Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

L’ambassade d’Israël à Bruxelles potentiellement visée

[ad_1]

Les enquêtes se poursuivent. Les trois adolescents radicalisés arrêtés fin août et début septembre en Indre-et-Loire et mis en examen par un juge antiterroriste de Paris auraient considéré « une action violente au détriment de la représentation diplomatique israélienne en Belgique », a indiqué une décision judiciaire. a indiqué lundi une source.

L’enquête a été ouverte en juin à la suite d’une visite effectuée quelques semaines plus tôt auprès d’un adolescent de 15 ans en Indre-et-Loire. Selon la source judiciaire, « l’exploitation de ses médias a révélé une profonde adhésion à l’idéologie jihadiste et des échanges visant à commettre des actions violentes au détriment de la représentation diplomatique israélienne en Belgique ».

Un quatrième suspect en Belgique

Lui et deux autres adolescents, âgés de 15 et 16 ans, ont ensuite été arrêtés fin août puis début septembre en France et mis en examen pour association de malfaiteurs terroristes en vue de préparer un ou plusieurs délits de lésions corporelles. Ils ont échangé, notamment via des messageries cryptées, « sur les cibles et la fabrication d’explosifs ».

Lundi, le parquet de Bruxelles a indiqué qu’une arrestation avait également eu lieu en Belgique en lien avec ce « projet d’attentat ». Ce quatrième suspect, arrêté en juin, est également un mineur, qui a été placé en centre fermé, et l’enquête confiée à un juge d’instruction bruxellois se poursuit, précise la même source.

Approché sur les réseaux sociaux

Selon l’avocat d’un des adolescents arrêtés en France, « il n’a pas perçu la gravité de ce qu’il commettait. Il n’avait pas la conscience de participer à une organisation terroriste ni de fomenter effectivement des projets terroristes », a déclaré sur BFMTV cette avocate, Maître Alexandra Hawrylyszyn.

« Il a été approché par ces organisations terroristes de manière plutôt ludique, on parle de jeux en ligne, de messagerie TikTok, d’Instagram. Il est vrai que, même s’il a malheureusement pu être approché par des terroristes d’assez haut niveau, il n’est encore qu’un adolescent de 15 ans et il ne pensait pas s’inquiéter plus que ça des propos qu’il a échangés sur internet,  » elle a ajouté.

« Notre client semble particulièrement jeune et vulnérable », a également déclaré l’avocat du jeune de 16 ans. « Sans nous prononcer sur le fond de l’affaire, nous notons les progrès encourageants qu’il a déjà entrepris dans le cadre de son traitement judiciaire », ont assuré Maîtres Pierre-Henri Baert et Jean-Baptiste Riolacci.

Les jeunes « pas sur le point d’agir »

Le 15 septembre, le Parquet national antiterroriste (Pnat) a confirmé qu' »ils sont bien accusés d’avoir, animés par une idéologie jihadiste, constitué des groupes sur des réseaux sécurisés en vue de préparer des actions violentes ». Ils avaient créé des « groupes sur les messageries cryptées », mais « n’étaient pas prêts de passer à l’action », a souligné une source proche du dossier.

Comme lors des récentes arrestations de jeunes radicalisés, il s’agit « encore une fois de profils jeunes, avec sans doute une part d’immaturité, de mal-être adolescent », a détaillé cette source.

[ad_2]
Fr1

Back to top button