Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Entreprise

Le chef conservateur s’oppose à la vente de l’unité canadienne de HSBC à RBC

[ad_1]

Contenu de l’article

(Bloomberg) — Le chef du principal parti politique d’opposition au Canada a déclaré que le gouvernement devrait bloquer la vente par HSBC Holdings Plc de ses opérations locales à la Banque Royale du Canada.

La Banque Royale a conclu un accord l’année dernière pour acheter HSBC Canada pour 13,5 milliards de dollars canadiens (9,9 milliards de dollars), et la ministre des Finances, Chrystia Freeland, devrait prendre une décision finale au début de 2024. Le chef du Parti conservateur, Pierre Poilievre, a déclaré qu’elle devrait le rejeter pour protéger la concurrence dans prêts hypothécaires.

Contenu de l’article

« Nous sommes beaucoup trop concentrés. Nous avons ces monstres monstrueux, protégés par le gouvernement, qui dominent 90 % du marché hypothécaire, ce qui signifie très peu de choix pour les consommateurs », a déclaré Poilievre dans une entrevue à la télévision BNN Bloomberg. « Il n’y a pas de concurrence lorsque le joueur le plus important avale simplement le septième joueur et que les Canadiens en paient le prix. »

Poilievre dirige le plus grand groupe d’opposition à la Chambre des communes du Canada et détient actuellement une large avance sur le Parti libéral du premier ministre Justin Trudeau dans les sondages d’opinion publique, même si aucune élection n’est prévue avant 2025.

Pour la Banque Royale, l’acquisition des 128 succursales canadiennes de HSBC et de 120 milliards de dollars canadiens d’actifs – y compris la gestion de patrimoine et les services bancaires personnels et commerciaux – constituerait la plus importante acquisition jamais réalisée. Il s’agit d’une occasion rare pour la plus grande banque du Canada de gagner une part supplémentaire significative du marché national des prêts.

L’organisme de surveillance antitrust du Canada, le Bureau de la concurrence, a donné son accord global à l’accord en septembre, déclarant dans un rapport au ministre des Finances qu’il n’entraînera pas « une diminution ou une prévention substantielle de la concurrence ».

Contenu de l’article

Les défenseurs des consommateurs affirment que la fusion pourrait entraîner une hausse des taux hypothécaires, un problème clé pour le portefeuille alors que de nombreux propriétaires ont du mal à couvrir l’augmentation des mensualités. Plus de 1 500 Canadiens ont contacté le bureau au sujet de la fusion, et bon nombre d’entre eux ont souligné comment les offres de taux hypothécaires bas de HSBC Canada aident les consommateurs à négocier et ont exercé des pressions sur les grandes banques pour qu’elles présentent des offres plus attrayantes.

Les militants écologistes ont également protesté contre l’accord, arguant que les politiques de HSBC en matière d’investissement dans les combustibles fossiles sont plus respectueuses du climat que celles de la Banque Royale.

« La société mère de HSBC Canada a annoncé sa décision de se retirer du marché canadien, ce qui entraîne une incertitude pour les 700 000 clients canadiens de HSBC », a déclaré le porte-parole de la Banque Royale, Andrew McGrath, dans un communiqué envoyé par courrier électronique. « Cette acquisition proposée permettra également de conserver davantage d’emplois bien rémunérés dans le secteur financier au Canada et rapatriera les postes à l’étranger qui soutiennent actuellement les opérations canadiennes de HSBC. »

Lire la suite : L’accord RBC pour HSBC Canada obtient la bénédiction de l’organisme de concurrence

—Avec l’aide de Kevin Orland.

(Mises à jour avec commentaires d’une interview télévisée dans le troisième paragraphe)

Partagez cet article sur votre réseau social

[ad_2]

financialpost

Back to top button