Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Le Bureau de protection des réfugiés en grève contre la « politique du nombre »

[ad_1]

Les organisations syndicales de l’Ofpra ont appelé jeudi leurs agents à une journée de grève pour dénoncer la « politique du nombre » au sein de cet organisme chargé d’accorder le statut de réfugié, une première depuis cinq ans.

Des agents sous pression

A quelques jours de l’examen parlementaire du projet de loi sur l’immigration (6 novembre) porté par le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, auquel est rattaché l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra), ses agents ont été appelés à grève dès 8 heures ce jeudi pour dénoncer leurs conditions de travail.

« L’obsession des gouvernements successifs de raccourcir les délais de traitement des demandes d’asile », faite une des priorités de la politique migratoire dans le projet de réforme, « met la pression sur les agents » de l’Ofpra, ont déploré dans un communiqué les syndicats majoritaires CGT Ofpra et Asyl (Action syndicale libre/Ofpra), qui a déposé un préavis de grève le 20 octobre.

Les quelque 500 agents de protection, qui interrogent les demandeurs d’asile, « sont ainsi soumis à un rythme infernal, même s’ils doivent se plier à des procédures de plus en plus complexes et s’improviser enquêteurs pour détecter les personnes susceptibles de représenter une menace à l’ordre public », autre priorité. du gouvernement, les syndicats ont de nouveau dénoncé, appelant à un rassemblement devant le siège du bureau à Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne).

134 500 décisions en 2022

Principale revendication : une réduction de 25 % de l’objectif assigné aux agents, qui s’élève actuellement à 360 décisions par an, explique Henry de Bonnaventure, responsable d’Asyl, dénonçant une « politique du nombre ».

« Avec cette double injonction du numéro et la prise en compte des troubles à l’ordre public, il est difficile de prendre en compte les besoins de protection », convient Anouk Lerais, de la CGT Ofpra.

« Les inquiétudes exprimées par ce mouvement social (…) sont légitimes, mais elles n’appellent pas forcément les réponses réclamées par les organisations syndicales », a répondu le directeur général de l’Ofpra, Julien Boucher.

Son bureau a rendu 134 500 décisions l’année dernière, dans un délai moyen de quatre mois : le plus bas depuis quinze ans.

« Plus de 200 emplois supplémentaires ont été créés à l’Office depuis 2019 », a insisté le patron de l’Ofpra, qui assure vouloir répondre par « discussion » au « signal fort » de cette grève.

La dernière a eu lieu en février 2018, jour de la présentation en Conseil des ministres de la loi asile-immigration de Gérard Collomb.

[ad_2]
Fr1

Back to top button