Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Le film L’Exorciste : Dévotion, malmené par la critique, va-t-il séduire le public ?

[ad_1]

Cinquante ans plus tard L’Exorciste (1973), film culte de William Friedkin, le film d’horreur L’Exorciste : dévouement a lieu vendredi. Démoli par les critiques, reste à savoir si le public sera au rendez-vous pour le nouveau film de cette série qui a connu des hauts et des bas.

Pour ce nouveau film, le premier d’une trilogie annoncée, les rênes ont été confiées au réalisateur américain David Gordon Green, qui n’a pas non plus fait l’unanimité avec sa reprise de la série Halloween (Halloween, Halloween tue Et Fin d’Halloween).

William Friedkin, directeur original de L’Exorciste, décédé le 7 août à l’âge de 87 ans, à Los Angeles. De son vivant, il ne semblait pas enthousiaste à l’idée d’une nouvelle version de son film.

En 2020, il a également mis fin aux rumeurs à cet effet, affirmant sur X (anciennement Twitter) qu’il Il n’y avait pas assez d’argent ni de motivation au monde pour (le) convaincre de faire cela.

L’Exorciste : dévouement marque le retour à 90 ans d’Ellen Burstyn dans le rôle de Chris MacNeil, qui a déjà dû faire face à l’exorcisme de sa fille Regan (Linda Blair) dans le film original. La nouvelle production se distingue du premier opus de la saga en présentant deux jeunes filles possédées, plutôt qu’une. Deux fois plus de chances que David Gordon Green provoque la terreur ou le désenchantement.

Premiers avis froids

Les premiers reportages de la presse, ici comme aux Etats-Unis, ont de quoi refroidir les cinéphiles. Le film a actuellement un score de 20%, compilé à partir de 138 messages de critiques professionnels sur Rotten Tomatoes.

Il n’a pas fait beaucoup mieux sur Metacritic, un autre site d’agrégation où les médias lui ont attribué une note de 41%, sur la base de 45 publications. François Lévêque, critique à Devoirlui a donné deux misérables étoiles, appelant le film vrai blasphème.

Même son de cloche avec Manon Dumais et sa note de 3 sur 10 dans La presse. Après avoir gâché la franchise lucrative de John Carpenter avec Halloween tue Et Fin d’Halloweenmaintenant David Gordon Green bousille une autre célèbre série de films d’horreurelle écrit.

Avec trois étoiles sur cinq, le quotidien britannique Le gardien s’est montré un peu plus tendre, en prenant toutefois soin de souligner l’écart qui sépare le film du classique de William Friedkin, premier long métrage d’horreur oscarisé.

Comme la réinvention de Halloween (de David Gordon Green), ce film est coincé entre le sérieux et le ridiculeécrit Benjamin Lee, ajoutant que le film offre juste assez de divertissement loufoque pour un public d’horreur peu exigeant.

Pour les films d’horreur, on observe souvent un écart entre l’appréciation des critiques et celle du public. Il faudra sans doute attendre le retour des cinéphiles pour avoir la fin de l’histoire, même si le pronostic n’est pas rose.

Avec des informations de The Guardian, Collider et Vanity Fair

[ad_2]
journalmetro

Back to top button