Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Politique

Le Canada met fin aux vols d’évacuation hors d’Israël et se tourne vers un éventuel sauvetage du Liban

[ad_1]

Le dernier vol d’évacuation prévu des Forces armées canadiennes (FAC) depuis Israël a décollé lundi alors que le gouvernement fédéral mettait fin à une opération d’évacuation tout en se préparant à en organiser une autre.

Ottawa envisage maintenant la perspective d’un autre effort d’évacuation beaucoup plus important au Liban, qui pourrait être entraîné dans le conflit en cours entre Israël et le Hamas.

Le Canada a jusqu’à présent aidé environ 1 600 citoyens canadiens, résidents permanents et membres admissibles de leur famille à quitter Israël, ainsi qu’un certain nombre de ressortissants étrangers. Il y a eu 19 vols de type « départ assisté » au départ de Tel Aviv au cours des 10 derniers jours, indique Affaires mondiales Canada (AMC).

Au Liban, environ 16 500 citoyens se sont jusqu’à présent inscrits auprès du gouvernement, ce qui suggère que le nombre de personnes qui pourraient avoir besoin d’aide pour fuir le Liban pourrait être dix fois supérieur à celui qu’Ottawa a retiré d’Israël.

Et les numéros d’immatriculation ne disent pas tout. Selon les données gouvernementales, entre 40 000 et 75 000 Canadiens vivent au Liban à tout moment.

Un homme tient dans ses bras un chat extrait vivant des décombres d’un immeuble au Liban.
Un homme tient un chat après qu’il ait été extrait vivant des décombres d’un immeuble partiellement effondré dans la ville libanaise de Mansourieh, au sud-est de Beyrouth, le 16 octobre 2023. (Bilal Hussein/AP)

En préparation d’une éventuelle évacuation, les FAC ont déployé du personnel à Beyrouth, la capitale libanaise, et à Chypre, l’île méditerranéenne qui a été utilisée comme point de sauvetage dans le passé.

« Nous serons prêts », a déclaré le ministre de la Défense Bill Blair lors d’un événement vendredi.

« Nous élaborons des plans et nous nous préparons pour pouvoir réagir si nécessaire, afin de pouvoir le faire rapidement afin de sauver des vies canadiennes si cela devait se produire », a déclaré le major-général. Darcy Molstad a déclaré lors d’un point de presse.

REGARDER : Le Canada prépare un plan d’évacuation pour ses citoyens au Liban

Le Canada met fin aux vols d’évacuation hors d’Israël et se tourne vers un éventuel sauvetage du Liban

Le Canada prépare un plan d’évacuation pour ses citoyens au Liban

Vidéo en vedetteCraignant que la guerre ne s’étende bientôt au Liban, les Canadiens sont invités à partir maintenant, pendant que l’armée se prépare aux vols d’évacuation.

Le Canada est déjà venu ici; le gouvernement fédéral a retiré du Liban environ 15 000 personnes, pour la plupart des doubles nationaux, en 2006. Il s’agissait d’une mesure controversée qui a coûté près de 100 millions de dollars au Trésor fédéral.

Deux hauts responsables qui ont aidé à orchestrer cette évacuation ont déclaré à CBC News que le Canada était mieux préparé à un sauvetage qu’il ne l’était à l’époque, mais que la tâche restait ardue.

« En 2006, nous étions en difficulté », a déclaré le sénateur ontarien Peter Boehme, ancien haut diplomate qui a présidé le groupe de travail du gouvernement sur l’évacuation.

« Le Canada a un très bon système d’affaires consulaires et nous l’avions aussi à l’époque, mais rien n’était prêt pour une telle ampleur. »

Boehme a déclaré qu’après cette évacuation « stressante » – qui a nécessité une équipe de politiciens, de diplomates et de fonctionnaires « travaillant d’arrache-pied 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 » – le Canada a développé un nouvel ensemble de meilleures pratiques.

Il existe désormais une équipe permanente de déploiement rapide (SRDT) qui peut être rapidement déployée pour contribuer aux efforts d’évacuation, a-t-il déclaré.

Le gouvernement a également construit un centre des opérations d’urgence à Ottawa.

Le sénateur de l'Ontario Peter Boehm est photographié lors d'une entrevue avec CBC News.
Le sénateur ontarien Peter Boehm a présidé le groupe de travail gouvernemental sur l’évacuation du Liban en 2006. (Félix Desroches/CBC)

Il existe une équipe dévouée de personnel qui répond aux questions consulaires 24 heures sur 24, par téléphone et par courrier électronique, ce qui soulage la pression exercée sur les ambassades du Canada, au personnel restreint.

GAC a également désormais plus d’expérience dans de telles opérations, ayant secouru des Canadiens bloqués au début de la COVID-19 et ayant mis en sécurité des citoyens soudanais plus tôt cette année.

« Il y a un plus grand sentiment d’être plus agile. Mais il y aura toujours des cas qui passeront entre les mailles du filet pour une raison ou une autre », a déclaré Boehme.

