mois après l’élection du président William Ruto. Le rachat des actions par le gouvernement a fait de l’entreprise une entreprise entièrement détenue par l’État – elle détenait auparavant 40 % des actions.

Les termes de l’accord annoncés plus tôt cette année montraient que le Trésor national avait payé 1 $ pour la participation et avait acquis deux prêts totalisant 291,1 millions de dollars qu’Helios avait avancés à Telkom. Le président Eddy Njoroge a déclaré aux législateurs en mars que le conseil d’administration n’était pas au courant des négociations qui ont conduit le gouvernement à racheter la participation.

Contenu de l’article

Jamhuri a déclaré dans une lettre aux législateurs que la décision de vendre la participation avait été prise après que le gouvernement kenyan ait illégalement exproprié les actifs de Telkom sans consulter Helios, a rapporté le Business Daily en mars. Une tentative ratée de regrouper les opérations de Telkom avec Airtel Kenya Ltd. pour former un concurrent du leader du secteur Safaricom Ltd. a également conduit à la sortie, a-t-il indiqué.

Le cabinet a ordonné à Telkom de rechercher un nouvel investisseur stratégique, selon le communiqué.

« L’intervention du Cabinet renforcera la capacité opérationnelle de Telkom Kenya et en fera un acteur compétitif sur le marché des télécommunications », a-t-il déclaré.

Partagez cet article sur votre réseau social

[ad_2]

financialpost

Back to top button