Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Le gouvernement fédéral promet d’agir pour éviter une répétition de la grève dans les ports de Colombie-Britannique

[ad_1]

Le ministre du Travail du Canada affirme que la nouvelle tentative du gouvernement fédéral pour prévenir des conflits perturbateurs dans les ports de la Colombie-Britannique entraînera cette fois-ci un changement.

Seamus O’Regan a promis de donner suite aux recommandations issues d’un examen de ce qui n’a pas fonctionné lors de la grève de cet été qui a empêché les marchandises de transiter par les ports de la Colombie-Britannique.

Des études antérieures remontant aux années 1990 sur la relation litigieuse entre le syndicat des débardeurs et la BC Maritime Employers Association ont conduit à de multiples recommandations qui n’ont pas été mises en œuvre, mais O’Regan affirme que cette fois-ci, ce sera différent.

Le ministre a nommé deux experts de l’Université Queen’s de Kingston pour diriger l’examen, leur demandant d’identifier les questions clés et de proposer un mandat d’ici la fin de l’année.

O’Regan a déclaré aux journalistes à Ottawa que lorsqu’il avait vu les rapports précédents, il savait qu’il avait la responsabilité de s’assurer que le gouvernement donnerait suite pour éviter un autre arriéré portuaire similaire.

«Seulement parce que cela s’est produit à maintes reprises et que les gens ont dit que quelque chose devait être fait de manière plus structurelle, alors je le ferai. Alors, voyons ce qu’ils proposent.

O’Regan a déclaré que l’objectif du dernier examen est « d’examiner les problèmes structurels sous-jacents » au conflit qui a donné lieu à une grève en juillet, ajoutant que le Canada doit démontrer qu’il dispose d’une chaîne d’approvisionnement stable.

« Nous y parviendrons en créant une structure dans nos systèmes portuaires capable de résister aux types de perturbations disproportionnées que nous avons connues cet été », a-t-il déclaré.

« Un système qui n’enlève rien au processus de négociation collective et qui offre à l’industrie et aux travailleurs la stabilité et la certitude dont nous avons tous besoin pour faire croître l’économie. »

Des milliers de travailleurs se sont mis en grève du 1er au 13 juillet, gelant le mouvement de marchandises valant des milliards de dollars dans certains des ports les plus fréquentés du pays.

Un accord de principe a mis fin à cette grève, mais lorsque le caucus syndical a rejeté le contrat, il y a eu un bref retour aux piquets de grève le 18 juillet, pour ensuite que cela soit jugé illégal, renvoyant les travailleurs à leur travail.

Un vote de l’ensemble des membres du syndicat a rejeté l’accord de principe le 28 juillet et O’Regan a ordonné au conseil des relations industrielles d’envisager d’imposer un accord ou de recourir à un arbitrage exécutoire.

Deux jours plus tard, les deux parties ont annoncé qu’elles étaient parvenues à un accord, qui a ensuite été ratifié.

Larry Savage, professeur au département d’études sociales de l’Université Brock, a déclaré qu’il pense que les actions d’O’Regan visent à « donner un coup de pied » jusqu’après les prochaines élections fédérales et ne donneront pas grand-chose.

« Dire que vous allez aller jusqu’au bout sans connaître les conclusions de l’examen est irresponsable, mais je soupçonne que c’est parce que le gouvernement sait que cet examen n’aboutira à rien », a-t-il déclaré.

Savage a déclaré que « retoucher les contours du Code canadien du travail » ne changerait pas les problèmes qui ont conduit à la grève du port, y compris les préoccupations concernant l’automatisation et l’externalisation, ni ne guérirait les décennies d’animosité qui se sont accumulées entre les deux parties.

Il soupçonne que les employeurs utiliseront cette révision pour pousser le gouvernement à restreindre le droit de grève des travailleurs, ce que ni le ministre ni le syndicat ne souhaitent.

En 1995, un groupe de travail a recommandé au ministre du Travail de créer un comité qui pourrait fournir des conseils sur les conflits présentant un intérêt public important. Il a fait valoir que la création d’un groupe d’experts permettrait de trouver un équilibre entre l’intérêt public et le désir de favoriser la négociation collective et de réduire l’apparence d’ingérence politique.

Aucun travail n’a jamais été fait pour mettre en œuvre cette recommandation.

En 2010, un rapport distinct recommandait au ministre du Travail de mettre en place une commission pour remédier à ce qu’il appelait les « relations insatisfaisantes existantes » entre les deux parties dans les ports.

Il a suggéré que la commission examine la pertinence des employeurs maritimes en tant que représentants négociateurs de tous les employeurs, et quelle devrait être la solution lorsque la négociation collective est dans une impasse.

« Il existe un grand intérêt du public à trouver une solution à ces questions », indique le rapport de 2010.

« Les laisser dériver n’est plus une option viable lorsque l’on prend en compte l’importance des industries du transport maritime et du transport pour une économie canadienne dynamique. »

O’Regan n’a pas voulu dire quels seraient les changements potentiels.

« Mais l’essentiel est la stabilité, il s’agit simplement de maintenir la stabilité », a-t-il déclaré.

Ce rapport de La Presse Canadienne a été publié pour la première fois le 19 octobre 2023.



[ad_2]

En LOcal

Back to top button