Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Politique

Le gouvernement Trudeau critiqué pour ne pas avoir révélé le coût total du voyage du Premier ministre au Montana

[ad_1]

Les critiques de l’opposition ont critiqué jeudi le premier ministre Justin Trudeau, affirmant que son gouvernement n’avait pas été transparent quant au coût total de son voyage du week-end de Pâques au Montana.

Le porte-parole du NPD en matière d’éthique, Matthew Green, a déclaré que même si le premier ministre mérite d’être protégé et de prendre des vacances, les Canadiens devraient savoir combien ces vacances leur coûtent.

« Ce qui est inacceptable ici, c’est le manque de transparence et de responsabilité », a déclaré Green. « Lorsque le premier ministre prend des décisions personnelles qui coûtent cher aux contribuables, les Canadiens méritent de savoir exactement combien d’argent il dépense. »

La députée conservatrice Michelle Rempel Garner a soulevé une question de privilège à la Chambre des communes jeudi, affirmant que le fait de ne pas inclure les coûts engagés par la GRC dans la réponse du gouvernement à la question d’un député avait induit les députés et la Chambre des communes en erreur.

« Si j’ai soulevé cette question de privilège, c’est pour montrer à quel point il est difficile d’obtenir des informations précises sur le gouvernement », a-t-elle déclaré.

Une femme en robe noire fait des gestes en parlant.
La députée conservatrice Michelle Rempel Garner a soulevé une question de privilège à la Chambre des Communes concernant la réponse du gouvernement à la question d’un député concernant les frais de déplacement du premier ministre. (Patrick Doyle/La Presse Canadienne)

CBC News a rapporté que les vacances du week-end de Pâques au Montana du premier ministre ont coûté aux contribuables canadiens près d’un quart de million de dollars, soit bien plus que la somme révélée au Parlement.

Dans sa réponse du 18 septembre à une question inscrite au Feuilleton du député conservateur Luc Berthold, le gouvernement a divulgué 23 846 $ de dépenses des Forces armées canadiennes et du Conseil privé pour ce voyage.

Mais cette somme n’inclut pas le coût de 204 993 $ pour la GRC pour les heures supplémentaires et des choses comme l’hébergement, les repas, les faux frais et les déplacements. Cela n’a été révélé que cette semaine, en réponse à une question posée aux forces de police par CBC News, ce qui porte le coût total pour les contribuables à plus de 228 839 $.

Ce total n’inclut pas les salaires réguliers des agents de la GRC, du personnel navigant et d’un représentant du Conseil privé qui gère les communications sécurisées du premier ministre lors de ses déplacements.

La réponse déposée le 18 septembre fait suite à une question antérieure posée par Berthold à laquelle on a répondu en juin avant que le ministère de la Défense nationale n’ait traité les coûts. La réponse du gouvernement à cette question inscrite au Feuilleton ne mentionne pas non plus les coûts engagés par la GRC.

Le bureau de Trudeau a refusé de répondre aux questions sur le voyage, telles que l’endroit où il a séjourné dans le Montana, s’il a payé son hébergement, s’il a rendu visite à quelqu’un et qui l’y a accompagné. Il a également refusé d’expliquer pourquoi les coûts de la GRC n’ont pas été divulgués lorsque le gouvernement a répondu à la question de Berthold.

« Conformément à une politique gouvernementale de longue date et pour des raisons de sécurité, le Premier ministre doit voyager à bord d’avions gouvernementaux, qu’il soit pour des raisons officielles ou personnelles », a écrit la porte-parole Alison Murphy dans une réponse par courrier électronique. « Comme c’était le cas avec les premiers ministres précédents, lorsqu’ils voyagent pour des raisons personnelles, le Premier ministre et tous les invités voyageant avec lui remboursent un billet d’avion commercial équivalent. »

Deux hommes en costume se lèvent et font face à la caméra.
Le premier ministre Justin Trudeau rencontre l’Aga Khan sur la Colline du Parlement à Ottawa le mardi 17 mai 2016. (Sean Kilpatrick/Presse Canadienne)

Trudeau a fait l’objet d’une controverse dans le passé à propos de ses vacances avec sa famille à l’extérieur du Canada. Un voyage pour rendre visite à l’Aga Khan sur une île des Bahamas pendant les vacances de Noël 2016-2017 a donné lieu à une facture aux contribuables de 271 000 $ et à une conclusion du commissaire à l’éthique du Canada selon laquelle il avait enfreint les règles d’éthique du gouvernement.

Son voyage du 26 décembre au 4 janvier de cette année dans un domaine exclusif en Jamaïque a coûté au moins 162 000 dollars aux contribuables. Le riche propriétaire du domaine Prospect, Peter Green, est un ami de longue date de la famille Trudeau qui a également fait un don à la Fondation Trudeau.

La controverse sur le coût des vacances précédentes rend d’autant plus important que Trudeau soit transparent sur le coût du voyage au Montana, a déclaré Green.

« Cela vient d’un Premier ministre qui a une longue histoire d’indiscrétions lors de voyages et on pourrait penser et espérer que le Premier ministre aurait appris ses leçons », a-t-il déclaré.

Green a souligné que Trudeau n’a pas encore révélé s’il a payé le tarif commercial pour l’hébergement de sa famille lors de son voyage en Jamaïque.

Rempel Garner a fondé sa question de privilège sur la réponse du gouvernement à la question inscrite au Feuilleton en juin. L’information provenant du Bureau du Conseil privé a été signée par le député libéral Greg Fergus, qui était à l’époque secrétaire parlementaire du premier ministre.

Le président d'une assemblée législative écoute la période des questions.
La députée Michelle Rempel Garner a déclaré que le président Greg Fergus devrait se récuser de se prononcer sur sa question de privilège. (Sean Kilpatrick/La Presse Canadienne)

Fergus a été élu président de la Chambre des communes plus tôt cette semaine. Il pourrait être appelé à décider si la réponse du gouvernement à une question inscrite au Feuilleton à laquelle il a contribué à répondre porte atteinte au privilège parlementaire.

Rempel Garner a demandé à Fergus de se récuser de se prononcer sur sa question de privilège et de permettre que la question soit débattue et votée à la Chambre des communes.

Si le Président ou la Chambre des communes conclut qu’il y a eu atteinte au privilège parlementaire, la question sera renvoyée au Comité de la procédure et des affaires de la Chambre pour une étude plus approfondie et d’éventuelles audiences.

Elizabeth Thompson peut être contactée à Elizabeth.thompson@cbc.ca

[ad_2]

En polices

Back to top button