Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Entreprise

Le fondateur d’AbleGamers, Mark Barlet, sur l’importance de rendre les jeux accessibles – Winnipeg Free Press

[ad_1]

Mark Barlet a fondé AbleGamers en 2004. Il s’agit d’une organisation à but non lucratif qui lutte contre l’isolement social des personnes handicapées en utilisant « le pouvoir des jeux vidéo ». Plus récemment, son organisation a travaillé avec Sony pour l’aider à créer son nouveau contrôleur d’accès pour la PlayStation, conçu pour faciliter le jeu des personnes handicapées.

Question : Quand avez-vous commencé à consulter Sony sur ce contrôleur ?

Réponse : Nous entretenons depuis un certain temps une relation avec Sony pour d’autres projets. Sony a été à l’avant-garde en matière de logiciels pour créer des expériences accessibles. Mais il y a environ cinq ans, ils nous ont contacté et nous ont dit : nous avons une idée. Pouvons-nous vous parler de cette idée ?

Q : Et quelle était l’idée ?

R : Ils voulaient créer une manette qui prendrait réellement en charge les joueurs handicapés et voulaient apprendre de notre organisation à quoi ressemblait l’expérience – que résolvaient-ils ? Lorsqu’ils sont venus nous voir, ils se demandaient de quoi devons-nous nous inquiéter : ce handicap ou ce handicap ? Et nous leur avons parlé de la façon dont les handicaps, vous savez, montrez-moi une personne atteinte de sclérose en plaques et je vais vous montrer une personne qui peut être malentendante, je peux montrer quelqu’un qui a une déficience visuelle ou motrice. Penser à l’étiquette d’un handicap n’est donc pas l’approche à adopter. Il s’agit de l’expérience dont les joueurs ont besoin pour combler le fossé entre un jeu et une manette qui n’est pas conçue pour leur présentation unique au monde.

Q : Comment les joueurs handicapés jouent-ils sans ces manettes ?

R : Je veux dire, souvent, il s’agissait de bricoler des choses pour pouvoir jouer. Il s’agissait de faire des compromis sur la façon dont ils pouvaient positionner un contrôleur standard d’une manière vraiment unique ou d’imprimer en 3D une solution qui les aidait à atteindre ce bouton ici ou là ou de s’éloigner des consoles et peut-être de se tourner vers les jeux sur PC où il y avait beaucoup plus d’options. à l’époque, il fallait brancher des éléments de type USB. Il s’agissait vraiment de faire des compromis et de trouver ce qui nous permettait le mieux d’y parvenir. Ces solutions présentaient souvent des inconvénients comme la fatigue, l’inconfort et diverses choses de ce genre.

Q : Pourquoi les jeux vidéo sont-ils importants pour votre communauté ?

R : La réalité est que les personnes handicapées sont 56 % plus susceptibles d’être isolées socialement que leurs amis non handicapés. Pensez à ce qu’est le jeu aujourd’hui : nous jouons avec nos amis, nous jouons avec nos familles. Il y a tellement d’interactions sociales qui appartiennent au jeu. Et quand vous regardez quelqu’un, en particulier une personne profondément handicapée, vous savez, un système qui lui permet d’avoir une bonne manette et un jeu vidéo bien conçu lui donne l’opportunité de vraiment sortir, de se faire des amis et de retrouver ces amours communes que nous partageons. bâtir des amitiés.

Et l’autre chose est que le fait que je sois handicapé n’est pas le facteur déterminant de qui je suis. C’est que nous partageons ce jeu et je suis bon dans ce domaine. Cela crée ainsi de riches expériences sociales que les personnes handicapées ont souvent beaucoup plus de mal à vivre en raison des équipements associés au handicap.

Q : Les gens jouent depuis des décennies maintenant. Pourquoi pensez-vous qu’il a fallu autant de temps à l’industrie pour créer des contrôleurs accessibles ?

R : Je dirai que je pense que c’est le travail acharné d’organisations comme moi qui ont vraiment pris les développeurs de jeux et nos fabricants de consoles à l’épreuve sur l’importance du jeu pour les personnes handicapées. L’avènement des réseaux sociaux a également été un catalyseur. Mon organisation, vous le savez, discute avec les développeurs depuis 2004. Mais tout d’un coup, les médias sociaux permettent aux personnes handicapées elles-mêmes d’amplifier ce message et de demander aux créateurs de prendre leurs responsabilités. Je pense que tout cela s’est mis en place et que nous avons vu les entreprises se lancer vraiment dans ce problème important que nous devons résoudre. Au cours des cinq dernières années, j’ai vu le mouvement d’accessibilité des jeux passer des studios indépendants travaillant sur certaines fonctionnalités aux jeux triple-A, pouvant être joués par des personnes s’identifiant comme aveugles. En cinq ans, c’est époustouflant.

Q : Qu’en est-il de la représentation des personnes handicapées dans les jeux vidéo ? Est-ce quelque chose que vous aimeriez également voir davantage ?

R : J’aimerais en voir davantage. Et je vais vous le dire, créer des jeux est un long chemin. Les sociétés de jeux vidéo y travaillent. Nous avons des lecteurs sensibles dans notre organisation et nous recevons des scripts et des idées de mocap (capture de mouvement) de la part des sociétés de jeux vidéo afin qu’elles puissent représenter les handicaps d’une manière vraiment unique. Il y a donc des personnes handicapées qui lisent des scénarios sur des histoires de personnes handicapées pour s’assurer de leur exactitude. Et donc je pense que nous allons voir plus de représentation à l’avenir.



[ad_2]

En Bussnic

Back to top button