Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
monde

Le gouvernement Legault confie le tramway québécois à la Caisse de dépôt et placement du Québec

[ad_1]

Devant l’explosion des coûts et l’impopularité du projet, François Legault retire le projet de tramway québécois des mains de la Ville et le confie plutôt à la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ). C’est la décision prise par le Premier ministre à l’issue de sa rencontre mercredi soir avec le maire de la capitale, Bruno Marchand, selon plusieurs médias.

M. Marchand souhaitait que la Ville de Québec devienne maître d’œuvre du projet récemment estimé à 8,4 milliards de dollars et espérait obtenir l’approbation du gouvernement du Québec. Ce « plan B » a été imposé la semaine dernière après le retrait des consortiums censés construire les infrastructures du projet.

« J’ai eu un très bon échange avec le Premier ministre, où nous avons parlé face à face, juste lui et moi, au cours duquel j’ai présenté le plan de la Ville pour réaliser le projet de transport structurant qu’est le tramway. Ce n’est pas l’option qu’il choisira. Évidemment, je suis déçu», a déclaré le maire, avec une expression basse, lors d’une mêlée de presse après sa rencontre avec M. Legault.

Bruno Marchand s’est ensuite entretenu avec la ministre des Transports, Geneviève Guilbault, et le ministre responsable de l’Infrastructure et de la Capitale nationale, Jonatan Julien. «Nous allons donner mandat à la Caisse de dépôt de partir du besoin de mobilité au Québec et de proposer le meilleur projet structurant pour la ville de Québec. La Caisse de dépôt (…) a déjà démontré son expertise en transport collectif et (…) a livré la première branche du REM », a ensuite expliqué M.moi Guilbault.

La CDPQ aura six mois pour proposer sa nouvelle version du projet. « Nous savons tous que nous avons besoin d’un réseau de transport structurant et efficace qui convaincra les gens de l’utiliser », a-t-elle ajouté. « Donc, nous partons de ce besoin. Et dans six mois maximum, le Fonds fera l’évaluation, nous proposera le meilleur projet, au meilleur coût», a assuré le ministre.

Autres modes de transport envisagés

Le gouvernement Legault a également obtenu « l’engagement » du patron de la Caisse de dépôt, Charles Emond, que le mandat puisse être réalisé dans cet échéancier, a précisé Jonatan Julien. Ce dernier a indiqué que le projet de tramway présenté par Bruno Marchand ferait partie des scénarios étudiés, mais n’a pas voulu dire si l’option d’un train léger automatisé, comme le REM, pourrait être retenue.

«Ça peut aller du SRB (service d’autobus rapides) à un REM, un métro ou un tramway», avait-il déclaré plus tôt mercredi. « Il existe plusieurs modèles de transports lourds. Je ne suis pas un spécialiste du transport lourd, mais nous n’en avons certainement pas au Québec. »

Alors que des travaux sont déjà en cours pour accueillir un tramway dans la capitale, M. Julien a expliqué que son gouvernement s’entendrait avec la Ville de Québec « sur ce qu’on arrête et sur ce qu’on continue ». Une somme de 527 millions de dollars a déjà été engagée dans des contrats avec des partenaires et fournisseurs. De ce montant, la Ville a consacré 371,5 millions de dollars en acquisitions et en travaux préparatoires.

Un revirement prévisible

François Legault avait déjà qualifié la plus récente évaluation de 8,4 milliards de dollars associée au projet de « chère, très chère ». Dans les couloirs de l’Assemblée nationale, les ministres caquistes ont même préféré évoquer « un mode de transport lourd » plutôt que de parler spécifiquement d’un tramway. Personne non plus au sein du caucus québécois ne s’est manifesté pour défendre le projet, selon une information rapportée mardi par Radio-Canada.

Seul le gouvernement fédéral soutenait encore le projet. «La Ville de Québec a le choix de rattraper son retard ou de laisser d’autres villes bénéficier des investissements disponibles et futurs du gouvernement canadien», a déclaré le ministre fédéral des Transports et député du Québec, Jean-Yves Duclos.

D’ailleurs, avant même que le tramway soit estimé à 8,4 milliards de dollars, la Ville de Québec révélait fin octobre que 60 % des citoyens de la capitale étaient opposés au projet. Parmi les 1 005 répondants sondés par la firme Léger, 44 % ont déclaré avoir une très mauvaise opinion du projet.

Malgré sa déception à la fin de la séance de vendredi, le maire Marchand a assuré avoir assuré M. Legault de son entière collaboration.

A voir en vidéo



[ad_2]

Gn Ca news

Back to top button