Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Le grand projet de parc à l’Est prend forme

[ad_1]

La Ville de Montréal fait les premiers pas vers la création d’un grand parc dans l’Est, comme l’avait promis la mairesse Valérie Plante lors de la campagne électorale, en protégeant les espaces verts sur une superficie de 700 hectares.




« L’idée est d’agrandir le parc-nature de la Pointe-aux-Prairies, qui est notre grand poumon vert de l’Est, avec des terrains à côté ou à proximité. Et s’ils sont un peu plus éloignés, nous pouvons créer des liens entre ces différents territoires, par exemple avec des équipements de transports actifs », explique-t-il dans un entretien avec La pressela mairesse du district de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles, Caroline Bourgeois, qui est également responsable des grands parcs au comité exécutif.

Le futur parc s’étendra de l’île Bonfoin, à l’est, jusqu’au 63e Avenue, à l’ouest, et de la rivière des Prairies, au nord, jusqu’au fleuve Saint-Laurent, au sud. L’annonce officielle des limites du futur grand parc sera faite ce dimanche, et le comité exécutif les adoptera mercredi.

Ce nouveau territoire représente plus de trois fois la superficie du parc du Mont-Royal.

Le grand projet de parc à l’Est prend forme

INFOGRAPHIES LA PRESSE

Le grand projet de parc de l’est de Montréal représente plus de trois fois la superficie du parc du Mont-Royal.

La Ville pourra alors acquérir des terrains publics, institutionnels et privés dans ce secteur, y conclure des ententes, ou encore appliquer un droit de préemption, qui lui confère un droit de premier refus lorsqu’un propriétaire vend son terrain.

Une somme de 23 millions est prévue dans le budget municipal 2024, qui sera présenté mercredi, pour les futurs aménagements du grand parc de l’Est, révèle M.moi Bourgeois.

« Geste fort »

Hydro-Québec est notamment propriétaire de terrains boisés dans le secteur que la Ville souhaite inclure dans son futur parc. L’entreprise publique mettra à disposition certaines emprises de transport terrestre et électrique, indique la Ville.

Le grand projet de parc à l’Est prend forme

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

Caroline Bourgeois, mairesse du district de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles

Nous voulons assurer la protection à long terme de ces territoires qui sont aujourd’hui des espaces verts, mais qui ne le seront peut-être plus dans 10, 20, 30 ans.

Caroline Bourgeois, mairesse du district de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles

« Il y a une forte pression foncière dans ce secteur historiquement minéralisé et industrialisé », a déclaré le maire du district. Je suis très fier de cette action forte que nous menons pour protéger la biodiversité locale, lutter contre la fragmentation des espaces verts et créer des zones tampons entre entreprises et résidences. »

En 2019, la Ville de Montréal a créé le Grand Parc de l’Ouest selon la même méthode, délimitant une superficie de 3 000 hectares (30 km2) où elle entendait préserver les espaces verts, autour des cinq parcs-nature de l’Ouest-de-l’Île (Anse-à-l’Orme, Bois-de-L’Île-Bizard, parc agricole du Bois-de-la-Roche, Cap –Saint-Jacques et Rapides-du-Cheval-Blanc), ainsi que d’autres terrains répartis sur les territoires des arrondissements et villes liées.

En septembre dernier, elle a acheté, pour 150 000 $, deux terrains vacants situés dans la municipalité de Sainte-Anne-de-Bellevue, au nord de l’autoroute 40 et à l’ouest du chemin de l’Anse. -à Orme. Une nouvelle liaison cyclable de 1,1 km a été réalisée pour donner accès au Grand Parc de l’Ouest.



[ad_2]

Gn Ca local

Back to top button