Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
monde

Le Canada augmente sa production pétrolière malgré ses promesses environnementales

[ad_1]

Un rapport des Nations Unies (ONU) affirme que le Canada fait partie d’un groupe de pays qui ne respecteront pas les engagements climatiques pris dans le cadre de l’Accord de Paris en 2015 en raison notamment de ses activités pétrolières et gazières.

Le rapport dirigé par une équipe internationale de scientifiques affirme que d’ici 2030, le monde produira plus du double de la quantité de combustibles fossiles nécessaire pour limiter le réchauffement climatique à 1,5°C.

Le Canada est l’un des pays qui prévoient augmenter leur production au cours de la prochaine décennie. Pour atteindre les objectifs mondiaux de neutralité carbone, la production pétrolière canadienne devrait plutôt culminer en 2026, avant de retomber.

Le secrétaire général duONUAntonio Guterres, a déclaré que le rapport (Nouvelle fenetre) Est un réquisitoire surprenant contre l’insouciance climatique.

Les auteurs du rapport estiment que davantage d’argent devrait être alloué à la transition vers une énergie propre. Ils ajoutent que les principaux producteurs de pétrole, de gaz et de charbon, dont le Canada, doivent travailler ensemble pour limiter leur production.

Le Programme des Nations Unies pour l’environnement a préparé ce document de 126 pages, en collaboration avec plus de 80 chercheurs d’universités, de groupes de réflexion et d’organisations à but non lucratif du monde entier.

Deux rapports révélateurs

La publication de ce rapport coïncide avec la présentation d’un rapport du commissaire à l’environnement et au développement durable au Parlement.

Le commissaire fédéral à l’environnement et au développement durable, Jerry DeMarco, écrit : Le gouvernement fédéral n’est pas en voie d’atteindre l’objectif fixé dans son Plan de réduction des émissions 2030.

Il explique cette situation par le fait que certaines mesures avait été retardé, y compris le plafonnement des émissions du secteur pétrolier et gazier et le Règlement sur les carburants propres. Une autre mesure retardée soulignée dans le rapport concerne le renforcement de la réglementation sur le méthane dans le secteur pétrolier et gazier.

Augmenter la production, mais à quel prix ?

La directrice générale du Réseau Action Climat Canada, Caroline Brouillette, souligne que le rapport duONU montre, entre autres, les failles du système réglementaire canadien.

Ce que nous dit le rapport, c’est que nous ne pouvons pas laisser le secteur pétrolier et gazier s’autoréguler et suivre ses propres plans basés sur la logique du marché.elle dit.

Dans le débat sur la politique climatique canadienne, il existe un problème majeur dont personne n’ose parler : l’expansion continue de la production pétrolière et gazière.

Le rapport duONU cite notamment de nouveaux projets d’exploitation d’énergies fossiles, comme le mégaprojet pétrolier Bay du Nord et le projet d’usine de gaz liquéfié Cedar LNG.

Caroline Brouillette déplore que le plafonnement des émissions pétrolières et gazières demeure une promesse, alors que les sociétés pétrolières et gazières récoltent des profits records et la population canadienne souffre des effets de l’inflation provoquée par les énergies fossiles.

Selon elle, la solution nécessite un accord lors de la Conférence des Parties à Dubaï. (COP28), qui nécessite la coordination et la coopération de plusieurs pays. Caroline Brouillette espère que le ministre de l’Environnement et du Climat, Steven Guilbeault, qui dirigera la délégation canadienne, fera pression en ce sens.

Avec les informations de Benjamin Shingler

[ad_2]

Gn Ca world

Back to top button