Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Sport

Le Canadien | Souvenirs lointains d’octobre

[ad_1]

Jake Allen était l’un des meilleurs gardiens de la LNH en octobre. Il a terminé sa soirée de mardi en huant.


Mike Matheson jouait comme un véritable défenseur n°1 avant All Day. Il a consacré une partie de son mercredi à répondre à des questions sur sa mauvaise séquence actuelle, parmi lesquelles on retrouve la question tant détestée par les joueurs : êtes-vous blessé ?

Et le Canadien invincible à cinq contre cinq, ça vous dit quelque chose ?

Autant de souvenirs qui semblaient désormais si lointains, mercredi, à l’entraînement du Canadien à Brossard, juste avant de s’envoler vers Détroit pour le match de ce jeudi. Telle est la vie après quatre défaites consécutives, dont trois peu brillantes.

Prenons un fichier à la fois. Allen a reconnu ses fautes au lendemain de sa prestation courte et brouillonne (quatre buts sur neuf tirs) contre le Lightning de Tampa Bay.

Personne n’était au rendez-vous en première mi-temps. C’était une période difficile, nous avons été victimes de quelques sursauts malchanceux. Nous avons tous nos responsabilités et je m’inclus. La situation s’améliore, mais c’est un bon signal d’alarme.

Jake Allen

Immédiatement retiré du match, Allen a pris place sur le tabouret de réserve, malgré une foule qui grogne après avoir fait un cadeau aux visiteurs sous la forme d’un quatrième but. « Je ne pense pas que les gardiens retirés d’un match devraient retourner aux vestiaires. Je déteste voir ça », a insisté Allen. Vous vous asseyez sur le banc, là où vous méritez d’être, et c’est là que vous devriez rester. Cela m’est arrivé souvent. J’étais là pour soutenir Sam et le groupe. Nous avançons. »

Matheson a également reconnu que cela lui était arrivé, comme Leonardo dans J.Edgar (notre comparaison, pas la sienne), pour livrer des performances moins glorieuses. « Je dirais que je suis exactement le même joueur que l’année dernière. Je n’ai tout simplement pas joué mon meilleur hockey», a expliqué le Québécois à propos de ses récents échecs.

Le Canadien | Souvenirs lointains d'octobre

PHOTO JOSIE DESMARAIS, ARCHIVES LA PRESSE

Martin Saint-Louis

Même Martin St-Louis s’est livré à l’autoflagellation, disant « prendre ses responsabilités, en tant que jeune entraîneur », pour ne pas trop vanter certains aspects du jeu « juste parce qu’on gagne ».

Parfois, nous mettons un pansement et vous pourriez avoir besoin d’une petite opération. (…) Cela fait partie d’une saison, je suis content que ça se passe ici et nous allons continuer à travailler pour changer cela.

Martin Saint-Louis

«Le succès que nous avons connu en début de saison a peut-être caché quelques petits problèmes», a laissé entendre l’entraîneur-chef du Tricolore. St-Louis, rappelons-le, a fièrement déclaré que son équipe avait « relevé son niveau » après la très honorable défaite de la semaine dernière à Vegas.

Des indicateurs au rouge

Les buts marqués et accordés sont tout sauf un indicateur fiable. Les performances héroïques ou désastreuses d’un gardien de but peuvent fausser les données, en particulier sur un échantillon court, tout comme un attaquant dont le taux de réussite est insoutenable à long terme.

Il semble que ce soit la « correction boursière » que vit actuellement le Canadien. A cinq contre cinq, selon Natural Stat Trick, l’équipe affiche encore une performance enviable : 21 buts marqués, 15 buts accordés, pour un ratio de 58,33% de buts inscrits dans cette situation.

Le problème est que tous les autres indicateurs dressent un tableau différent. Le Tricolore contrôle donc 47,89 % des tentatives de tirs, 48,69 % des buts attendus et 47,63 % des occasions de marquer.

Les causes de cette chute sont évidemment difficiles à isoler avec certitude. « Si nous avions les réponses, nous apporterions les changements facilement », a expliqué Matheson.

Les absences de David Savard et Kirby Dach, piliers d’un club déjà fragile à la base, n’arrangent évidemment pas les choses. On pensait que Matheson avait été ajouté à cette liste lorsqu’il a raté la troisième période du match du 28 octobre, mais il était de retour au travail deux jours plus tard et n’a raté aucun match depuis. Il assure qu’il n’est pas blessé, et sa présence à l’entraînement mercredi, alors qu’il aurait pu prétendre à une « journée de soins », incite à le croire.

« Il y a toujours des moments où tout semble négatif, et vous sortez des vestiaires et les gens vous parlent du négatif ! », a lancé un Matheson légèrement résigné.

Pointe-Clarais a admis que « ce n’est pas amusant » de se retrouver sur la glace pour quatre buts de l’adversaire, ce qui lui est arrivé mardi et samedi, toutes situations confondues. « Mais ce n’est pas seulement moi qui suis responsable, et au cours des deux autres périodes, j’ai aussi fait de bonnes choses », a-t-il soutenu.

«Il ne doit pas regarder en arrière, il doit penser à sa prochaine présence», a ajouté St-Louis. Mais j’ai aimé sa seconde partie de match, il a corrigé les choses, il s’est calmé. En équipe, nous nous sommes retrouvés, tout comme Mike. »

Primeau au travail

Le Canadien | Souvenirs lointains d'octobre

PHOTO DAVID KIROUAC, ARCHIVES SPORTIVES USA AUJOURD’HUI

Cayden Primeau

En attendant de savoir s’il obtiendra un deuxième départ cette saison, Cayden Primeau a pu se permettre un volume de travail adéquat, mercredi. Le pauvre troisième homme du triumvirat des gardiens du Canadien a eu droit à une longue séance individuelle avec Éric Raymond, entraîneur des gardiens. Nous avons profité de l’accès à la deuxième patinoire – ce qui n’est jamais possible sur route – pour lui proposer cette séance. Josh Anderson a été recruté comme tireur, avec deux mannequins constamment devant le jeune Américain pour l’habituer à repérer la rondelle dans une circulation dense. «C’était bien d’avoir ce travail. Je ne veux pas dire que nous sommes normalement pressés, mais cela nous permet de nous concentrer sur un seul gardien. À ce niveau-là, il y a de gros joueurs, on ne voit pas toujours bien la rondelle. J’essaie juste de rester précis sur les clichés voilés. » Primeau a dit qu’il ne savait pas, lorsqu’on lui a posé la question, s’il obtiendrait un départ lors de la séquence de trois matchs en quatre soirs que débute le Tricolore ce jeudi.



[ad_2]

Gn Ca sport

Back to top button