Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
monde

Le château de cartes financier du gouvernement Legault

[ad_1]

Le point économique du ministre des Finances laisse présager une période difficile au niveau des finances publiques pour les mois et les années à venir.

• Lire aussi : Girard prudent: pas de cadeaux pour les Québécois

En révisant à la baisse de moitié la prévision de croissance du PIB réel en 2024, de 1,4% à 0,7%, conjuguée à une hausse des dépenses récurrentes, notamment au regard des missions premières de l’Etat, la marge de manœuvre du gouvernement est moindre, si pas inexistant.

  • Écoutez la rencontre politique avec Yasmine Abdelfadel et Marc-André Leclerc via Radio QUB :
Mesures ciblées

Le gouvernement a même dû puiser dans ses réserves pour financer les nouvelles mesures annoncées hier, réduisant ainsi le coussin jalousement gardé par le ministre des Finances. Et ce n’est pas un luxe : les besoins en matière de lutte contre le sans-abrisme, de logement et d’adaptation au changement climatique sont criants et urgents. Le gouvernement ne pouvait pas se permettre d’attendre.

Par miracle, le ministre persiste et signe sa volonté de maintenir l’horizon de retour à l’équilibre en 2027-2028. C’est très louable, mais est-ce réaliste ? D’une part, le coussin financier comme expliqué précédemment est maigre, les incertitudes économiques et géostratégiques pourraient cacher de mauvaises nouvelles (deux guerres simultanées qui pourraient avoir un impact encore plus important sur l’approvisionnement énergétique, élections aux États-Unis, etc.) et les milliards en Les réinvestissements requis par Hydro-Québec pourraient déséquilibrer ce château de cartes très fragile.

Capture d’écran, TVA Nouvelles

Hydro-Québec

Par ailleurs, il est curieux de constater que le gouvernement n’a pas pris en compte les impacts financiers des nouvelles priorités d’Hydro-Québec dans le calcul des revenus des sociétés d’État. En intégrant les impacts financiers du nouveau plan stratégique d’Hydro-Québec, le dividende annuel sera certainement affecté, créant ainsi une perte de revenus pour l’État. Ceci n’est pas exprimé dans la mise à jour présentée.

Hydro-Québec obligera-t-elle le gouvernement à revoir son horizon de retour à l’équilibre budgétaire ? Une chose est sûre, le gouvernement marche sur une ligne ténue et n’a quasiment aucune marge de manœuvre pour faire face à un contexte financier et sociopolitique incertain. Il pourrait être contraint de choisir entre ses projets de barrages et un retour rapide à l’équilibre budgétaire. Un dilemme difficile.

Le château de cartes financier du gouvernement Legault



[ad_2]

Gn Ca news

Back to top button