« C’est pourquoi le gouvernement a lancé un appel disant : ‘OK, vous voudrez peut-être penser à partir parce que nous ne savons pas quelle sera la situation et dans quelle mesure nous pouvons vous aider.' »

Abdallah Bou Habib, le ministre libanais des Affaires étrangères, a insisté dimanche sur le fait que son gouvernement ne voulait pas de guerre.

« Nous avons eu très peur et nous sommes très inquiets que la guerre puisse s’étendre. C’est la dernière chose que nous voulons », a-t-il déclaré.

Mais le Hezbollah, la puissante milice soutenue par l’Iran qui contrôle certaines parties du Liban, pourrait avoir d’autres idées.

Depuis l’attaque meurtrière du Hamas contre des civils israéliens le 7 octobre et la réponse militaire d’Israël au Hamas à Gaza, le Hezbollah a lancé des frappes aériennes sur des cibles dans le nord d’Israël.

Les forces de défense israéliennes ont répondu par leurs propres frappes, ciblant ce qu’elles appellent les sites de lancement de missiles du Hezbollah au Liban.

Un obus de l'artillerie israélienne explose sur Dahaira, un village libanais frontalier avec Israël
Un obus de l’artillerie israélienne explose au-dessus de Dahaira, un village libanais frontalier avec Israël, le 16 octobre 2023. Le groupe militant libanais Hezbollah affirme que ses combattants ont ciblé cinq postes israéliens le long de la frontière dans le sud du pays. (Hussein Malla/AP)

Lors d’une visite avec des soldats dans la région, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a averti le Hezbollah qu’il commettrait « l’erreur de sa vie » s’il entrait dans le conflit. « Nous allons le paralyser avec une force inimaginable », a-t-il déclaré.

GAC a intensifié la semaine dernière son avertissement aux voyageurs pour le Liban. Le département déconseille tout voyage dans ce pays en raison de la détérioration de la situation sécuritaire et de la menace de troubles dans un pays qui était déjà au bord de l’effondrement en raison d’un chômage extrêmement élevé et de difficultés financières aiguës.

« Les Canadiens ne devraient pas voyager au Liban pour quelque raison que ce soit », a déclaré aux journalistes Julie Sunday, sous-ministre adjointe à AMC, lors d’un point de presse.

Des soldats israéliens aident une femme alors qu'elle monte dans un bus pour évacuer la ville de Kiryat Shmona, au nord d'Israël, en Israël.
Des soldats israéliens aident une femme alors qu’elle monte dans un bus pour évacuer la ville de Kiryat Shmona, dans le nord d’Israël, le vendredi 20 octobre 2023. L’armée israélienne a annoncé vendredi qu’elle évacuerait la ville frontalière un jour après que trois habitants ont été blessés. par des tirs transfrontaliers de militants au Liban. (Baz Ratner/AP)

La ministre des Affaires étrangères, Mélanie Joly, a déclaré lundi que les Canadiens devraient quitter le Liban tant qu’ils en ont l’occasion.

« Il est temps de rentrer à la maison. Je le dis depuis plusieurs jours », a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse. « Il existe encore des options commerciales disponibles. »

Joly a esquivé la question de savoir si le gouvernement canadien paierait pour une évacuation.

Louis de Lorimier, ambassadeur du Canada au Liban lors de l’évacuation de 2006, a déclaré que l’ancien gouvernement conservateur avait décidé d’annuler tous les coûts associés au sauvetage.

C’est une idée que le gouvernement pourrait revoir maintenant, même si les Canadiens au Liban savent depuis des jours qu’ils devraient partir, a-t-il déclaré.

De la fumée s'élève de l'intérieur d'une position de l'armée israélienne qui a été touchée par des combattants du Hezbollah, vue depuis le village de Tair Harfa, un village libanais frontalier avec Israël.
De la fumée s’élève de l’intérieur d’une position de l’armée israélienne qui a été touchée par des combattants du Hezbollah, vue depuis le village de Tair Harfa, un village frontalier libanais avec Israël, le 20 octobre 2023. (Hassan Ammar/AP)

« La question est la suivante : le Canada devrait-il payer entièrement la facture comme il le faisait auparavant ? de Lorimier a déclaré à CBC News.

« En 2006, rien n’était annoncé. Mais aujourd’hui, l’aéroport de Beyrouth est ouvert. Il y a des vols vers les capitales européennes. Cette fois-ci, la situation est différente. »

Le coût pour les contribuables n’est pas le seul facteur, a déclaré de Lorimier.

Secourir des personnes qui ne partent pas volontairement pourrait mettre en danger les soldats canadiens, a-t-il déclaré.

Il a déclaré avoir été témoin de la bravoure de l’armée canadienne lorsque les forces spéciales ont organisé un sauvetage pénible de citoyens coincés dans une ville libanaise bombardée.

« Nous avons pu le faire grâce au professionnalisme extraordinaire de nos forces armées. C’était super », a-t-il déclaré.

[ad_2]

En polices

Back to top button